SNOSAN, un outil de mesure de l’accidentologie en mer

Le SNOSAN est un outil de recueil, d’analyse et de prévention des accidents liés à la pratique d’activités de plaisance et de loisirs nautiques.

A ce titre, plusieurs outils numériques sont désormais mis à disposition de la presse et du public pour présenter l’accidentologie en mer :
– une base des données relatives aux opérations assurées par les CROSS (Centre régionaux opérationnel de surveillance et de sauvetage) depuis 1985. Actualisée en continu, elle est disponible sur le site data.gouv.fr ;
– un site internet (snosan.fr) faisant apparaître des éléments d’accidentalité en direct, des conseils, des articles de fond et la cartographie évoquée ci-dessous ;
– une cartographie interactive (carte.snosan.fr) des opérations géo-localisées et anonymisées intervenues sur l’ensemble du territoire métropolitain et ultra marin.
La plaisance et les loisirs nautiques se sont considérablement développés en France depuis les années 1960. Aujourd’hui, ces activités sont pratiquées chaque année par environ 13 millions de personnes, et pas seulement en période estivale.

Sécuriser des pratiques requiert en tout premier lieu d’en connaître précisément l’accidentalité. Combien d’opérations d’assistance ou de sauvetage leur sont-elles dédiées ? Quels évènements en sont à l’origine ? Avec quelles conséquences humaines ?
Pour le savoir, plusieurs acteurs ont décidé de travailler ensemble en mettant en commun leur expertise, à savoir : le ministère de l’Intérieur, notamment sa direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises, le ministère chargé de la Mer et tout particulièrement sa mission de la navigation de plaisance et des loisirs nautiques et le ministère chargé des Sports et son établissement national que constitue l’Ecole Nationale de Voile et des sports nautiques. La Société nationale de sauvetage en mer a été bien entendu associée à cette initiative.

La création de ces nouveaux outils a été rendue possible grâce à la volonté du Premier Ministre d’accélérer la numérisation de l’administration via le programme « Entrepreneurs d’intérêt général » piloté par ETALAB.

PREMIERS RÉSULTATS ET PERSPECTIVES :
Le SNOSAN a déjà permis de mettre en exergue, pour chaque activité, les types d’évènements les plus fréquents et la localisation d’un certain nombre de « points chauds ». Sur cette base, il a déjà pu établir de premières recommandations mises en ligne sur son site internet.
Par exemple, il est intéressant de voir les moyens d’appels pour contacter le CROSS.

 Moyens d’alerte pour contacter le CROSS 

moyen_alerte Totals
Téléphone à la mer / GSM 2,764
VHF phonie 2,279
Téléphone mobile à terre 2,173
Téléphone fixe 910
Balise de détresse 168
Autre moyen d’alerte 127
VHF ASN 104
Téléphone à la mer / satellite 71
Signal pyrotechnique 60
Autre signal réglementaire 19
Télex 10
Télécopie 10
MF/HF ASN 5
MF/HF phonie 3
Balise 121,5 Mhz 2
Totals 8,705