Solitaire Urgo Le Figaro. Réactions du vainqueur Yoann Richomme et des autres skippers

Victoire de Yoann Richomme (HelloWork-Groupe Telegramme) sur la 50eme edition de la Solitaire Urgo Le Figaro 2019 - Dieppe le 26/06/2019. Alexis Courcoux

Yoann Richomme pensait arriver sur le podium de cette 4e et dernière étape de la Solitaire. Il aura terminé finalement juste derrière Corentin Douguet (NF Habitat) à la 4e place.
Le skipper d’Hello Work – Le Telegramme remporte cette 50e edition de la Solitaire avec la manière.

« J’ai navigué détendu toute l’étape et du coup, j’ai pris beaucoup de plaisir. C’était presque la seule véritable étape typique de Figaro avec une flotte très groupée, des changements de leader tout le temps et j’avais vraiment à cœur de faire bien sur celle-ci pour prouver que je méritais cette Solitaire. C’est énorme, je suis super ému, j’avais jamais rêvé d’en gagner deux et encore moins celle-là. L’histoire est magnifique et j’espère qu’elle va continuer. Il y a deux mois, je me demandais comment j’allais être au départ. En six mois, j’enchaîne deux victoires avec la Route du Rhum, c’est incroyable.
Quand je suis parti l’autre soir avec « Rico » (Eric Péron) à la côte de l’île de Wight, je me suis dit, « là, t’as tout mis dans la balance, si tu te rates, tu prends deux heures et c’est fini ». Et à la fois, j’avais envie de naviguer comme j’aime le faire et de me permettre des coups. Au final, le scénario s’est déroulé tout seul. Je savais qu’il y avait du courant à la côte mais je ne voulais pas rester au Sud dans la molle. Au final, on fait une belle visite de la pointe Sainte Catherine, c’était magnifique !

La première fois que j’ai gagné en 2016, on s’était tiré la bourre toute la saison avec Charlie, c’était différent. Cette année, le plateau est plus relevé, l’équation était plus compliquée pour moi et cette victoire a une saveur différente. A la fois, j’ai mis trois ans à réaliser que j’ai gagné la première, donc me voilà reparti sur trois ans »

2ème au classement général, Gildas Mahé (Breizh Cola Equi Thé) va pouvoir célébrer sa seconde place acquise lors de la 3e étape alors qu’il pensait que tout était perdu après une 1er étape désastreuse. Il a du tout donner sur cette dernière étape difficile et aller au bout de lui-même pour confirmer sa meilleure place sur la Solitaire.
« Impossible de dormir pour pas se faire marcher dessus par la meute ! Cette nuit, j’ai du faire une sieste de 20 minutes, c’est tout. Même à la fin, le pilote marchait mal dans le clapot, il fallait barrer. Jusqu’au bout, ça a été chaud, un peu comme toute cette Solitaire d’ailleurs. On a un beau vainqueur, un beau plateau et je suis très fier de moi. Je ne m’étais pas mis d’objectif, j’espérais faire dans les cinq et là deuxième, c’est génial. Cette année, le curseur est très haut avec un plateau dingue et quatre étapes longues et au tracé très libre, c’est fatigant et usant pour les nerfs. Même pendant l’étape, j’ai douté, j’ai cravaché, j’allais un peu moins vite que les leaders mais j’ai fait des choix corrects et je me suis concentré. Hier en partant de Saint Marcouf, j’ai commencé à regarder où était Anthony et Alexis. Alexis était à l’autre bout du plan d’eau mais j’ai décidé de « macher » Antho jusqu’au bout ».

Anthony Marchand (Groupe Royer Secours Populaire), neuvième à Dieppe, 3ème au classement général a réussi lui aussi sa Solitaire après être revenu de loin. Il signe une belle victoire d’étape.
« Oui, je suis fier de cette troisième place au général, mais un peu moins de la fin de cette étape ! A la fin avec la fatigue, je faisais tout et n’importe quoi. Mais je suis parvenu à passer devant Alexis et de me maintenir juste devant Corentin Douguet. J’avais leurs positions et je n’ai pas arrêté de tactiquer toute cette matinée avec ça. Au départ, je m’étais enlevé toute la pression, je m’étais promis de ne contrôler qu’à la fin. Le long de la côte anglaise, je savais que ça mistouflerait, mais j’ai fait avec. Ca fait deux ans que la Solitaire se passe bien avec deux podiums. je crois que ça correspond à un déclic après la parenthèse que j’ai pris sur la Volvo. Je suis revenu avec plein d’autres choses en tête et ça m’a libéré. »

Corentin Douguet (NF Habitat) aura été l’un des plus constant sur cette Solitaire. Il signe une 3e place sur cette dernière étape et prend la 4é au classement général et manque de peu le podium. Un tout petit manque de réussite mais avec le plateau relevé de cette édition est une belle performance. « Je suis déçu de rater le podium du général pour un poil de cul, à cause d’un mouillage qui casse sur la troisième étape. A la fois faire 4 sur cette Solitaire de dingue avec le plateau relevé, c’est la place du con mais ça a de l’allure quand même. Il s’est passé plein de belles choses. Apparemment, plein de coureurs ont fait plus de bêtises que moi sauf trois ! Mich (Desjoyeaux) l’avait dit, c’est une course par élimination et il faut être régulier. Ce podium d’étape, c’est bien. J’ai cru à un moment donné que je pouvais la gagner. Je ne suis pas resté collé à Eric et Armel, j’ai joué à la côte et à la fin, le vent a adonné pour eux, ils sont passés… ».

Benjamin Schwartz (Action contre la faim), seizième à Dieppe, sixième et premier bizuth au classement général

« Je suis arrivé avec beaucoup de stress, j’avais envie de bien faire. Il a fallu gérer. Quand Francis égraine le classement et qu’on est 35ème, il faut arriver à rester calme. C’est dur parce que t’es tout seul et quand tu t’énerves, tu n’as personne pour te calmer et te consoler. Dans les orages, la deuxième nuit, ça a été très dur et Justine qui n’était pas très loin a du m’entendre ! Quand tu fais un bon coup bien sur, c’est une satisfaction, une fois que c’est terminé. La nuit dernière, je me suis fait violence pour ne pas dormir et raccrocher le bon paquet. Je savais que la Solitaire serait dure physiquement, mais le pire, c’est le mental. Cette étape a été la plus exigeante pour le sommeil. Ce qui fait la différence, c’est le mental. C’est un aspect sur lequel il faut arriver extrêmement solide sur la Solitaire. »

Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), deuxième à Dieppe, dixième au classement général

« Terminer sur une bonne note, c’était l’objectif annoncé à Roscoff après une troisième étape difficile. Il fallait être mobilisé, il y a eu des passages compliqués, notamment à Wight ou Saint-Marcouf. J’ai grappillé mètre par mètre toute cette nuit pour revenir. A 20 minutes de la ligne, j’étais même en tête je crois. Mais il ya eu des bords à tirer, ça attaquait dans tous les sens. Il m’a manqué un petit quelque chose, en plus j’ai déralingué mon solent dans un virement, donc j’ai perdu un peu de temps.

Le bilan de cette Solitaire est bon. Tout n’est pas à refaire. J’ai manqué un peu de régularité et la troisième étape m’a condamné au général. C’était important pour moi d’être là. On s’était donné deux années avec Banque Populaire pour faire quelque chose de bien. On va travailler pour faire encore mieux l’an prochain.

Yoann a été régulier, toujours présent, il mérite bien sa place. Il a mis la pression à tout le monde sur la première étape. Il a enfoncé le clou dans la seconde et su rester bien placé dans la troisième. Il n’y a rien à dire, c’est une belle victoire ».

Alexis Loison (Région Normandie), vingt-cinquième à Dieppe, cinquième au classement général

« Une dernière manche pas facile, surtout que je rate le podium du général. Il y a un moment, j’ai eu l’opportunité de partir avec du vent et de lâcher un peu le contrôle, je n’ai pas l’impression de faire une bêtise, je suis déçu de voir mes espoirs de podium s’envoler, la fin vers Dieppe a été assez longue. J’ai l’impression que j’ai un peu de mal à finir mes étapes, ça fait deux fois que ça me fait le coup. Je fais cinquième au final, c’est une place que je visais, mais j’aurais bien voulu mettre un peu plus de panache. Je suis capable de faire des choses vraiment bien, mais il faut que j’arrive à conclure, sinon je n’arriverai pas à la remporter cette Solitaire. Il y a du positif, mais il y a vachement de frustration, c’est dur. »