Tir groupé devant Cuba

0
278
Gildas Morvan - Cercle Vert
DR

Au chant des centaines de coqs cubains ce matin, la baie de Cienfuegos offre un spectacle incroyable. Dans un clin d’œil sublime d’une rive à l’autre, le soleil a rendez-vous avec la lune pleine. Et y’a de la joie à contempler un instant deux sternes en route pour le paradis couper ce rai de lumière astrale, cet axe sidéral et sidérant qui sera aussi dans quelque jours le sublime trait final de cette transatlantique hors normes. Quelque 400 milles à l’est, une autre ligne magique s’est tracée comme par enchantement entre la pointe de Cuba et celle d’Haïti… et celle-ci ressemble à s’y méprendre à une nouvelle ligne de départ ! « Le spectacle est extraordinaire ce matin », s’enthousiasme le marseillais Marc Emig, «on est deux, trois, quatre bateaux sur la même ligne. On vient de faire 4000 milles, de traverser un océan et on recommence. C’est incroyable ! »Voilà. L’impensable scénario est en place. Regroupement général. Bataille rangée à vue. La guerre de Troie aura bien lieu. Il n’y a plus que 36 milles d’écart entre le premier et le dixième. Moins de 10 milles séparent le cinquième bateau (Atao Audio System) du dixième (Coutot Roehrig). Dix bateaux sur douze peuvent prétendre à la victoire. Rupture de stock sur les points d’exclamation !