Solitaire Urgo Le Figaro. Trois abandons pour problème d’étanchéité de trappes de foils

Les Figaros apres le passage du phare de Bishop lors de la 2eme etape de la Soiltaire Urgo Le Figaro 2019 entre Kinsale (Irl) et Roscoff) - le 10/06/2019 @ ALexis Courcoux

Trois abandons ont été déclarés dans la nuit de lundi à mardi pour des problèmes d’étanchéité de trappes de foils sur le Figaro Bénéteau 3. Cécicle Laguette (Eclisse) à 0h01, Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) à 5h17 puis Thomas Ruyant à 5h56. Ils abandonnent la deuxième étape et font route vers la Baie de Morlaix (Roscoff) pour réparer et être au départ de la troisième étape. Idem pour Julien Pulvé dans la journée de lundi pour un problème d’énergie à bord.

Francis Le Goff, ditrecteur de course : « Il y a 30 à 35 nœuds établis et des rafales… Dur, dur avec une mer qui te fait décoller : c’est du saute-moutons ! On est resté toute la nuit avec le peloton et vu le nombre d’avaries, on a bien fait. Ça a commencé avec Martin (Le Pape) en début de nuit : il avait bien chargé son bateau d’eau et il ne savait pas trop d’où ça venait. Il a perdu toute son énergie d’un coup et c’était un peu inquiétant. Il a tout sécurisé rapidement, il a pompé, récupéré l’énergie. Puis il a fait une première tentative pour reprendre la course, puis une deuxième et une troisième, mais ça continuait alors il a mis le clignotant à droite, vers Roscoff. Après il y a eu Cécile (Laguette), puis Thomas (Ruyant) qui ont abandonné. Et Arthur (Le Vaillant) et Damien (Cloarec) ont eu les mêmes problèmes mais ils ont réussi à stabiliser la situation avant que l’eau ne monte de trop dans le bateau. Ils ont fait ce qu’il fallait pour naviguer le plus à plat possible afin que l’eau ne rentre pas par ces trappes de visite des foils. »

Martin Le Pape : « En tout début de la nuit dernière, pendant que nous rasions les côtes anglaises, j’ai constaté que de l’eau était montée à l’intérieur du bateau : il y avait 80 à 90 centimètres de flotte au fond de la coque ! Cela a noyé les batteries et je ne savais pas vraiment d’où cela venait. J’ai écopé au seau parce que les pompes étaient en rade… J’ai vidé le bateau et je suis reparti sous gennaker pour voir d’où la fuite d’eau venait : j’ai vu que c’était par les trappes de visite des puits de foils. J’ai réussi à étanchéifier avec du joint, j’ai attendu un peu que ça sèche et je suis reparti. Mais ça n’a pas tenu suffisamment longtemps ! Je ne voulais pas abandonner, mais là, c’était trop au vu des conditions de vent qu’on attendait. Du coup à Roscoff, il va falloir changer les batteries, l’aérien de girouette qui a cramé dans l’histoire et étanchéifier les trappes de foils : je serai au départ de la troisième étape dimanche, mais j’ai déjà besoin d’une bonne nuit pour encaisser cet abandon qui me plombe le moral après une bonne première étape… Il faut rebondir maintenant : il reste deux manches. »

Identifié depuis sa mise à l’eau comme l’un des défauts de jeunesse du Figaro Bénéteau 3, le manque d’étanchéité des trappes de foils a contraint 3 skippers à abandonner sur cette deuxième étape. Le chantier a pourtant corrigé à trois reprises le problème qui vient de la trappe de foil en elle-même et par ricochet du dimensionnement des pompes de cale.

Le premier système de trappes de foils laissait passer énormément d’eau dans le bateau. Les pompes de cale n’étaient pas dimensionnées pour évacuer autant d’eau et tombaient en panne avec l’électronique. Le chantier a donc procédé à un premier remplacement de la trappe en changeant de fournisseur mais de l’eau continuait encore à passer. Il a du se résoudre a fabriquer lui-même sa propre trappe de foil. Les pompes de cale ont également été changées tout en prenant en compte un foil étanche.

Si certains skippers ont émis des doutes au départ du Figaro sur les changements de pompes de cales, difficile de dire à l’heure actuelle si le problème sur les 3 bateaux qui ont abandonnés est le même et s’il peut affecter l’ensemble de la flotte. Mais il est clair que les conditions un peu plus musclées cette nuit et des vitesses supérieures à 10 nds ont montrées que le Figaro Bénéteau 3 était encore fragile.

Dépêchée à Roscoff, l’équipe technique de Bénéteau va tenter d’en savoir un peu plus sur ces avaries. D’après leurs infos les trappes concernées ne sont pas celles remplacées par Bénéteau après la Solo Maître CoQ mais plutôt des trappes de visite de ce type qui étaient déjà sur les Figaro 2.

C’est triste pour les skippers et pour la course. Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) était 9e au général. Quant à Thomas Ruyant, il avait bien animé la course sur la première étape.

Les abandons

– Alain Gautier – Merci pour ces 30 ans – foil cassé suite à un contact
– Benjamin Schwartz – Action contre la faim – cadène d’étai cassé
– Julien Pulvé – Team Vendée Formation – problème d’énergie à bord
– Cécile Laguette – Eclisse – problème d’étanchéité des puits de foils
– Martin Le Pape – Skipper Macif 2017 – problème d’étanchéité des puits de foils
– Thomas Ruyant – ADVENS – La Fondation de la mer – problème d’étanchéité des puits de foils
+ à noter que Cassandre Blandin (Klaxoon C) et Gildas Morvan (Niji) n’ont pas pris le départ de la deuxième étape.