Transat Jacques Vabre. Première course pour Benjamin Dutreux et son Water Family

© ILP Vision - Charles Drapeau

Benjamin Dutreux a remporté son pari, être au Havre pour le départ de la Transat Jacques Vabre. Un pari audacieux où la persévérance du vendéen et de son équipe a payé. Amarré au Havre, son Imoca doté d’un mât flambant neuf participera à sa toute première course sous les couleurs de Water Family.
Depuis la mise en place du mât le 3 octobre dernier après une véritable course contre la montre pour tout le Team, Benjamin Dutreux et Thomas Cardrin, co-skipper et boat captain de l’IMOCA Water Family, n’ont pas chômé. Les deux hommes n’ont disposé que de quelques jours pour prendre en main leur nouvelle monture, tester les réglages et boucler leur qualification pour la Transat Jacques Vabre. Un vrai baptême du feu, pour le bateau comme pour les jeunes bizuths de l’épreuve qui prendront ce dimanche, le départ de leur toute première course transatlantique !

Si la mise en place du mât a constitué une première victoire pour Benjamin et Thomas, les jeunes Vendéens devaient encore se qualifier pour atteindre l’objectif qu’ils s’étaient fixés au printemps dernier : s’aligner au départ de la mythique Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre. C’est chose faite après un parcours en deux temps, qui a fait office de galop d’essai pour leur nouvelle monture.

© ILP Vision – Charles Drapeau

Ils pensaient que c’était impossible alors…
« C’était déjà un gros check avec l’équipe d’être au Havre, à l’heure, précise Benjamin. Il y a trois semaines, les gars disaient que c’était impossible mais je savais qu’ils en étaient capables. Mon équipe c’est des tueurs, ils sont trop forts et ils ont donné plus que le maximum. On savait que ce n’était pas sûr à 100% d’y arriver et qu’on ne saurait qu’à la dernière minute si on allait prendre le départ ou pas. Donc on est déjà hyper contents d’être là ! »

Une qualification riche en enseignements
« C’était top. On a eu des conditions très variées pendant la qualif. Ça nous a permis de tester le bateau et les systèmes électroniques et de bien regarder le mât. On est plutôt très agréablement surpris par le bateau, qui est impressionnant niveau vitesse et réactivité. On commençait même à être peut-être un peu trop à l’aise à la fin. Comme ça allait bien on a fait quelques petites pointes à 22-23 nœuds. C’était cool », raconte Benjamin, qui a passé sa 1ère nuit à bord pendant la qualification. « J’ai tout de suite eu de bonnes sensations à la barre. On a testé plusieurs voiles et avalé des milles à fond la caisse.»
Cette navigation express d’environ 1000 milles a donc permis à Benjamin et Thomas de tester la fiabilité du bateau mais également de se familiariser avec la navigation en double en IMOCA. « Chaque manœuvre peut prendre une demi-heure et demande beaucoup d’efforts physiques intensifs. C’est hyper différent de ce que j’ai pu vivre en Figaro ou même en équipage en IMOCA sur le Grand Prix Guyader avec Arnaud Boissières. Sportivement, ça va être hyper intéressant », avance Benjamin.
Après deux sorties de quelques heures les 8 et 10 octobre, Benjamin et Thomas sont repartis des Sables d’Olonne mercredi dernier dans la soirée, en mettant cette fois le cap sur Le Havre, où ils sont arrivés vendredi, après avoir parcouru 500 milles dans des conditions très musclées avec jusqu’à 45 nœuds de vent, de nuit.
« C’était quand même solide pour un baptême du feu, ou plutôt baptême de l’eau tellement on a pris des seaux d’eau dans la tête ! On a joué safe, on a pris nos marques sur le bateau sans rien abîmer. On a croisé nos camarades qui partaient de Lorient et qui attaquaient sur l’eau. On voit qu’on n’est pas au même stade de préparation mais c’est cool de savoir qu’on a une grosse marge de progression. »

Un programme sportif et pédagogique bien chargé jusqu’au départ
« Avec Thomas, on va essayer de sortir un peu de la technique pour préparer nos affaires, l’avitaillement, l’organisation à bord, explique-t-il.
On est au Havre et on n’est pas à l’arrache. L’équipe technique fait un boulot de dingue et à côté de ça, on a notre Espace Kids sur le village de la course pour sensibiliser les enfants. On respecte le projet initial qui n’est pas que sportif. Des membres de la Water Family viennent sensibiliser à la protection de l’eau, de la santé et de la planète, et on a des arbres et des guides pédagogiques à distribuer. C’est important de le noter. »
Il reste donc six jours à la team Water Family pour finaliser les préparatifs avant le grand départ, dimanche à 13h15, de la 14ème édition de la Transat Jacques Vabre. Six jours pour diffuser le message de la protection de l’eau à un maximum de monde sur le village de la Route du Café au Havre !

DOUBLE PROJET, SPORTIF ET PEDAGOGIQUE
C’est une belle histoire qu’a commencé à écrire Benjamin en 2017 en navigant sous les couleurs de l’association « Du Flocon à la Vague ». Depuis, le jeune skipper vendéen a toujours eu à cœur d’ajouter du sens à ses projets sportifs. En 2018, il embarque l’association, rebaptisée « Water Family, du Flocon à la Vague », sur le Tour Voile aux côtés de son partenaire Océwood. Ensemble, ils mettent le sportif au service de l’environnement en sensibilisant plus de 3000 enfants sur les côtes françaises à la protection de l’eau, sans oublier les autres équipes et même les organisateurs !
Avec le projet IMOCA, la Transat Jacques Vabre 2019 et le Vendée Globe 2020, Benjamin Dutreux et la Water Family souhaitent impacter durablement le monde de la course au large et sensibiliser toujours plus de « kids » à la protection de l’eau, de leur santé et de la planète. Pour cela, un Espace Kids Water Family accueille petits et grands sur le village de la Transat Jacques Vabre au Havre. Au programme, jeux pédagogiques sur le cycle de l’eau à l’issue desquels les enfants gagneront des bébés arbres à planter.
LA WATER FAMILY, C’EST QUI, C’EST QUOI ?
Association d’intérêt général dont le programme pédagogique Water Responsable est reconnu par le Ministère de l’Éducation Nationale, La Water Family – du Flocon à la Vague est l’histoire de passionnés issus du monde du sport et de l’environnement qui ont voulu suivre et comprendre le trajet d’une goutte d’eau de la montagne à l’océan.
Depuis 10 ans, elle éduque et sensibilise à la préservation de l’eau, de la santé et celle de la planète en valorisant les bonnes pratiques et la consommation responsable.
Le cœur du message est l’eau virtuelle, ou indirecte : cette eau que nous consommons et polluons sans le savoir chaque jour à travers notre alimentation, nos objets et nos actions.
Son crédo ? Agir à la source ! A la source car l’eau est la matière première de tous nos biens de consommation. Et à la source car son action prioritaire vise les jeunes générations, l’éducation étant la clé pour un changement durable de la société.
En 2019, la Water Family fédère plus de 150 ambassadeurs, 1 000 professionnels et 20 000 jeunes sensibilisés par an dans les écoles et sur les événements ! Elle souhaite rassembler tous ceux qui agissent et ont envie d’agir pour demain. Parce qu’ensemble, tout est possible !

www.waterfamily.org