Normandy Channel Race. Le podium pour Antoine Carpentier sur son nouveau Class40 Redman

Si la Normandy Channel Race est réputée exigeante pour son parcours, elle permet également de se faire une petite idée de la hiérarchie des class40. En terminant 3e, Antoine Carpentier montre qu’il peut viser le sommet avec son Class40 Redman.

Avec ses 1000 milles en Manche et en mer Celtique, la 11e Normandy Channel Race s’annonçait comme un parfait premier galop d’essai pour le Mach 40.4 d’Antoine Carpentier. Epaulé par Nicolas Groleau, le directeur du chantier JPS Production, le skipper ne pouvait pas espérer meilleur exercice pour tirer sur sa machine et valider un certain nombre de points techniques, quelques jours seulement après sa mise à l’eau. Des conditions variées, une concurrence des plus affûtées, un parcours particulièrement technique : tout était en effet réuni pour découvrir et tester le bateau. D’ores et déjà, des premiers axes de travails ont été définis. Mieux, le duo de Redman a fait forte impression notamment sur le premier tiers du parcours entre Ouistreham et Les Scilly en menant un temps la flotte, avant de s’adjuger une prometteuse troisième place au général derrière les tandems Valentin Gautier – Simon Koster et Ian Lipinski – Julien Pulvé.

© Christophe Breschi

Après la mise à l’eau de sa nouvelle monture le 2 septembre dernier à La Trinité-sur-Mer, Antoine Carpentier attendait naturellement beaucoup de cette première confrontation entre Saint-Marcouf, l’île de Wight, Wolf Rock et Tuskar Rock. Il n’a pas été déçu. « On a eu toutes les conditions possibles : du près, du portant, de l’air, de la molle, de la mer… C’était hyper intéressant et ça l’était d’autant plus qu’il y avait en face de nous tous les bateaux les plus récents de la classe », explique le skipper de Redman qui a démarré l’épreuve sur les chapeaux de roues, affirmant ainsi ses ambitions. « On a pris un départ correct et surtout, on a bien manœuvré ce qui nous a permis de passer pas mal de concurrents et de nous installer en tête lors des premiers milles. En plus de ça, on a pu voir que le bateau allait très vite sous spi de tête, une voile manifestement bien réussie », a ajouté le Morbihannais avec un petit clin d’œil à Fred Duthil, le patron de Technique Voile, récent vainqueur de la troisième étape de la Solitaire du Figaro.

DE LA FATIGUE ACCUMULÉE MAIS UNE DÉTRERMINATION SANS FAILLE
Lui et Nicolas Groleau ont ainsi mené la danse sur le premier tiers du parcours avant de commettre une petite erreur à l’approche des îles Scilly. « On a tenté une option à l’ouest qui n’a pas payé puisqu’on a attaqué la remontée vers Tuskar en 16e position. En réalité, on a un peu tout fait à l’envers en mer Celtique et parallèlement à ça, on a pété une drisse sur une erreur d’utilisation. Malgré tout, on a cravaché pour recoller au score mais après le passage du phare Irlandais, c’est parti par devant et les écarts n’ont faits que s’accentuer », a indiqué Antoine, avouant par ailleurs avoir un peu manqué de lucidité sur cette phase de la course. « Lors de la redescente vers l’arrivée, même si on n’a pas été aidés par de nombreux problèmes d’électroniques liés à la jeunesse du bateau, on n’a pas été aussi bons qu’on aurait dû mais la fatigue s’est fait sentir », a avoué le navigateur qui n’a, de fait, pas chômé les jours précédents le coup d’envoi de l’épreuve, réussissant néanmoins le tour de force de s’aligner au départ moins de deux semaines après la sortie de chantier de son Class40.

DES AXES DE TRAVAIL DÉFINIS
« Ça a été une vraie course contre la montre depuis le 1er septembre. On n’a pas arrêté et il y a aussi eu le stress des tests de jauge, le convoyage jusqu’à Caen achevé la veille du départ… Bref, on a manqué de sagacité concernant nos choix stratégiques. Il n’empêche que globalement, on est content de la course. On a maintenant défini avec précision les axes de travail à venir. On termine 3e et on sait qu’on a clairement le meilleur bateau de la flotte », se satisfait Antoine, conforté dans ses choix techniques d’une part, par le comportement prometteur de son bateau et, d’autre part, par la victoire d’un sistership de son Mach 40.4, Banque du Léman, des Suisses Simon Koster et Valentin Gautier qui succèdent ainsi à Aymeric Chappellier et Pierre Brasseur au palmarès de l’épreuve.

DUR MAIS INSTRUCTIF
« Au final, on a de nombreux motifs de satisfaction et on a pu, comme on s’y attendait, éprouver le bateau dans des conditions difficiles. La deuxième transmanche a vraiment été dure. Rarement j’avais eu l’occasion de naviguer sur une mer aussi violente, la faute à une houle très courte et très dure », ajoute le skipper de Redman, relevant le grand nombre d’abandons (13 au total !) en raison de ces conditions casse-bateaux. « Ça a été compliqué pour tout le monde, y compris pour nous. En prime, on a fini avec un clavier d’ordinateur HS et une souris malmenée par de nombreux vols à travers le bateau. Ça a été un peu chaud mais ça a malgré tout été très instructif et on sait dans quel sens on doit travailler. C’est parfait pour la suite ! », a terminé Antoine Carpentier.

© Christophe Breschi
A PROPOS DE REDMAN
REDMAN est un promoteur engagé pour une ville bas carbone et inclusive, et le premier promoteur immobilier certifié « B Corp » en France. REDMAN et sa #RedTeam sont spécialistes des opérations d’envergure et complexes, avec la fierté d’avoir réalisé notamment la #StationF, #TheCamp, le nouveau siège du Journal Le Monde ou encore The Island, le nouveau siège de Pernod-Ricard. En 2019, les équipes de REDMAN ont livré plus de 100.000 m2 de bâtiments (neufs ou en restructuration).
Parmi les objectifs stratégiques, sociaux et environnementaux que Redman se donne pour mission de poursuivre dans le cadre de son activité, on trouve :
– Améliorer l’impact de l’empreinte carbone des milieux urbains grâce à des développements centrés sur les principes de densification urbaine, de restructurations et de constructions bas carbone.
– Favoriser l’émergence de villes plus inclusives, c’est-à-dire ouvertes au plus grand nombre.
– Construire le futur avec ses équipes : donner à chacun de ses salariés le pouvoir d’avoir un impact sur les décisions de l’entreprise tant au niveau local que global.
– Promouvoir une croissance inclusive, en agissant pour l’égalité des chances au sein de l’entreprise et en accompagnant les acteurs les plus fragiles de son écosystème.
www.redman.fr
https://www.linkedin.com/company/redman/

ANTOINE CARPENTIER, EN BREF
Date de naissance : le 24 août 1975
– Double vainqueur de la Transat Jacques Vabre en Class 40 et en Multi50,
– Quintuple vainqueur de la mythique Rolex Fastnet Race,
– Quadruple vainqueur du Tour de France à la voile,
– Double vainqueur de la Transat Québec Saint-Malo en Class 40 et en Multi50,
– Multiple vainqueur du Spi Ouest France
– Plus de 50 victoires sur des épreuves à la voile

PHOTOS ICI