Le succès se confirme sur le Tour de France à la voile. Jamais le Tour n’a connu un tel engouement. Ce sont à ce jour 31 Teams qui ont confirmé leur participation. Le Team Lorina reste encore l’équipe à battre cette année après sa large domination l’année dernière mais plusieurs équipes se sont préparées plus tôt cette année et ont déjà commencer à les défier. Ce Tour s’annonce plus serré.

Sur la ligne de départ, le 7 juillet à Dunkerque, des grands noms de la course au large qui rejoignent les rangs du Tour à l’image de Paul Meilhat et qui reviennent comme Kito de Pavant ou Bernard Stamm. Les athlètes olympiques et paralympique signent également leur retour en force : Damien Seguin, double champion paralympique et skipper de Team Fondation FDJ – Des Pieds et Des Mains, Sofian Bouvet avec le Team SFS (7ème des J.O. de Rio en 470), Billy Besson avec Team Occitanie – Sud de France (quadruple champion du monde en Nacra 17), Manon Audinet, Félix Pruvot, Sophie de Turckheim, Pierre Leboucher, Noé Delpech (5ème des J.O. de Rio en 49er) ou encore Jason Saunders, le Néo-Zélandais.

En effet, attirés par la nouvelle dynamique du Tour de France à la Voile, les Teams et équipiers internationaux sont de plus en plus présents. Ainsi, ce sont sept nationalités différentes qui seront réunies en juillet : Belges, Suisses, Omanais, Espagnols, Polonais, Britanniques et bien sûr, Français de métropole et des Dom-Tom avec la Guadeloupe et Tahiti.

A noter également, une belle participation féminine avec le retour de Pauline Courtois et son équipage 100% féminin Helvetia by Normandy Elite Team et d’Elodie-Jane Mettraux qui, après la dernière Volvo Ocean Race à bord de Team SCA, revient à ses premières amours en tant que project manager des deux Teams Ville de Genève – CER.

« Une des richesses du Tour, c’est son plateau hétérogène composé de régatiers expérimentés mais aussi de jeunes et d’amateurs » confie Sofian Bouvet, skipper du Team SFS. « Cette régate c’est la rencontre de marins de milieux différents, du multicoque à la course au large en passant par l’olympisme. Cela donne de belles choses : un plateau hyper riche avec plein d’approches différentes et un niveau élevé. »

A l’image de l’avant-saison qui a vu des régates engagées, le Tour 2017 s’annonce relevé. De l’avis de tous, les Teams sont particulièrement préparés et prêts encore plus tôt comme l’explique Quentin Delapierre, skipper du Team Lorina Limonade – Golfe du Morbihan et vainqueur du Tour de France à la Voile 2016 : « Le plateau va être dense pour cette 40ème édition avec des Teams structurés et le retour des athlètes olympiques. »

Un format de course validé

Après la révolution du format sportif en 2016, l’année 2017 sera celle de la confirmation. Alternance de Stades Nautiques et de Raids Côtiers, pavillon noir, finale,… la formule a fait ses preuves et a enthousiasmé les Teams.
Quelques évolutions sont à noter comme le passage des finales de Stades Nautiques de 6 à 8 Diam 24. « Cela ouvre le jeu » confie Quentin Delapierre. « C’est une bonne nouvelle pour les outsiders. À l’avant, il va falloir se battre pour garder sa place car il y aura plus de risques de terminer en seconde partie de tableau. »

Les prétendants à la victoire s’annoncent en effet nombreux et ont déjà animé le haut du tableau lors du Grand Prix Atlantique, du Spi Ouest France ou du Grand Prix Guyader à l’image de Fondation FDJ – Des Pieds et Des Mains, Omansail, Team SFS ou encore Beijaflore sailing. Le Team Lorina Limonade – Golfe du Morbihan, grand animateur lui aussi de l’avant-saison, sait qu’il aura fort à faire s’il veut garder son titre, acquis de façon impériale en 2016.

Le Village Animations, une véritable expérience pour le spectateur

Pour cette 40ème édition, le Village du Tour de France à la Voile a été repensé pour placer le spectateur au cœur de la régate.
Ainsi, parmi les nouveautés, la Zone spectateurs au cœur du Village : toutes les 30 minutes, un Point Course aura lieu depuis cet espace avec une liaison live entre l’animateur et un commentateur embarqué, pour avoir les dernières actus des régates et tout comprendre aux stratégies de course.
La Quotidienne, l’émission TV du Tour sera enregistrée tous les jours en public et en direct entre 15h30 et 16h30 en présence d’intervenants de renom avant d’être rediffusée le lendemain à 11h sur La Chaine l’Equipe. Les Groupes France Télévision et Canal Plus se feront eux aussi le relais des plus belles images du Tour de France à la Voile 2017.

Du côté des animations, un Diam 24 entièrement décoré aux couleurs de la Fondation FDJ sera exposé au cœur du Village, avec des présentations pédagogiques et une animation sailing grinder. Inspiré des IMOCA, les bateaux du Vendée Globe, l’Accromât représentera un vrai challenge pour les spectateurs qui devront monter à plus de 16 mètres de haut grâce au système de l’olivette.

ILS ONT DIT

Jean-Baptiste Durier, Directeur du Tour de France à la Voile
« Cette année nous fêtons la 40ème édition du Tour de France à la Voile ! Rares sont les événements sportifs à afficher une telle longévité… Le succès du Tour tient pour bonne part dans sa capacité à se renouveler. C’est un événement en mouvement qui séduit aujourd’hui plus que jamais les équipages et le grand public. Adopté il y a trois ans, le Diam 24, multicoque rapide et spectaculaire du Tour de France à la Voile est le parfait témoin de cette dynamique. »

Quentin Delapierre, Lorina Limonade-Golfe du Morbihan, vainqueur en 2016
« Cette année, le nombre de Teams en finale des Stades Nautiques et Super Finale à Nice passe de 6 à 8. Cela ouvre le jeu, c’est une bonne nouvelle pour les outsiders. À l’avant, il va falloir se battre pour garder sa place car il y aura plus de risques de terminer en seconde partie de tableau. Le plateau va être dense pour cette 40ème édition avec des Teams structurés et le retour des athlètes olympiques. C’est super pour le Diam 24 et le Tour de France à la Voile ! »

Sofian Bouvet, Team SFS
« Une des richesses du Tour, c’est son plateau hétérogène composé de régatiers expérimentés mais aussi de jeunes et d’amateurs. Cette régate, c’est la rencontre de marins de milieux différents, du multicoque à la course au large en passant par l’olympisme. Cela donne de belles choses : un plateau hyper riche avec plein d’approches différentes et un niveau élevé. »