Solitaire Urgo Le Figaro. Alexis Loison : « Une étape où je peux aller chercher la gagne »

@ Jean-Marie Liot

Rien n’est donc encore joué au classement général. Alexis Loison, actuellement troisième au classement provisoire, le sait bien, tout peut être chamboulé dans un sens comme dans l’autre, mais la victoire finale reste à portée de main. Le skipper du Figaro Bénéteau 3 aux couleurs de la Région Normandie est prêt à lâcher toutes ses forces dans la bataille pour aller chercher le graal. Pour cela, il a dans sa Manche de nombreux atouts, à commencer par sa fine connaissance du terrain de jeu ainsi qu’il l’a montré lors de l’étape précédente, mais aussi son expérience et sa détermination à faire mieux que 6e, son meilleur résultat jusqu’alors sur l’épreuve.

« Il va encore une fois se passer plein de trucs sur cette étape, avec des renverses de courants, des zones sans vent, des transitions, de l’air, des orages… Bref, on va, comme lors des manches précédentes, avoir droit à la panoplie complète. Rien n’est donc fait et c’est plutôt motivant car il y a moyen que des écarts importants se créent », explique Alexis Loison. Actuellement troisième au classement général à 2h47 du premier, Yoann Richomme, et à 55 minutes du deuxième, Gildas Mahé, le Cherbourgeois voit là une belle opportunité de revenir au score, même s’il ne perd pas de vue que derrière, ça se bouscule au portillon. Pour preuve, ses quatre plus proches poursuivants, Anthony Marchand, Corentin Douguet, Benjamin Schwartz et Adrien Hardy, le talonne à moins de 40 minutes. « J’ai gros à gagner et gros à perdre mais je suis prêt à jouer », détaille le skipper de Région Normandie qui préfère voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. « Ce dernier round, je le vois plutôt comme celui où je peux aller chercher la gagne et je vais vraiment attaquer. Je ne tenterai pas non plus le tout pour le tout mais je ne manquerai pas une belle opportunité si elle se présente. Il est possible que Yoann (Richomme) verrouille le jeu en marquant Gildas (Mahé). Si c’est le cas, ça peut aussi faire mes affaires », note Alexis, motivé comme jamais d’autant que c’est dans des coins qu’il connait bien et qu’il affectionne particulièrement que va se jouer ce dernier acte décisif.

Des pièges à la pelle mais tout autant de motivation
Les points clés ? « Au début, on va profiter d’un flux d’une vingtaine de nœuds. Ce sont des conditions où le bateau accélère fort et il ne faudra pas se planter dans les manœuvres. Il ne faudra pas non plus perdre de vue que des petits écarts en latéral vont pouvoir provoquer de grosses différentes en termes de pression. Il faudra donc bien les différencier. La première traversée de Manche devrait être très rapide, au portant, mais ensuite, il faudra faires des choix judicieux le long des côtes anglaises où l’on va se retrouver au louvoyage. Jouer les pointes et les courants, bien avoir en tête les timings… tout cela sera important d’autant qu’ensuite, on va avoir une espèce de grosse transition à négocier en approche de la bouée Owers », souligne le navigateur qui s’attend à un éventuel regroupement de la flotte à cet endroit avant l’arrivée d’un nouveau vent qui pose encore quelques questions. « La fin de la course ne sera pas simple. Il reste pas mal d’incertitudes concernant la météo mais en plus de ça, on sait par expérience que l’atterrissage sur le raz Barfleur peut être déterminant selon l’heure et peut se révéler un passage à niveau +++. Idem pour ce qui concerne les derniers milles le long des falaises dieppoises. Il y a moyen de gagner ou de perdre beaucoup et si je sais que je la possibilité de faire mon meilleur résultat depuis mes débuts sur la Solitaire, je n’oublie pas que j’ai mon collègue Anthony Marchand à seulement un quart d’heure de moin ni que j’ai aux fesses un gars comme Adrien Hardy qui est connu pour tenter des gros coups et pour gagner à Dieppe », a terminé Alexis Loison qui devrait être fixé sur son sort dans la nuit de mardi à mercredi. On croise les doigts pour qu’il soit récompensé à la hauteur de son travail et de son talent