Transat Jacques Vabre. Class40 Edenred dans l’action !

LE HAVRE, FRANCE - OCTOBER 27: Fleet is taking a good start during the Transat Jacques Vabre 2019, duo sailing race from Le Havre, France, to Salvador de Bahia, Brazil, on October 27, 2019 in Le Havre, France. (Photo by Jean-Marie Liot/Alea)

Moins d’une trentaine d’heures après le départ de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre, donné dimanche à 13h15 au Havre, le Class40 Edenred mené par Emmanuel Le Roch et Basile Bourgnon pointe à la 16ème place au classement de lundi 16h00 à 60 milles du leader de la Class40 Leyton (Sam Goodchild et Fabien Delahaye). « J’aime l’action », expliquait Basile Bourgnon avant le départ, il n’a pas été déçu avec une sortie de Manche tonique et rapide. Cette nuit, le vent s’est renforcé jusqu’à 35 nœuds et un peu plus de 24 heures après le départ, Emmanuel Le Roch et Basile Bourgnon entament déjà leur traversée du Golfe de Gascogne.

« Après le petit côtier d’hier, nous avons envoyé le spi puis nous avons barré tout le temps, nous n’avons encore jamais mis le pilote automatique. Ces premières heures de courses sont importantes, il ne faut pas lâcher ! Nous avons dormi par petites tranches de 45 minutes ou une heure. La nuit a été rapide et humide à bord d’Edenred mais nous avons joué la prudence. Dans les rafales à 35 nœuds, nous avons eu du mal à envoyer le petit spi, alors nous avons décidé de rester sous génois. L’objectif est bien d’arriver au Brésil ! Nous venons de passer Ouessant sous spi avec un temps typiquement breton : un ciel bas, de la grisaille et encore de jolis grains. Nous avons enfilé les gros cirés mais pas encore la combinaison sèche. Et surtout, nous avons attaqué le saucisson et le gâteau au chocolat ! » raconte Emmanuel Le Roch, joint par son équipe cet après-midi.

Le plein d’émotions pour une grande première
Mettre des mots sur ses émotions, un exercice difficile jusque-là pour Basile Bourgnon, benjamin de la course à seulement 17 ans et 5 mois. « C’était à la fois touchant et étrange de voir ma famille et mes amis émus aux larmes. J’ai essayé de rester fort mais j’ai eu une sacrée boule au ventre », avoue Basile Bourgnon, le co-skipper d’Edenred. « La Transat Jacques Vabre, c’est une première pour nous deux, mais contrairement à Basile, j’avais déjà vécu les émotions d’un départ de Route du Rhum, je savais à quoi m’attendre. Ce sont des sentiments forts mais une fois les amarres larguées, on passe tout de suite en mode course », conclut Emmanuel Le Roch.

Malgré les trois décennies qui séparent Emmanuel Le Roch de Basile Bourgnon, la force de ce duo, c’est sa complicité évidente. Une histoire de cœur et de compétiteurs, autant dire qu’ils n’ont pas fini de partager des émotions sur la longue route qui doit les mener jusqu’à Salvador de Bahia au Brésil d’ici une vingtaine de jours.