Transat Jacques Vabre. Vauchel-Camus et Duthill s’échappent, Beyou et Pratt à l’attaque

Les conditions sont devenues musclées avec plus 30 noeuds et une mer courte qui ont obligé l’ensemble de la flotte à se mettre directement dans le bain. Les bateaux les plus fiables sont à l’attaque et accélèrent à l’image de Thibaut Vauchel-Camus et Fred Duthill qui s’échappent en Multi50 et mènent devant toute la flotte et Charal avec Jérémie Beyou et Christopher Pratt qui ont accéléré d’un coup.

IMOCA : Place aux foiler ?
Ce début de course était assez trompeur pour tirer un quelconque enseignement sur le potentiel de vitesse des nouveaux foilers. Les prochaines 24h vont pouvoir nous en dire plus. Sans surprise, les Imoca à dérives droites s’en sont bien sortis jusqu’à Ouessant en faisant moins de route. Il était intéressant de voir Charal et Hugo Boss bord à bord. Reste à savoir quelles configurations de voiles chacun avait pris mais le bateau d’Alex Thomson a montré toute sa puissance.
Ce lundi matin, Jérémie Beyou et Christopher Pratt sont au charbon à plus de 26 nds devant un groupe de 9 Imoca dont l’Apicil de Damine Seguin et Yoann Richomme qui étonne comme sur la Fastnet par sa capacité à aller vite. ON retrouve aux avants-poste PRB, Initiatives-Coeurs mais également Bureau Vallée. La bonne nouvelle est que Thomas Ruyant sur son Advens est reparti. Tous les nouveaux foilers sont en course. Charlie Dalin sur son Apivia est dans la course et reste dans le groupe de tête. Arkea-Paprec avec son foil endommagé suit avec difficulté.

Hier soir, le tandem Cremer-Le Cléac’h (Banque Populaire IX) passait en tête au ras du cap de la Hague et ce matin, c’est Groupe Apicil (Damien Seguin,Yoann Richomme) qui avait pris la tête, juste devant… Nicolas Troussel et Jean Le Cam, embarqués eux aussi sur un IMOCA datant de 2007 qu’ils exploitent à merveille. « Ça bombardait fort sous grand spi tout à l’heure et on a préféré affaler pour sauvegarder cette voile qui nous serivra beaucoup dans les alizés. On est super content de notre position et la bonne nouvelle, c’est de voir que tout le monde converge vers le golfe de Gascogne. Les fichiers ont encore bougé et je crois que l’option ouest ne va pas tenter grand monde » analysait ce matin Yoann Richomme qui hésitait même à passer au Sud de l’île d’Ouessant pour gagner au maximum sur la route qui conduit à Salvador de Bahia.
A noter tout de même le petit décalage d’un groupe emmené par Hugo Boss dans lequel on retrouve Maître CoQ et Charal qui est allé chercher son point d’empannage plus près des côtes anglaises. Question d’angle pour trouver la meilleure vitesse ou amorce d’un choix tactique ? Toujours est-il que ce matin, ce groupe se réalignait sur la flotte, ce qui pourrait confirmer que la voie de l’Ouest n’a finalement pas été retenue après la réception du fichier météo du soir…
Dernier des foilers mis à l’eau en septembre, Advens for Cyberscurity a été obligé de s’arrêter à Cherbourg hier soir vers 23 h 00 pour réparer des problèmes de vérins de pilote automatique. Thomas Ruyant et Antoine Koch ont du attendre quatre heures comme le réglement l’impose pour repartir et ferment la marche à quelques 80 milles des leaders.

Multi50 : Vauchel-Camus- Duthil impriment le rythme
En tête sur la ligne de départ du Havre, Thibault Vauchel-Camus et Frédéric Duthil sont clairement au rendez-vous de cette 14ème Route du Café. Leur trimaran bleu est le premier à s’extraire de la Manche ce matin. Avec une vingtaine de milles d’avance sur Primonial et 30 sur Groupe GCA Mille et un sourires, Thibault et Frédéric impriment un rythme soutenu sous gennaker et n’ont pas hésité à multiplier les empannages cette nuit pour rester sur leur schéma tactique qui les fait passer au plus près de la pointe de la Bretagne. « Il y a une petite molle à l’approche de la première dépression et on va chercher à naviguer le plus Sud possible. Cette nuit, tout s’est bien passé mais on a eu des claques jusqu’à 30-35 noeuds et il falait être vigilant » racontait ce matin à la vacation Thibault Vauchel Camus.

Class40 : Les gros bras au rendez-vous
Après un très bon départ qui les plaçait en tête à Etretat, Kito de Pavant et Achille Nebout n’ont rien pu faire face aux derniers protos. « Sous spi Made in Midi n’a pas la vitesse des bateaux recents et nous n’avons que regressé au classement. Pas tres encourageant pour la suite !!! » soulignait Kito dans son message du matin.
En Class40, le conflit des générations dessine en effet la hiérarchie au classement ce matin. Au large des îles Anglo-Normandes, les favoris sont avant-postes avec dans un rayon de 5 milles, Lamotte-Module Création, Leyton, Crosscall Chamonix Mont Blanc, et Banque Du Léman, seul le Pogo de Charles-Louis Mourruau et Estelle Greck faisant de la résistance. Sous petit spi dans des conditions toniques, les meilleurs naviguent juste devant la queue de flotte des IMOCA, alors que le dernier des 27 Class40 pointe à plus de 50 milles.