@ Défi Azimut /Y Zedda

Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet prennent confiance. Après leur victoire sur la Rolex Fastnet, le duo a fait merveille ce week-end. Toujours aux avant-postes de la course des 24H AZIMUT-IMOCA 60, ils décrochent la victoire au terme d’une navigation exemplaire, ne laissant, au fil des milles, aucune chance à leurs plus proches concurrents de leur voler la vedette à l’arrivée du parcours au large des côtes bretonnes.
Après un ultime virement de bord dans les courreaux de Groix, Paul Mailhat et Gwénolé Gahinet ont coupé la ligne à 14h02, ce samedi 23 septembre, après 20h et 29 mn de course rondement menée, où ils n’ont cessé de démontrer que la paire parfaitement entraînée qu’ils forment fonctionne et performe.
Cette victoire sur ce parcours très technique, qui a nécessité autant de réactivité dans l’exécution des manœuvres que d’inspiration tactique, s’inscrit dans une longue lignée. À bord du monocoque qui compte sans nul doute parmi les plus aboutis des IMOCA à dérives droites, Paul et Gwénolé, déjà vainqueurs de la Transat AG2R en 2014 lors de leur première association, ont en effet gagné toutes les courses de cette saison sous le signe du double : l’ArMen Race en mai dernier et la Rolex Fastnet Race cet été. Ce nouveau succès sur les 24H AZIMUT-IMOCA confirme qu’il faudra compter avec eux sur la prochaine Transat Jacques Vabre.
Fidèle à son habitude, cette régate disputée au meilleur niveau de compétition sur l’eau a tenu toutes ses promesses pour les dix duos sur les rangs, en dépit de l’abandon de l’équipage de La Fabrique (Roura/Denis), victime cette nuit d’un souci électrique. Les conditions idéales réunies sur un plan d’eau de rêve aux détours de Groix, Belle-Île et les Glénan ont fait le reste pour donner lieu à une confrontation aussi engageante que plaisante qui a fait le bonheur de tous. Les sourires radieux, tout comme les poignées de minutes qui séparent Generali de StMichel-Virbac (Dick/Eliès), ainsi que Bureau Vallée 2 (Burton/Escoffier), de Vivo A Beira (Richomme/Carme) en témoignent : il y a eu du sport et la course des 24H AZIMUT-IMOCA60 a bien tout d’une grande.

Paul Meilhat (SMA) : « Pas si simple cette course avec du petit temps cette nuit cumulé à une grosse houle de face, ce n’était pas facile de trouver les réglages. Sur la fin le vent est rentré et on a tiré un bon bord juste avant Belle-Île, qui nous a permis de prendre un peu d’avance et de contrôler nos adversaires sous spi. On a vraiment eu des conditions de rêve : des étoiles la nuit, du soleil la journée, 15 nœuds, c’était parfait. Tout le début, cela a été une belle bagarre, nous étions tous très proches. C’est vrai que les conditions nous étaient plutôt favorables. Avec Generali, on avait un petit avantage par rapport aux bateaux à foils.
On n’a peut-être pas le bateau le plus typé pour la Transat Jacques Vabre qui reste un exercice très différent des courses que nous avons gagnées, mais disons que cette dernière course confirme que nous avons nos chances quand même ! »

Gwénolé Gahinet (SMA) : « C’est vrai que cela se passe super bien. Depuis la Transat AG2R en 2014, on n’a jamais fait deuxième, c’est 100% de réussite… Pourvu que ça dure ! De mon côté, j’apprends de plus en plus à utiliser le bateau. Je me sens libéré de l’apprentissage de ces monocoques qui restent très compliqués. »
Morgan Lagravière (Des Voiles et Vous !) : « Ce résultat, c’est le fruit d’un travail d’équipe : aujourd’hui de tous les deux ; Hier et les semaines d’avant, de toute l’équipe. C’est toujours plaisant de faire un bon résultat. C’était un peu inespéré au départ d’aller chercher une deuxième place dans des conditions aussi spécifiques, et un peu délicates pour les bateaux à foils. On est content du résultat, et je pense que c’est de bon augure pour ce qui nous attend derrière. »

Isabelle Joschke (Generali) : « On est super content, vraiment ravi… Je n’espérais pas faire un podium sur cette course de 24 heures avec un tel plateau. On a eu des conditions magnifiques, un temps parfait, on s’est régalé. On a fait plein de manœuvres, on a vraiment été dessus, mais c’était tellement sympa dans la nuit étoilée, avec le vent qu’il faut, qu’on n’a pas vu le temps passer. On s’est bien battu face à Des Voiles et Vous ! Ils ont un peu plus d’expérience, ils ont aussi un bateau un peu plus rapide, et on se dit qu’il ne nous a pas manqué grand-chose pour rester devant eux à l’arrivée. »