La première étape raccourcie de 11 milles.

Yoann Richomme et Pierre Leboucger en approche du Fastnet @ Alexis Courcoux

La direction de course a déplacée la ligne d’arrivée à l’entrée de Kinsale, soit 11 milles de moins et prévoit une arrivée des premiers vers 22h ce jeudi soir. Un peu de répit de plus pour les skippers qui devront repartit pour la deuxième étape dès ce dimanche.

Le trio Yoann Richomme, Tom Laperche (1er bizuth) et Pierre Leboucher devraient passer le Fastnet vers 15h avec Eric Péron à la suite. Arrêtés moins d’une heure vers 11h dans la pétole, ils sont repartis et filés à 7nds vers le Fastnet enroulé à 13h40. Derrière, la bulle a aussi frappé la flotte située à l’est mais qui semble bien repartie. C’est à l’ouest en revanche où cela se complique. Si l’on a cru quelques heures assister à un retour du groupe de Yann Eliès, cela n’aura durer qu’un temps. Un temps de retard qui risque d’être conséquent au Fastnet. La suite jusqu’à Kinsale reste encore incertaine.

Francis Le Goff, directeur de course : « Il fait beau, avec de jolis cumulus sur la côte Irlandaise. Peu de vent, des dauphins, des globicéphales, des phoques. C’est une approche idyllique que mais on aurait aimé un peu plus de vent. Rien n’est acquis sur cette étape. C’est le cas depuis le départ. Les deux concurrents de tête Yoann Richomme et Pierre Leboucher sont presqu’à l’arrêt. Banque Populaire fuse un peu plus Nord et pourrait bien rejoindre le paquet de tête. Tous ces rebondissements sont incroyables Ça met de la joie à bord d’Etoile et ça a l’air de convenir aux skippers que l’on a eu ce matin à la VHF.

Le DST sera moins sélectif que celui d’Ouessant, mais tous les leaders du Nord ont fait le choix de passer par au dessus. Le vent a molli par le Fastnet. Banque Populaire et Seacat Services ont encore du vent et reviennent. Ce qui est pas mal c’est aussi que Yann Eliès et Xavier Macaire ont redémarré et vont passer dans l’Est du DST. Ca va être plus difficile pour le Nord de rejoindre le phare en tirant des bords et les gars de l’Ouest que l’on voyait enterrés peuvent se refaire, au moins en partie. Vu la qualité et la réactivité des concurrents et ce qu’ils ont montré depuis le début, on est à l’abri de rien ».

En quelques minutes, les conditions sont devenues très aléatoires, le vent rebondit par bouffées, c’est une navigation lacustre où pour un même cap, la brise vient de bâbord ou tribord !

A priori, nous ne ferons pas de pointage officiel au Fastnet car c’est difficile de mouiller et ce n’est pas facile d’être précis dans le chronométrage vue la taille du phare. Et comme on sait qu’une Solitaire peut se jouer à une poignée de secondes… On sera de toutes façons obligés d’arriver à Kinsale et ce ne sera pas au moteur ! 8 à 12 nœuds sont prévus cet après-midi, donc je ne suis pas trop inquiet. En revanche, nous risquons de raccourcir à la bouée à Head of Kinsale car l’entrée dans la baie par vent de Nord est trop aléatoire. Ça n’enlève que 11 milles à l’étape qui a été marquée par beaucoup de changements. A chaque fois néanmoins, il y avait moyen de revenir comme l’on t montré beaucoup de skippers. Là, ce serait problématique et au titre de l’équité sportive, je pense que c’est la meilleure solution.

Sur nos routages, on ne voit pas les premiers avant 22 heures sur la ligne »