Trophée BPE : de l’air… enfin.

Dominic Vittet - Atao Audio System
DR

Du coup les pilotes automatiques sont passés à l’action, permettant aux skippers d’entrer dans le rythme du sommeil fractionné. »Le pilote est branché depuis hier soir, il y a 12 noeuds de vent, c’est idéal pour lui et il barre super bien » » avoue le marseillais Marc Emig (Total) –  qui se plaint du froid engendré par cette coulée d’air venue du pôle nord. «  » J’ai fait bannette depuis hier soir «  » explique Dominic Vittet – Atao Audio System. «  »Je me lève, je règle, je regarde les cartes météo et hop je retourne dans la bannette car il faudra du jus pour attaquer la suite «  ». Vittet est le plus au nord d’une flotte qui s’étale désormais sur 70 milles en latitude. Car outre le sommeil, la stratégie a fait elle aussi ses premières armes. La flotte doit contourner une nouvelle bulle anticyclonique sans vent au milieu du Golfe de Gascogne. Le gros de la troupe tente de la passer par le nord. Seuls trois Figaros Bénéteau tentent la voie étroite du sud, avec une réussite incertaine pour le nazairien David Raison – Coutot Roehrig le plus extrême dans cette option: «  » Physiquement tout va bien, mais tactiquement ça ne se présente pas comme je voulais, j’ai bien plongé sud mais je n’ai presque plus de vent. » » Après cette dangereuse bulle, les Solitaires du Trophée BPE vont partir à la recherche d’un autre système météo, balisé par une dorsale qui doit leur amener des vents portants à partir de demain après midi. Classement de 5h00 (Heure française):1 – Eric Douglazet (Crédit Maritime – Zerotwo) à 4 096,0 milles de l’arrivée2 – Charles Caudrelier (Bostik)à 1,8 milles du leader3 – Jeanne Gregoire (Banque Populaire) à 2,8 milles du leader «