A 27 ans, Tanguy Le Turquais fait partie de la nouvelle génération de marins engagée dans la course au large. Après quelques années à succès sur le circuit des Mini 6.50, deux titres de Champion de France en 2014 et 2015, une participation remarquée à la Transat AG2R La Mondiale, Tanguy participera à l’ensemble de la saison 2017 du circuit des Figaro Bénéteau 2, et se présentera le 4 juin prochain à Bordeaux dans la peau d’un bizuth au départ de la Solitaire Urgo Le Figaro, à bord d’un monotype aux couleurs de NIBELIS, éditeur français leader dans les solutions cloud RH et paie.

A l’école de la Mini
Dans le milieu de la course au large, Tanguy Le Turquais est surtout connu pour ses faits d’armes sur la Mini Transat. 3ème de cette unique traversée de l’Atlantique en solitaire à bord de petits voiliers de 6m50, auteur d’un grand chelem en 2014, il remporte quasiment toutes les courses du circuit dans la catégorie des voiliers de série. Tanguy, fin 2015, décide de passer à une autre étape dans sa carrière de marin en herbe et rejoint le circuit Figaro. Dès 2016, il participe en compagnie d’Hervé Aubry à la classique transatlantique en double : la Transat AG2R La Mondiale, entrant ainsi de plain-pied dans le monde professionnel et sur le circuit de référence en matière de navigation en solo. Sa gouaille, son sourire, sa facilité à communiquer, (il est issu de la fameuse génération « Y » très à l’aise avec les nouveaux outils de communication), ses compétences véliques et sa grande envie d’apprendre marquent les esprits. Cette année, grâce à NIBELIS et à un pool de partenaires fidèles comme Capitole – Finance ou Vannes Agglo, Tanguy Le Turquais prendra part à toutes les épreuves du Championnat de France des Figaristes, à commencer dès le 17 mars, par la Solo Normandie, puis la Solo Concarneau, la Solo Maître Coq et la fameuse Solitaire Urgo Le Figaro. Pour ces grands rendez-vous, Tanguy Le Turquais se prépare activement du côté de la base des sous-marins à Lorient où il bénéficie des conseils avisés de Tanguy Leglatin et de certains de ses concurrents avec lesquels il partage ses bords d’entraînements.

« Je regarde des vidéos de la Solitaire tous les jours »
« Mes journées sont très cadrées pour arriver le jour J au top » explique Tanguy. « Je ne veux rien avoir à me reprocher dans ma préparation le 4 juin, date du départ de la Solitaire Urgo Le Figaro, mon défi principal de la saison. Cela se partage entre préparation physique, entraînements sur l’eau, la météo, la nutrition, le mental avec Lorient Grand Large. J’ai récupéré mon bateau au mois d’octobre 2016. J’ai fait deux bons mois de chantier afin d’avoir un voilier « nickel », une bonne machine. En mer à Lorient, au sein des entraînements organisés par Tanguy Leglatin, nous avons d’abord fait beaucoup de manœuvres et d’optimisation de nos bateaux en janvier. Maintenant et depuis la mi-février, nous sommes dans une période de speed test où l’on passe cinq heures sur l’eau en concurrence en essayant notamment nos jeux de voiles. J’ai l’impression d’avoir une bonne vitesse mais on sait que c’est sur les longues distances que nous allons être jugés. Je reste assez serein. Dans notre groupe de figaristes lorientais, sur les offshore, je suis toujours dans le top 3 mais je ne me suis pas encore confronté aux autres, notamment aux ténors de Port La Forêt ! En tout cas, j’ai toujours aimé la course côtière depuis mes débuts en Mini. Ce qui est nouveau pour moi, c’est la monotypie, des unités qui vont tous à la même vitesse comme les Figaro Bénéteau 2, une flotte compacte qui ne permet pas beaucoup d’extravagance stratégique. J’essaie de ne pas me mettre en tête d’arriver sur les premières courses de la saison dans un mode trop compétition. Je veux me servir, par exemple, de la Solo Normandie et de la Solo Concarneau, pour me tester. En tout cas, j’ai vraiment hâte de participer à ma première Solitaire Urgo Le Figaro. Cela fait 6 ans que j’y pense. Je regarde des vidéos de la Solitaire tous les jours ! Je trépigne d’envie ».

La mer dès l’enfance
Né à Orléans d’une mère marseillaise et d’un père brestois, un sacré mixte selon l’intéressé, Tanguy a vécu son enfance sur un bateau. « Mes parents se sont séparés quand j’avais 8 ans. Mon père a décidé de refaire sa vie sur un bateau. Nous avons donc pas mal voyagé du golfe de Gascogne en passant par les îles anglo-normandes… et surtout le golfe du Morbihan. Avec mes petites sœurs, nous étions scolarisés à Vannes et on habitait sur le bateau de mon père dans le port. J’allais aussi beaucoup au Maroc ou ma mère vivait. J’ai ensuite passé le bac puis j’ai réussi mon brevet d’état dans la voile. En 2003 et 2007, mon père accompagnait la Mini Transat. Cette course m’a donné vraiment envie de devenir skipper. J’ai alors réussi à acheter un Pogo 2 avec le soutien de mes parents. Je me suis lancé dans le grand bain et j’ai enchainé 6 ans de Mini qui m’ont totalement confirmés mon souhait de devenir pro. »

Tanguy Le Turquais – 27 ans
2016 : participation à la Transat AG2R La Mondiale
2015 : 3ème de la Mini Transat dans la catégorie des voiliers de série, Champion de France Mini 6.50, vainqueur de la Lorient Bretagne Sud Mini
2014 : Champion de France Mini 6.50, Champion de France PROMOTION « course au large », vainqueur de la Pornichet Select 6.50, vainqueur de la deuxième étape des Sables – Les Açores, vainqueur de la Lorient BSM, 2ème du trophée MAP, 2ème des Sables – Les Açores
2013 : 6ème sur 53 de la Mini Transat

Le programme 2017 de Tanguy et son voilier NIBELIS
17 au 19 mars // Solo Basse-Normandie // Granville
6 au 8 avril // Solo Concarneau // Concarneau
24 au 29 avril // Solo Maître Coq // Les Sables d’Olonne
4 juin au 26 juin // Solitaire Urgo le Figaro // Bordeaux-Gijón (Espagne)-Concarneau-Dieppe
27 août au 2 septembre // Tour de Bretagne à la voile // Saint-Malo-Piriac sur mer