La reprise pour le Team Banque Populaire

Avec la construction de l’Ultim Banque Populaire XI, la mise à l’eau de L’IMOCA de Clarisse Crémer et le Figaro 3 d’Armel Le Cléac’h , le team Banque Poulaire se remet en ordre de marche.

Clarisse Crémer : « À la fois très heureuse et concentrée »
Le confinement a été actif pour Clarisse Crémer, de l’ Banque Populaire X. « J’ai travaillé sur la météo, les polaires du bateau, les logiciels de navigation… J’ai aussi fait beaucoup de sport même si j’avoue avoir eu un petit coup de mou sur la fin », confie Clarisse qui a vécu la remise à l’eau de son bateau, jeudi 7 mai, comme une forme de soulagement. « C’était un moment sympa de revoir le bateau à l’eau et de retrouver l’équipe. Ce retour à la normale a fait beaucoup de bien », dit-elle. Banque Populaire X a retrouvé son élément à l’issue d’un chantier essentiellement basé sur la fiabilisation même si quelques petites optimisations ont été apportées.

Mardi 12 mai, Clarisse Crémer a pu effectuer sa première sortie au large de Lorient, accompagnée de Pierre-Emmanuel Hérissé (directeur technique du team) et Yann Courtois (responsable ). « Je n’avais pas navigué sur mon depuis ma transat en solo début décembre », rappelle Clarisse. « Je ressentais une forme d’appréhension, mais je me suis vite rendue compte que je n’étais pas perdue à bord. Les sensations ont été bonnes pour cette reprise. Je suis à la fois très heureuse de retrouver le plaisir de la navigation, et concentrée dans l’optique du Vendée Globe car il reste beaucoup de travail. »

Dans les jours et semaines à venir, Clarisse va se réapproprier le bateau et elle espère pouvoir effectuer de longues navigations en solitaire. Le calendrier a été chamboulé, mais deux épreuves restent au programme à ce jour : une course Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne (départ prévu le 4 juillet) et bien sûr le Vendée Globe (coup d’envoi le 8 novembre). « L’incertitude est difficile à gérer mentalement. Alors je me prépare comme si ces courses allaient avoir lieu. J’ai besoin d’objectifs précis pour mettre un maximum d’énergie dans mes projets », souligne Clarisse.

Armel Le Cléac’h : « Jouer la gagne sur la Solitaire du Figaro ! »
À l’instar de Clarisse Crémer, Armel Le Cléac’h a vécu un confinement actif et n’a pas eu le temps de s’ennuyer. Ceci dit, son envie de naviguer est très forte. Lundi 11 mai, il a remis à l’eau à Port-la-Forêt le Figaro 3 Banque Populaire, avec le préparateur Arnaud Hébert. Armel espère pouvoir effectuer les premières navigations au plus vite, une fois que les autorisations seront clarifiées. « Je suis impatient d’aller m’entraîner après plusieurs mois de coupure », confirme-t-il. « J’ai beaucoup navigué en double avec Erwan Le Roux l’hiver dernier. Nous avons travaillé de manière efficace et je compte remettre tout cela en application dans les semaines qui viennent. L’an dernier, j’étais dans une phase de découverte du Figaro 3. Cette année, je compte aller davantage dans les détails du bateau, peaufiner tous les petits réglages, tous les paramètres de la performance. »

Après le report de la Transat AG2R, qu’il devait disputer avec Erwan Le Roux, Armel a désormais un unique objectif en tête : la Solitaire du Figaro, dont le lancement est prévu le 30 août prochain en Baie de Saint-Brieuc. « On espère tous que cette épreuve pourra avoir lieu comme prévu, car elle est sportivement intéressante et qu’il y a une importante activité économique qui en découle », indique Armel. « Personnellement, mon objectif sera de jouer la gagne. L’an dernier, j’ai terminé à la 10e place. Passer de 10e à 1er : j’ai une belle marche à franchir ! »

Ronan Lucas : « Nous serons prêts le Jour J »
La reprise de l’activité dans les locaux du Team Banque Populaire à Lorient se fait dans le plus strict respect des règles sanitaires, avec une partie de l’équipe restant en télétravail. « C’est toute une organisation à adapter », explique Ronan Lucas, directeur du team. « Tout le monde revient au travail avec beaucoup d’envie et d’enthousiasme. Ça fait du bien de voir l’ et le Figaro 3 à l’eau et d’entrer dans le concret des navigations. Nous nous tournons vers l’avenir et sommes en ordre de marche pour les différentes échéances à venir. Nous serons prêts le Jour J et si le sort en décide autrement, nous nous adapterons car la santé publique est essentielle. »