Sébastien Simon el patron!

Sebastien Simon (Bretagne CMB Performance) vainqueur de la 2eme etape de la Solitaire URGO Le Figaro 2018 entre Saint Brieuc et Ria de Muros - Portosin le 05/09/2018 @A. Courcoux

C’est finalement à 4h du matin que les premiers solitaires ont achevé cette deuxième étape de la Solitaire en Espagne. Une très belle et éprouvante étape remportée par Sébastien Simon qui, après un empannage judicieusement placé à 200 milles du Cap Finisterre accompagné par Eric Péron, aura tenu jusqu’au bout pour s’imposer pour sa deuxième victoire d’étape sur une Solitaire et prendre la tête au classement général.
Le skipper de Bretagne CMB Performance a parcouru les 515 milles en 2 jours 14 heures 5 minutes et 55 secondes, il devance Xavier Macaire (SNEF) de 26mn et Anthony Marchand (Groupe Royer-Secours Populaire) de 30 mn.

Sébastien Simon, 28 ans et cinquième participation (il avait terminé 4e en 2017), aura bâtie sa victoire en trois temps : après une descente de Manche pendant laquelle il a eu l’impression de « tout faire à l’envers », il a choisi la bonne option dans le Chenal du Four, qui a eu raison de quelques ténors (Gildas Mahé, Alexis Loison, Erwan Tabarly…), fait parler sa vitesse sous spi lorsque le vent de nord-est est rentré, puis pris le pouvoir dans la nuit de lundi à mardi à la faveur d’un empannage parfaitement « timé » dans le golfe de Gascogne, seulement suivi par Eric Péron (Finistère Mer Vent). « Les autres ont essayé de viser le cadre parfait, à 200 milles du cap Finisterre, à mon avis, c’était ambitieux, commentera-t-il au ponton du port de Portosin. Moi, j’ai commencé à exploiter tout de suite les oscillations, j’ai empanné, et en plus, ça m’a permis d’être dans une autre optique, parce que du coup, je naviguais tout seul. Je me suis reposé toute la deuxième nuit, alors que je pense que les autres étaient tous à la barre à se tirer la bourre, et ça, je pense que ce n’était pas très bénéfique pour eux ».

Restait ensuite à réussir l’atterrissage sur les côtes galiciennes, ce qui n’a pas été chose aisée parce que la situation orageuse sur zone a permis aux bateaux de derrière de revenir, au point qu’à l’entrée de la Ria de Muros Noia, ils étaient cinq à prétendre à la victoire. La réussite a alors été du côté de Sébastien Simon, reparti le premier et finalement vainqueur à 4h05’55 avec 19’57’’ d’avance sur Xavier Macaire (Groupe SNEF) et 20’06’’ sur Eric Péron (Finistère Mer Vent). Derrière, les écarts sont conséquents (Anthony Marchand à 35’16’’, Thierry Chabagny à 35’42’’, Charlie Dalin à 36’56’’), preuve que Sébastien Simon a frappé un grand coup et s’affirme comme le nouveau patron de cette 49e édition, son poursuivant immédiat au général, Xavier Macaire, pointant à 26’31 ! « Je suis hyper heureux, c’est la deuxième étape que je remporte, c’est la preuve que la première n’était pas un hasard, il n’y a plus qu’à faire la même chose sur les suivantes. Je suis venu pour gagner et je repartirai pour essayer de gagner. Maintenant, la course n’est pas finie, il faut savoir que ça reste un sport mécanique, il peut m’arriver n’importe quoi à la prochaine étape, il faut rester concentré et on verra ça à Saint-Gilles-Croix-de-Vie », a conclu le skipper de Bretagne CMB Performance. Le port vendéen sera en effet le port d’arrivée des deux dernières étapes, le rêve de Sébastien Simon d’y remporter sa première Solitaire, lui qui se lancera l’année prochaine dans un projet ambitieux de Vendée Globe, n’a jamais été si près de se réaliser…

Ils ont dit :

Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance), 1er de l’étape : « J’avais une petite revanche à prendre sur la première, je crois que la chance m’a souri cette fois. La première nuit a été un peu compliquée, je suis passé en tête après le parcours côtier, mais après, je me suis dit que jamais je n’allais réussir à revenir, je faisais tout à l’envers, j’avais des algues partout. Finalement, je me suis accroché et après, il y a eu du portant, de la glisse, du vent, ce que j’apprécie, je les ai doublés un par un mais à la fin, tout a failli être remis en question, tout le monde est arrivé derrière moi, je ne comprenais pas d’où ils venaient mais gros coup de bol, je suis reparti avec la pression. Je fais coup double et même triple, avec le Championnat de France (Elite de course au large), parce je crois qu’Alexis Loison est bien loin, mais la course n’est pas finie, il faut savoir que ça reste un sport mécanique, il peut m’arriver n’importe quoi à la prochaine étape. Il suffit d’une grande étape de près, Charlie (Dalin) adore le près, donc il faut rester concentré et on verra ça à Saint-Gilles-Croix-de-Vie ».

Xavier Macaire (Groupe SNEF), 2e de l’étape : « C’est cool ! J’ai bien bossé, le résultat est là et c’est mérité… Je suis bien content. Et pourtant, j’ai fait des boulettes, surtout au niveau des manœuvres qui ne passaient pas toujours très bien. En revanche, au niveau vitesse et tactique, ça a bien marché. Quand il y a 30 nœuds et une mer démontée dans tous les sens, l’empannage est vraiment délicat. Et on en a fait quelques-uns ! La nuit, la fatigue, le vent plus fort : je me suis fait un peu peur parfois. Mais la bagarre finale avec les copains à côté, c’était génial : belle étape ! »

Eric Péron (Finistère Mer Vent), 3e de l’étape : « Tout est bien parti, mais la première nuit, j’étais complètement HS, je n’étais pas lucide j’ai fait n’importe quoi et les petits copains m’on rattrapé, je ne savais quoi faire. Et puis après, je suis rentré dans le match doucement, en fait j’allais vite sous spi. j’ai fait une belle lay-line à 200 milles du but avec Seb, ce n’est pas facile à faire. On a eu le nez creux a dessus, on a empanné au bon moment. Petite contre-note à l’arrivée : je croyais qu’on avait mis un shoot et on s’arrête à la pointe et ca revient derrière. Xavier me passe à quelques mètres de l’arrivée, mais ce n’est pas très grave, je suis à nouveau dans le match et c’est chouette. La victoire, j’y ai cru, je voyais bien que je me rapprochais de Seb, mais à la fin, j’étais crevé, plus très précis dans mes trajectoires et mes manœuvres, Seb a eu un petit plus là-dessus. On était à quelques mètres l’un de l’autre, c’est lui qui est reparti plus tôt, je n’ai pas de regret. L’Espagne me réussit, c’est une super étape. A refaire ! »

L’ordre d’arrivée de la deuxième étape de La Solitaire URGO-Le Figaro (avant jury) :

  1. Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance), arrivé à 4h05’55
  2. Xavier Macaire (Groupe SNEF), à 19’57 du premier
  3. Eric Péron (Finistère Mer Vent), à 20’06
  4. Anthony Marchand (Groupe Royer – Secours Populaire), à 35’16
  5. Thierry Chabagny (Gedimat), à 35’42
  6. Charlie Dalin (Skipper Macif 2015), à 36’56
  7. Alan Roberts (Seacat Services), à 47’25
  8. Benjamin Dutreux (SATECO-Team Vendée Formation), à 48’20
  9. Thomas Cardrin (Team Vendée Formation), à 49’55 (*)
  10. Corentin Douguet (NF Habitat) à 52’55
  11. Loïs Berrehar (Bretagne CMB Espoir), à (*) 54’03
  12. Martin Le Pape (Skipper Macif 2017), à 56’50
  13. Pierre Leboucher (Guyot Environnement), à 1h02’53
  14. Justine Mettraux (Teamwork), à 1h03’35
  15. Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM), à 1h05’07
  16. Ronan Treussart (Les perles de Saint-Barth) à 1h26’09
  17. Frédéric Duthil (Technique Voile) à 1h27’50
  18. Alexis Loison (Custo Pol) à 1h44’45
  19. Gildas Mahé (Breizh Cola) à 1h52’23
  20. Erwan Tabarly (Armor Lux) à 2h05’03
  21. Nicholas Cherry (Redshift) à 2h14’38
  22. Hugh Brayshaw (Kamat) à 2h26’11

Le classement général provisoire :

  1. Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) 6 jours 0 heure 4 minutes et 48 secondes
  2. Xavier Macaire (Groupe SNEF) à 26’31 sec du leader
  3. Anthony Marchand (Groupe Royer – Secours Populaire) à 30’51
  4. Thierry Chabagny (Gedimat) à 34’23
  5. Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) à 36’09
  6. Eric Péron (Finistère Mer Vent) à 48’09
  7. Alan Roberts (Seacat Services) à 49’13
  8. Benjamin Dutreux (SATECO-Team Vendée Formation) à 1h00’28
  9. Corentin Douguet (NF Habitat) à 1h02
  10. Thomas Cardrin (Team Vendée Formation) à 1h02’35 (*)
  11. Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) à 1h05’19
  12. Pierre Leboucher (Guyot Environnement) à 1h09’36
  13. Loïs Berrehar (Bretagne cMB Espoir) à 1h10’58
  14. Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM-CS) à 1h18’46
  15. Justine Mettraux (TeamWork) à 1h21’48
  16. Ronan Treussart (Les perles de Saint-Barth) à 1h37’41
  17. Alexis Loison (Custo Pol) à 1h50’10
  18. Erwan Tabarly (Armor Lux) à 2h08’11
  19. Hugh Brayshaw (Kamat) à 2h30’08

(*) bizuths