Transat Jacques Vabre. L’Imoca de Clément Giraud a pris feu dans le port du Havre

Incendie Imoca Fortil Clement Giraud @ B. Gergaud

C’est hier soir, lundi à 20h10 qu’un feu s’est déclaré à l’intérieur de l’IMOCA Fortil qui était à quai au Havre. Une épaisse fumée blanche a d’abord été aperçue, s’échappant par la porte du cockpit. Les pompiers sont rapidement arrivés sur les lieux pour maîtriser le feu qui s’était déclaré à l’intérieur. Il n’y a eu aucun blessé. L’IMOCA Fortil de Clément Giraud et Rémi Beauvais était amarré au ponton, dans le bassin Paul Vatine au Havre, pour prendre dimanche le départ de la Transat Jacques Vabre.

Devant l’étendue des dégâts, les deux marins avec leur partenaire ont du renoncer à prendre le départ de la course dimanche. Quelle tristesse pour Clément Giraud qui avait fait une belle préparation pour cette course. Découvrez son portrait que nous avions fait dans le Course Au Large n°86. > Portrait de Clément Giraud <


Clément Giraud :  » Il était 20 h 10 ce soir au Havre quand le feu s’est déclaré à l’intérieur de l’Imoca Fortil. A cette heure, on ne connait pas encore l’origine du sinistre. Personne n’est blessé. Le mât n’est pas tombé. Toutes les équipes autour du bateau ont été très réactives. Les skippers et les teams ont été au top ! Maintenant, nous allons déplacer le bateau dans un autre bassin et sécuriser le mât pour la nuit. La cloison intérieure, associée à l’outrigger tribord (tangon perpendiculaire au bateau), s’est déformée. Le roof du cockpit s’est légèrement enfoncé à tribord sous l’effet de la chaleur. Nous allons donc soulager cet outrigger en donnant de la gîte au bateau, pour sécuriser le mât. Puis demain, nous démâterons et ferons un diagnostic avec un expert. Merci à tous pour vos encouragements. Nous vous tiendrons informés demain ».

 

A cinq jours du départ, et malgré une multitude d’équipes qui ont spontanément offert leurs services, la décision de ne pas partir a été prise ce matin.

Clément Giraud «  Nous ne pouvons pas partir sur une transat aussi longue et difficile. Nous nous sommes trop investis dans ce bateau pour prendre le risque d’aggraver la situation, en mer. Et si la Transat Jacques Vabre était enthousiasmante, nous nous projetons déjà, avec notre partenaire Fortil, vers 2020. Nous aurons une Transat en solitaire au mois de mai puis une Transat retour et enfin, le Vendée Globe. Nous allons réparer et naviguer dès le début de l’année. Toute notre équipe est déjà mobilisée. Il faut que l’humain soit plus fort que le matériel ».

Olivier Remini, dirigeant fondateur de Fortil : «  Un sentiment d’injustice et de tristesse nous envahit ce matin, car la voile ne se résume pas seulement à la course, c’est aussi beaucoup de préparation. Clément et toute son équipe ont énormément travaillé sur le bateau en donnant le meilleur d’eux-mêmes pendant des mois. Ce projet collaboratif hors norme ne s’arrête pas avec cet incident. Le projet continue. Cette étape nous rendra plus fort et nous restons tous à bord avec Clément. Le chemin est plus important que le résultat ».