Solitaire Urgo Le Figaro. Qui pourra battre Yoann Richomme ?

Jeudi 13 Juin, la Solitaire Urgo Le Figaro 2019, Roscoff, village de la course, ambiances pontons

La 3è étape de la Solitaire Urgo Le Figaro part ce dimanche à 14h. Une étape Roscoff-Roscoff avec deux traversées de la Manche qui pourrait rabattre les cartes au classement général dominé sans partage par Yoann Richomme (Hello Work – Le telegramme).

Ce dernier a remporté la première étape en se sortant de tous ses pièges, terminé 2e de la seconde en résistant à Armel Le Cleac’h (Banque Populaire) et Morgan Lagravière (Voile d’engagement). Il est impressionnant dans tous les secteurs du jeu, dans l’analyse du plan d’eau ou sur la vitesse de son bateau.
Il compte 2h17 d’avance sur son dauphin Pierre Leboucher (Guyot Environnement) qui réalise une très belle Solitaire. Toujours aux avants poste, Pierre Leboucher a fait deux belles étapes. Ses choix ont été souvent payants et la régularité paie même s’il ne s’est rarement échappé seul.
A 2h28 du leader, Armel Le Cleac’h, avec son expérience de la Solitaire, reste encore dans le match pour la victoire finale. Ce dernier va jouer dans son jardin sur cette étape. Après une très belle deuxième étape il reconnait avoir manqué de clairvoyance sur la fin :  » Lors du dernier bord vers Portsall, j’ai fait deux-trois petites bêtises et n’ai pas été assez opportuniste. Dans ces cas-là, les milles perdus coûtent triple car le courant se renverse. J’ai à nouveau perdu des places entre Portsall et l’arrivée. » C’est lui que surveillait Yoann Richomme lors de la 2e étape. Il en sera de même sur cette troisième.

Leur marquage respectifs pourraient peut-être faire l’affaire des rares skippers qui sont encore à moins de 3 heures du leader. Eric Péron (French Touch), 4e est à 2h48. Il navigue bien et évite de sortir du cadre sur cette édition contrairement à ses habitudes. Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir), 5e et premier bizuth, la révélation de cette Solitaire est à 2h48 et bien dans le coup à chaque étape. Corentin Douguet (NF Habitat) à 2h51 a l’expérience pour faire un coup. Adrien Hardy (Sans Nature pas de futur), 7e à 3h18 est peut-être loin mais il pourrait profiter du duel entre Armel et Yoann pour rattraper une partie de son retard et revenir dans la course pour la dernière étape.

Une chose est sûre, ce nouveau bateau est capable de créer des écarts importants à l’arrivée. Cette étape avec de nombreux pièges pourrait rabattre les cartes. Du moins on l’espère, pour vivre une dernière étape mémorable. Mais cette première édition en Figaro Bénéteau 3 nous régale déjà.