Tom Laperche et Loïs Berrehar : ça va commencer fort !

Tom Laperche et Loïs Berrehar, les skippers Espoir et Performance de la Filière d’excellence de course au large Bretagne – Crédit Mutuel de Bretagne sont prêts à attaquer La Solitaire. Ils ont montré sur les courses de préparation qu’ils pouvaient être aux avant postes.

Le stress des grands jours commence donc à monter doucement, mais s’il est un sentiment qui domine chez les deux jeunes navigateurs, c’est assurément l’impatience !
Après avoir effectué le convoyage de leurs bateaux en deux temps entre Port-la-Forêt et Saint-Nazaire avec un stop à Pornichet, Tom Laperche et Loïs Berrehar ont pris part hier à la grande parade qui les a menés jusqu’au cœur de la ville de Nantes. Nantes où ils vont désormais profiter d’une semaine de festivités avant le jour J.
« Cette fois, on y est ! C’est rigolo parce que c’est un moment qu’on attend depuis longtemps et, à la fois, ces derniers mois sont passés tellement vite! Il n’y a eu aucun temps mort ! », explique le skipper Bretagne – CMB Espoir dont le début de saison a, de fait, été bien rempli. « La Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten s’est achevée il y a à peine deux semaines. Le but de ces derniers jours a donc été de se reposer au maximum car c’est vraiment primordial d’arriver sur une course telle que la Solitaire avec une envie intacte et le plus en forme possible car on sait que ça va tirer », assure Tom qui a toutefois effectué deux sorties d’entraînement, jeudi et vendredi dernier, afin de tester ses nouvelles voiles. « On a profité de belles conditions et, en prime, on a bénéficié de la présence de Thomas Rouxel. Au final, on est vraiment content de ce qu’on a pu voir », a ajouté le jeune Morbihannais. Lui, comme son partenaire de team, va désormais se concentrer pleinement sur la Solitaire, l’objectif numéro 1 de sa saison. « Je me dis que j’ai de la chance d’être là. Pour l’instant, je ne ressens pas encore trop de stress mais j’imagine que ça va venir à l’approche du départ. En attendant, j’essaie de souffler, de faire d’autres choses. Ça ne sert à rien de se faire douze millions de scénarios dans la tête dès maintenant », assure Tom qui refuse de se mettre trop de pression sur les épaules à cinq jours du départ.

Même chose pour Loïs Berrehar. « L’idée, c’est de ne pas s’en mettre plus qu’il n’en faut. Le but, c’est simplement de faire en sorte que le bateau soit prêt en ajustant les dernières petites choses, de bien se reposer et d’essayer de bien dormir. Mais cette semaine je vais aussi me focaliser sur la nav’ et la météo de la première étape. On a déjà bien dégrossi le sujet au Pôle Finistère Course au Large mais ce sera important de bien préparer les choses car cela va être la première fois que l’on va faire une vraie étape de large avec ces bateaux. Il n’y a, en effet, aucune porte de passage entre Saint-Nazaire et Kinsale (Irlande). Il va pouvoir se passer d’emblée beaucoup de choses. En clair, ça va commencer fort ! », a conclu Loïs Berrehar.