Bloqué pendant 6 jours par les glaces au sud des Tasmania Islands, lors de sa tentative de Passage du Nord-Ouest, de l’Alaska au Groenland, en catamaran de sport, Yvan Bourgnon a enfin vu les glaces se fracturer .

Le Défi Bimedia a bien failli s’arrêter à Weld Bay où la pause forcée qui a duré 12 jours pour cause de barrière de glace, n’a pas été une sinécure. Après 3 tentatives manquées pour franchir le bouchon de glaces qui bloque le passage à quelques miles de ce mouillage, et des risques énormes pour « Ma Louloutte » et pour sa vie, Yvan avait dû se résoudre à patienter : « C’est la première fois dans ma carrière que je fais demi-tour, et aussi la première fois que je dois m’en remettre au hasard ou à la chance. Je n’avais plus les cartes en main, et c’est totalement nouveau pour moi. Le froid, le givre, la neige même, ont rendu cette attente compliquée et très rude, physiquement et mentalement. La nature veut me remettre à ma place et me montrer qui commande. »

A 11 heures françaises samedi, Yvan a levé l’ancre de son mouillage à Weld Bay, au sud des Tasmania Islands. Les vues satellites du jour laissaient penser que le blocage infranchissable s’était fragmenté pour se muer en une zone avec une importante densité de growlers, mais laissant la possibilité au gré des vents et courants de trouver des brèches navigables.

Face au Détroit de Bellot

Après une douzaine d’heures de navigation au près, souvent entouré de glaçons, Yvan est arrivé à hauteur du Détroit de Bellot, sous la neige et par moins 2°. Il avait plusieurs options : Soit attendre pour s’engager dans ce couloir étroit avec le début de la marée, soit s’y engager directement même si la marée avait commencé depuis plusieurs heures. Il faut rester le plus près possible du centre du chenal pour profiter du courant maximum. Le vent prévu est faible et portant et devrait être annulé par la vitesse due au courant, si bien que le vent apparent pourrait être de face. Yvan a tant rongé son frein à Weld Bay qu’il a choisi la deuxième solution au risque de profiter deux heures de moins du courant de marée.

Un Détroit express

La bonne nouvelle est que le Détroit est libre de glace. En 3 heures, le plus serré du détroit était avalé avec des séquences à plus de 8 nœuds au milieu du Détroit ! L’incertitude qui pesait sur le Défi Bimedia depuis plusieurs jours et menaçait de piéger Yvan définitivement, est presque totalement dissipée.

D’autres bateaux qui ont choisi de forcer le passage par l’ouest, alors qu’Yvan lui est passé à l’est, sont bloqués en lisière de banquise. Parmi eux la barge qui transporte l’épave du bateau d’Amundsen !

Reste que la saison est bien avancée et que l’hiver Arctique est de retour depuis le du 1er Septembre, ce qui laisse peu de marge pour rejoindre le Groenland et augure pour la suite du parcours, de conditions potentiellement difficiles en termes de force de vent, de durée de nuit et de froid.

Tant espéré, le moment de tracer un sillage en Mer de Baffin est enfin là, depuis 3h30 dans la nuit de samedi à dimanche !