Retour sur les grands moments de l’édition 2013

Victoire Adrien Hardy Generali Solo 2013
DR

Adrien Hardy (Agir Recouvrement) : « La dernière marque au vent de la dernière régate à Sète. J’enroule devant Gildas, j’ai un peu d’avance mais il y a quand même du vent et dans ces conditions, je sais que tu peux vite rater un empannage. J’étais assez essoufflé à cette marque au vent. Ça m’arrive rarement, mais là… C’était un beau moment parce qu’une fois que le spi était établi et que j’ai vu Gildas dans l’axe derrière, j’ai commencé à penser à la victoire. »

Gildas Morvan (Cercle Vert) : « Le passage du cap Creux. C’est magique, il y a du clapot partout, c’est magique, il n’y a pas de vent, pétole, des petits nuages au dessus de la terre. Je surveille le vent qui rentre tout doucement et on s’échappe avec Yoann Richomme. Je le passe juste avant le cap. La mer est belle, c’est beau, le vent rentre et je commence à accélérer, je me retrouve avec une bonne avance sur la flotte et ça c’est un bon souvenir

Retour sur la troisième étape

Corentin Horeau (Bretagne- Crédit Mutuel Espoir) : « Si je devais retenir une image de cette Generali Solo, c’est mon arrivée à Barcelone en 2e position, juste à côté de Gildas Mahé. C’était un moment fort avec tous les grands voiliers autour. Et puis là, cette dernière manche. Il y avait du vent et puis voilà, finir en tête comme ça, c’est top. »

Xavier Macaire (Skipper Hérault): « Mon passage à la bouée au vent de l’avant dernière régate à Sète. Je me retrouve bien bien en tête, plus de 100 mètres devant les autres bateaux. C’était sympa d’envoyer le spi en étant aussi loin devant tout le monde. »

Anthony Marchand : « Il y a eu plein d’images, mais ce qui m’a marqué le plus, c’est quand j’ai vu un espadon faire des saltos arrières, un peu comme un dauphin, à deux mètres de haut avec son long bec. Je crois que je suis le seul à l’avoir vu. En tant que breton, on ne voit pas souvent ça. Et puis, longer les côtes vierges d‘habitation, c’était vraiment magnifique, c’est la montagne à la mer ».

Retour sur la deuxième étape

Gildas Mahé (Ports d’Azur-Interface Concept) : « L’arrivée à Barcelone en croisant la Recouvrance, et d’être obligé de lofer pour l’éviter. Et cerise sur le gâteau : passer la ligne d’arrivée en tête ! Mais il y en a beaucoup d’autres, notamment le passage des Embiez et le cap Sicié, même si il n’y avait pas beaucoup de vent, c’est un coin que j’aime beaucoup. »

Retour sur la première étape

Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) : «C’est dur à dire, il y en a eu beaucoup car on a vu beaucoup de beaux paysages dans pas beaucoup de vent, on a vu des baleines sur la première étape, ce sont toujours des moments magiques, ce sont des moments qui marquent. Sportivement, j’ai gagné une manche sur cette Generali Solo, j’ai fait une super journée à Beaulieu sur Mer où je fais 2ème et 1er. J’étais quand même dans le match.  Voilà ce que je retiendrai de cette fin de saison car c’étaient nos derniers bords en Figaro Bénéteau avant l’année prochaine. »

Fred Duthil (Sepalumic) : « C’est la manche que l’on a faite à Beaulieu sur mer, par 25 nœuds de vent sous la falaise. C’est un souvenir d’une grande intensité sportive, bien plus que sur les grandes étapes. Il y aussi un moment dont je me souviens qui est l’arrivée entre Porquerolles et l’île Bagaud au petit matin. C’était d’une beauté majestueuse« .