Le podium pour Thomas Coville

Thomas Coville complète le podium en Ultime. Le skipper de Sodebo Ultim’ après une réparation à la Corogne est arrivé à Pointe-à-Pitre après 16 jours, 07 heures, 45 minutes et 36 secondes de course.

À Saint-Malo, une poignée de jours avant le départ, Thomas Coville assurait « avoir une carte à jouer » pendant cette 11e édition de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe. « Sur le papier, on va moins vite que Edmond de Rothschild , MACIF et Banque Populaire mais il y a des opportunités évidentes pour se mêler à la bataille finale. » L’un de ses arguments : son expérience à bord de Sodebo Ultim’, lui qui a déjà parcouru plus de 90 000 milles à son bord avant le départ.

Mais l’expérience et le talent pèsent peu face aux avaries, à ces cruelles fortunes des mers qui n’épargnent personne. Au lendemain du départ, peu après la destruction du flotteur droit de Sébastien Josse, Thomas Coville doit faire face à un problème de carénage sur le bras avant alors qu’il est deuxième de la course. Son équipe décide de le dérouter vers La Corogne en Espagne. Là, une autre course débute : remettre sur pied le bateau et repartir au plus vite. Ils sont neuf membres de l’équipe technique à se rendre sur place et à transformer les lieux en chantier à ciel ouvert. Ni la pluie, ni la fatigue ne va ralentir leur engagement de chaque instant. « La logique, c’est de finir, d’aller au bout d’un projet, confie alors le skipper. C’est important pour nous et pour l’histoire de la course ».

« Chanceux d’être à nouveau en mer »
Dimanche, moins de 24 heures avant l’arrivée de Francis Joyon et de François Gabart, Thomas Coville retrouve enfin la mer. Il assure ne « pas vouloir se mettre en danger » mais parvient rapidement à trouver son rythme de croisière. « Je suis chanceux d’être à nouveau en mer », soulignait-il au lendemain de son départ de La Corogne, durant les vacations. Chaque traversée est source d’enseignements, c’est aussi pour ça que je suis reparti. »

A bord, il y a une obsession qui le taraude : le bras de carénage. « Je vais le voir toutes les trois heures. Dehors, dedans, je l’inspecte régulièrement ». Thomas Coville a pris une route très Sud, longeant les côtes Ouest du Cap Vert avant de bénéficier des alizés et de filer vers la Guadeloupe. Pour la 3e fois de sa carrière, Thomas Coville termine à la 3e place de la Route du Rhum, lui qui était déjà monté sur le podium en 2006 et en 2010, toujours sous les couleurs de Sodebo qui le soutient depuis 20 ans.