Rambler vainqueur dans la tempête

Rambler gagne la Middle Sea 2007
DR

Depuis 24 heures, la flotte des voiliers engagés dans la Rolex Middle Sea Race a connu bien des déboires. Avant le départ, les prévisionnistes avaient prévu ces conditions dantesques, les uns préférant annuler purement et simplement leur participation, les autres voulant tout de même s’aligner au départ. Mais au fil des heures, de nombreux participants ont décidé de se retirer et de prévenir par téléphone le Royal Malta Yacht Club de leur abandon.
L’une des premières grosses surprises a été le retrait de Titan XII, suivi dans l’après midi de dimanche par celui de Ourdream Damiani, puis d’Atalanta II. A 11h00, lundi matin, 16 voiliers (sur 69 inscrits!) demeuraient en course. Il faut dire que les conditions sur le parcours n’avaient rien de réjouissantes pour les équipages. Avec une mer forte et un vent atteignant les 50 nœuds dans les rafales, plus une tornade et un ciel chargé en pluie, le décor de l’édition 2007 de la Rolex Middle Sea Race ne ressemble en rien aux précédentes éditions. Depuis la fin de l’été, la Méditerranée connaît de nombreux coups de vent, à l’image de ceux rencontrés lors de la Maxi Yacht Rolex Cup, du Rolex TP52 World Championship et de la Rolex Veteran Boat Rally.

La tempête a donc accouché néanmoins d’un grand vainqueur : le maxi Rambler a coupé la ligne d’arrivée à 11h 45’ 03’’ ce lundi matin et donc pulvérisé le record. George David ajoute ainsi une des plus belles lignes au palmarès de ce monocoque taillé pour la victoire. Très loin du vainqueur, 4 monocoques se battent pour accéder au podium. Roaring Forty, Rubino et Vineta naviguaient ce matin dans l’ouest de l’île de Levanzo ( nord ouest de la Sicile) à une vitesse de 10 nœuds. Les conditions sur zone se sont calmées avec un vent de secteur nord nord-ouest de 25 à 30 nœuds. Rappelons tout de même que dans la nuit le vent a atteint les 50 nœuds. Et hier après-midi peu avant 17h30, le Reichel-Pugh, Loki de Stephen Ainsworth a perdu son safran à l’ouest de Palerme. L’équipage, sain et sauf, a dû être hélitreuillé par les gardes côtes italiens.