Solo Concarneau. Le Pape en forme, Desjoyeaux abandonne

@ Alexis Courcoux

Le départ de la Solo Concarneau a été donné ce dimanche. 16 Figaro Bénéteau 3 de la Solo Concarneau Trophée Guy Cotten se sont élancés sur le parcours de 270 milles nautiques. Une course qui fait figure de dernier entraînement alors qu’une bonne partie des autres Figaros sont en cours de maintenance en attendant la Solitaire. Martin le Pape qui a gagné la SOlo Maitre Coq apparaît très en forme. Il est actuellement en tête. A noter que Cécile Laguette (Eclisse) et Michel Desjoyeaux (Lumibird) ont signifié leur abandon à la direction de course sans que l’on sache encore pourquoi.

La flotte, qui navigue actuellement au large de l’archipel des Glénan fait désormais route au sud, en direction du phare des Birvideaux situé au large de Quiberon. Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) pointe actuellement en tête, à quelques longueurs d’Armel Le Cleac’h (Banque Populaire) et Eric Péron (French Touch). Avec 130 milles nautiques restants à parcourir, la flotte est attendue demain au petit matin sur la ligne d’arrivée devant Concarneau.

Alexis Loison (Région Normandie), qui aurait participé à sa 14e édition consécutive cette année s’il n’avait dû déclarer forfait pour blessure, nous livre son analyse de ces premières 24 heures de course et de la suite du programme des 16 navigateurs en lice.

« La flotte reste assez groupée, même si nous avons vu quelques bateaux faire des petits choix tactiques ; après le passage des Glénan notamment où quelques bateaux sont rapidement partis à terre. Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) a d’ailleurs fait un super bord entre le raz de Sein et les Pierres Vertes. Il a pris la bonne trajectoire en montant plus haut que la flotte. Ensuite, au louvoyage près le passage de l’occidentale de Sein ce matin, il y a eu deux options radicales prises par la flotte, entre le large et la navigation côtière le long de l’île de Sein. Ça a clairement mieux payé dans les cailloux et les leaders ont creusé l’écart à ce moment.

La flotte navigue actuellement au large des Glénan, dans la descente vers le phare des Birvideaux. On s’aperçoit que les vitesses moyennes commencent à chuter et que le vent thermique a du mal à s’installer. Ça va peut-être relancer un peu les cartes. Une fois qu’ils auront passé la bouée de Sud Guérande, ce sera un bord de vitesse au portant pour remonter vers Concarneau. Ce sera assez lofé et en fonction de la force du vent, les choix de voile seront très importants. Cela peut faire de grands écarts en latéral et chaque manœuvre est très couteuse… Celui qui choisira la bonne voile dès le début s’en sortira le mieux. 

C’est forcément un peu étrange d’assister à la course en tant que spectateur mais c’était bien plus raisonnable vu mon état. Mon dos va mieux et c’est encourageant et cela me permet de faire une petite pause. Mon bateau a quitté Saint Gilles Croix de Vie ce midi pour rentrer en Bretagne, mené par Erwan Tabarly, qui devrait certainement croiser la flotte de la Solo Concarneau ! C’est un petit clin d’œil ! »

A 16h30, Cécile Laguette (Eclisse) et Michel Desjoyeaux (Lumibird) ont tous deux signifié leur abandon à la direction de course de la Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten et rentrent directement au port au moteur. Plus d’information sur les raisons de leur abandon à l’arrivée des deux figaristes.

Positions à 17h

1/ Martin Le Pape (Skipper Macif 2017)
2/ Armel Le Cléac’h (Banque Populaire)
3/ Eric Péron (French Touch)
4/ Pierre Leboucher (Guyot Environnement)
5 / Lois Berrehar (Bretagne CMB Performance)
6 / Will Harris (Hive Energy Ocean Attitude)
7 / Adrien Hardy (Sans nature, pas de futur)
8 / Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019
9 / Sébastien Marsset ( Handicap Agir Ensemble)
10 / Gildas Morvan (Niji)
11 / Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir)
12 / Clément Commagnac (Grain de Sable)

Abandons de Cécile Laguette (Eclisse) et Michel Desjoyeaux (Lumibird)

Les conditions étaient idéales ce dimanche 12 mai pour le départ de la Solo Concarneau Trophée Guy Cotten 2019 ! A 15h08, les 16 figaristes engagés se sont élancés sur les 270 milles nautiques du parcours sous un grand soleil et un vent de 8-10 nœuds permettant aux Figaro Bénéteau 3 de rapidement partir en direction de l’archipel des Glénan, premier point de passage. Eric Péron (French Touch), situé au plus près du bateau comité, a pris le meilleur départ et pointait en tête à la bouée de dégagement. Avec des conditions variées et ventées attendues sur l’épreuve, les premiers sont attendus dans le port de Concarneau mardi au petit matin.

Hervé Gautier, directeur de course : « la procédure de départ s’est très bien passée sur l’eau. Le vent est resté stable, aux alentours de 7 nœuds, dans un vent mollissant. Il était temps qu’ils partent au large ! Il y avait de nombreux bateaux spectateurs sur l’eau, une trentaine, qui ont pu admirer ces nouveaux Figaro Bénéteau 3 de près. Eric Péron a rapidement pris l’avantage, au plus près du bateau comité, parti chercher une rotation vers la droite du plan d’eau. Le flux d’Est devrait se mettre en place en début de nuit, et devrait être stable jusqu’à l’arrivée mardi. »

Ils ont dits :
Armel Le Cleac’h (Banque Populaire) : « Nous allons avoir de bonnes conditions pour partir avec du vent et du soleil, et un vent d’est qui va s’établir cette nuit jusqu’à l’arrivée. Ça va être assez tonique avec pas mal de près. Ça permet de compléter les gammes de voiles et de bords que l’on n’a pas auparavant. Le parcours est bien pour continuer à apprendre sur le Figaro Bénéteau 3. Ça devrait être rapide ! On va naviguer dans des endroits où nous passerons sur la Solitaire du Figaro, dans des endroits piégeux avec des cailloux et du courant, comme le passage du raz de Sein par exemple. L’objectif est de naviguer tranquillement, tout en observant les autres car il y a un très bon niveau. »

Cassandre Blandin (Klaxoon C) : « Je suis là pour apprendre ! Surtout que ce sont des endroits dans lesquels nous naviguerons sur la Solitaire ! La navigation dans les cailloux me fait d’ailleurs un peu peur. Je pense regarder un peu les trajectoires des autres… Je vais m’appliquer sur le rythme à bord, notamment sur la nutrition. J’ai embarqué des petites boissons, Beauty Sane, de la poudre à laquelle on ajoute de l’eau. Ça fait l’office en apport énergétique et les composants sont bons. Mon objectif aujourd’hui est de terminer, et si possible sans être 10 heures derrière tout le monde . »

Michel Desjoyeaux ( Lumibird) : « c’était un peu calme ce matin et ça correspond au fichier, avec un vent de sud-est qui va tourner à droite dans l’après-midi pour finir nord après avoir passé les Moutons. Il va continuer à tourner pour finir dans un régime d’Est à peu près stable. Il va se renforcer quand on sera en Baie d’Audierne, avoisinant les 15-20 nœuds. C’est parfait car on a des conditions variées. Il n’y a pas grand-chose à faire en termes de trajectoire car avec l’orientation du vent au 80°, on est quasiment sur un bord pour aller jusqu’à Sud Guérande. Il y aura peu d’options et ce sera plutôt un bord de sanglier, une vraie course de vitesse. C’est intéressant de voir ça ! Il y aura des petites subtilités sur les choix de voile, soit spi lourd, gennaker, ou grand spi. Il y aura de quoi s’occuper ! Une chose est sûre, nous allons aller vite et les routages nous voient de retour à Concarneau mardi matin tôt. »

Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) : « La Solitaire arrive à grands pas et je vais profiter de cette Solo Concarneau pour travailler certains axes. Il y a 16 bateaux avec un beau plateau. C’est une régate joviale, dans une atmosphère conviviale, tel un entraînement mais avec le bateau en configuration course. Les conditions seront variées et cela va nous permettre de tester plein de choses. C’est notre première régate de l’année dans des conditions estivales et ça fait plaisir. Ce sera aussi la première fois que nous naviguerons dans les cailloux bretons ! Ça s’annonce très sympa ! »

Adrien Hardy (Sans nature, pas de futur) : « je me suis décidé au dernier moment car j’avais encore beaucoup de travail sur le bateau. Mais j’avais très envie de participer à cette épreuve. C’est le meilleur entrainement possible ! Je ne suis arrivé que ce matin à Concarneau : une arrivée tardive qui me permet de bien connaitre les conditions sur zone ! Mon objectif est d’engranger de l’expérience et des milles. J’y vais pour le plaisir, sans pression ! »