Le Mini 6.50 Arkema 3 et le Multi50 Arkema ne passeront pas inaperçus en cette fin d’année avec 2 transatlantiques au programme : La Mini Transat La Boulangère pour Quentin Vlamynck, qui prendra le départ le 1er octobre depuis La Rochelle à bord de son prototype Arkema 3, et la Transat Jacques Vabre au mois de novembre pour le trimaran mené par le duo franco-espagnol Lalou Roucayrol et Alex Pella.

Mini 6.50 Arkema 3 : dernières optimisations
Dans 25 jours, Quentin Vlamynck (24 ans) s’élancera sur la célèbre Mini Transat, une traversée de l’Atlantique en solitaire et en deux étapes, ouverte aux monocoques de 6 mètres 50 répondant à une certaine jauge. Pour sa deuxième participation, le jeune navigateur s’est fixé des objectifs bien plus ambitieux qu’en 2015. Désormais à la barre d’un des bateaux les plus modernes et innovants actuellement en voile océanique, Quentin a à cœur de démontrer le potentiel de cette « bête de course » sur les 4 050 milles nautiques du parcours à destination de la Martinique via l’Archipel des Canaries. « Ces 25 jours d’avant-départ vont passer très vite. » entame Quentin, dont le bateau est déjà amarré dans le port Rochelais. « Il reste encore quelques détails techniques à optimiser sur le bateau, notamment sur l’aile, mais nous serons prêts ! ». Ce gréement révolutionnaire composé d’une aile souple en tissu capable de prendre des ris, qui pour la première fois dans l’histoire sera utilisé pour une traversée de l’Atlantique, va en effet subir quelques subtiles modifications. « Nous en apprenons à chaque navigation et l’objectif est de continuer à l’optimiser. Nous continuons à travailler avec Incidence et Romaric Neyhousser sur l’amélioration des profils. »

Partir à l’assaut de l’Atlantique en solitaire n’est pas une sinécure, encore moins pour Quentin Vlamynck à bord de son prototype typé brise Arkema 3. « Je n’ai aucune appréhension », confie le skipper. « J’ai hâte d’être au départ de la 1e étape, d’enchaîner une semaine en mer et voir comment se passe la vie à bord sur la durée, entre le bruit, l’humidité et les mouvements. Je suis confiant. En fait, ma plus grande crainte est d’avoir du vent faible sur cette Mini Transat et de ne pas être en mesure d’exploiter le potentiel du bateau. En dehors de cela, il n’y a pas de raison que ça se passe mal et je me sens prêt ! »
(Cliquez-ici et téléchargez la vidéo du Mini 6.50 Arkema 3 en navigation dans le vent fort)

Nouvelle formation sur le Multi 50 Arkema
Suite au forfait de Karine Fauconnier pour blessure et à l’arrivée de l’espagnol Alex Pella dans l’équipe, toute une réorganisation a été nécessaire dans la préparation de l’évènement majeur de la saison du Multi 50 Arkema, la Transat Jacques Vabre. Lalou Roucayrol nous détaille la mise en place de ce nouveau binôme : « Nous avons prévu une quarantaine de jours de navigation avant le départ du Havre le 5 novembre et en avons déjà effectué une dizaine. Tout se déroule parfaitement bien à bord ! Alex est un navigateur expérimenté, jovial et qui se plaît dans toutes les conditions. Je suis très content de la passation qui s’est effectuée sur le dernier Grand Prix entre Karine et Alex. Ils ont beaucoup échangé sur les performances du bateau, les polaires et sur le mode de fonctionnement de notre trio pendant la course. Nous nous concentrons désormais sur les entraînements en double. »

Toute la semaine, le Multi50 Arkema participe à un stage d’entraînement à l’École nationale de voile en Bretagne, face à FenêtréA – Mix Buffet, avant de mettre le cap le 10 septembre vers un nouveau parcours de qualification en vue de la Transat Jacques Vabre. « Nous avons les mêmes objectifs de travail avec Erwan Le Roux, c’est-à-dire de mettre en place rapidement notre binôme en enchaînant un maximum de manœuvres en double. Pour ce qui est de la qualification, nous n’avons pas encore défini le parcours mais nous irons chercher du vent, afin de pouvoir notamment tester les foils. »

Après une dernière semaine de préparation au Verdon-sur-Mer, le skipper et son Multi 50 mettront le cap vers La Rochelle pour saluer le départ de leur protégé Quentin Vlamynck. « Il est à bloc », commente Lalou à son sujet. « Quentin est acteur d’une innovation majeure dans la voile océanique et il se met forcément un peu la pression de partir sur ce bateau. C’est un réel compétiteur qui a des ambitions sportives mais qui sait aussi que son prototype performe dans du vent fort. Il redoute les phases de pétole… mais il a énormément navigué, très bien préparé son bateau et nous serons tous là pour le soutenir et l’encadrer à La Rochelle. »
Le Mini 6.50 Arkema 3 sera baptisé le 29 septembre sur le village de la Mini Transat La Boulangère à La Rochelle. Pour y assister, merci de confirmer votre présence à : marieastrid.parendeau@gmail.com