Solitaire du Figaro. Armel Le Cleac’h impérial signe sa 7e victoire d’étape et prend la tête au général

Armel Le Cleac'h (Banque Populaire) 1er de la 2e étape de La Solitaire du Figaro - Saint-Nazaire/Dunkerque @ A.Courcoux

Armel Le Cléac’h a été impérial sur cette deuxième étape. Il avait impressionné sur la première étape et confirme davantage sur la deuxième en montrant qu’il est au-dessus du lot dans tous les compartiment du jeu: stratégie, vitesse, météo en étant toujours le seul a faire les bons choix. Il remporte l’étape et prend la tête du général en comptant plus de 43 minutes sur son dauphin Xavier Macaire. La troisième étape s’annonce crucial mais avec son niveau de jeu, difficile d’aller le chercher mais tout reste ouvert en Figaro.

Le skipper de Banque Populaire aura mis 2 jours 5 heures 20 minutes et 34 secondes pour rallier Dunkerque depuis la Baie de Saint-Brieuc. Il décroche sa septième victoire d’étape sur La Solitaire et prend du même coup les commandes du classement général. Sept ans après sa sixième, entre Porto et Gijon, Armel Le Cléac’h a donc remporté ce mardi après-midi sa septième victoire d’étape sur La Solitaire du Figaro. Une victoire qui ne souffre aucune contestation, tant le skipper de Banque Populaire, apparu déjà offensif sur le parcours initial de cette 51e édition finalement terminé au quatrième rang, aura navigué en patron sur les 404 milles entre la Baie de Saint-Brieuc et Dunkerque, où La Solitaire fait escale pour la première fois de son histoire.

Dès la première traversée de la Manche menant les 35 solitaires vers le phare d’Eddystone, au sud-ouest de Plymouth, il est en effet allé chercher une petite bascule de vent sur la droite du plan d’eau, ce que n’ont pas osé faire ses concurrents. « Ce choix, plusieurs routages le donnaient, mais il y avait une part de risque de tomber dans une molle, Armel y est allé, pas les autres », admire Christian Le Pape, le patron du pôle Finistère Course au large de Port-la-Forêt, où le natif de Saint-Pol-de-Léon s’entraîne depuis ses débuts en Figaro Bénéteau il y a presque vingt ans.

Interrogé ce mardi matin au large de la Côte d’Opale sur cette option, ce dernier ajoutait, à propos de ce choix de route décisif : « J’étais déterminé, assez certain de mon coup, je voulais vraiment me positionner dans le nord de la flotte pour anticiper la bascule de vent. Ça s’est bien passé et ça m’a permis de passer Eddystone à la première place et, derrière, de m’échapper. Quand j’ai senti que ça commençait à partir un peu par devant après Start Point, j’en ai profité pour mettre du charbon, j’ai beaucoup barré, parce que je savais que ces mètres-là allaient compter double. »

Et effectivement, ces mètres ont compté double, puisque le vainqueur du dernier Vendée Globe ne va dès lors faire que creuser l’écart sur ses poursuivants, s’offrant un vrai cavalier seul sur la deuxième traversée de la Manche direction Antifer, puis lors de la remontée vers Dunkerque, sous le DST (dispositif de séparation du trafic) de Calais. C’est finalement à 16 heures 20 minutes et 34 secondes, après 2 jours 5 heures 20 minutes et 34 secondes que le skipper de Banque Populaire a pu laisser éclater sa joie de renouer avec la victoire sur La Solitaire du Figaro et de s’emparer des commandes du classement général. Xavier Macaire, le vainqueur de la première étape (avec 10 minutes et 20 secondes sur lui), se situait en effet alors à une bonne quarantaine de minutes de la ligne d’arrivée.

Avec ce septième succès d’étape, Armel Le Cléac’h devient le patron et le nouvel homme à battre de cette 51e édition et vu la détermination et la concentration affichées depuis le grand départ en Baie de Saint-Brieuc par celui qui peut entrer dans le cercle des cinq triples vainqueurs de la course, nul doute qu’il sera difficile à détrôner…