Multi50. Sébastien Rogues : « Primonial ressemblera à un mini ultim ! »

Le Multi50 Primonial subit actuellement un gros chantier à Nantes. Il devrait ressembler à un mini Ultim. Sa mise à l’eau est prévue début juillet. Sébastien Rogues, son skipper, nous dévoile en avant-première les modifications apportées. Entretien.

C’est presque une nouvelle version de ton Multi50 Primonial qui devrait être mise à l’eau début juillet….
On va faire un petit ultim. Avec sa nouvelle casquette, il ressemblera un peu à Gitana. On a travaillé avec le cabinet Verdier : Guillaume Verdier en superviseur et Guillaume Simon et Jérémy Palmer sur l’opérationnel. C’était très intéressant pour moi de travailler avec un architecte. Je l’avais fait en Class40 mais le bateau était déjà dessiné. Là, j’ai pu réfléchir sur la manière de l’adapter à ma façon de naviguer et de fonctionner à bord. On a eu beaucoup d’échanges et on a travaillé sur une douzaine de versions différentes pour aboutir à un bon compromis entre simplicité de construction et de coût global.

Le plus visible, sera la nouvelle casquette…
Oui, on a quadruplé sa taille. Je reste convaincu que les marins doivent être protégés au maximum pour être au service de la performance. On va donc avoir une casquette très protégée. Il y a quasiment 5 m entre les deux bulles. On a augmenté la surface de vie du bateau. On en a créé une dans le roof. On va pouvoir vivre maintenant au-dessus de la coque centrale, ce qui n’était pas possible avant et ce, dans l’optique aussi de ne pas avoir à descendre trop souvent dans la coque centrale. Là, on va pouvoir dormir au-dessus, ce qui est en solitaire ou en double  un facteur de sécurité pour choquer rapidement en cas de besoin.

Cela ne va pas être un gros frein aéro…
On n’a pas gagné ni perdu en aéro. On a créé un ensemble plus compact et qui va améliorer la performance du bateau qui était très typé inshore. Du coup au large, on perdait trop d’énergie en veille. Maintenant, la casquette enveloppera le barreur pour qu’il soit complètement à l’abri. Elle a été construite en fibre de verre. La jauge ne nous permet pas de faire autre chose. A l’intérieur on a revu le plan de pont avec 4 grand winchs pour être performant sur les Grands prix et le système de barre.


Primonial aura également un nouveau mât…
Le changement de mât est ce qu’il y a de plus structurant sur le chantier que nous avons fait. Cela va nous faire gagner un poids considérable – près de 200 kgs en nous rapprochant un peu plus de la jauge minimum de 3200 kgs. On avait un vieux mât sur lequel rien n’était hooké. On avait deux points pour les genak ou génois qui nous obligeaient à embarquer des poids faramineux de drisses. On avait un tube lourd de base : manchonné après le démâtage d’Yves le Blévec, un J3 qui était structurel qu’on avait à poste sur tous les inshores. Un poids de 70 kgs en plus qui était très pénalisant au départ d’une transat. Lorima nous a fait un mât aile classique dans le moule de la classe – le même que celui de Lalou Roucayrol. On va gagner ainsi un poids considérable en plus de nouvelles voiles dessinées par Matthieu Souben et AllPurpose.

Tu as opté pour un moteur électrique…
On devait changer notre moteur. C’était l’une des raisons de notre contre-performance sur la Transat Jacques Vabre après notre casse moteur qui nous a obligé à faire un stop. On avait le choix de partir sur un moteur thermique classique ou alors essayer d’aller de l’avant et réfléchir à une solution plus propre. Le management de l’énergie en course est une donnée importante. A poids quasiment égal, on a vu que le moteur électrique nous offrait une multiplicité de solutions pour faire de l’énergie. Avec de l’hydro on peut en faire 5h pour être 100% autonome en embarquant 20Kw de batterie. Cela nous donne 4 jours de pilote automatique. En plus quand il commence à faire chaud, cela chauffe beaucoup moins qu’un moteur thermique.

Quel va être le programme du bateau…
La mise à l’eau est prévue début juillet. On va essayer d’être présent sur la Drheam Cup. C’est la première course de la saison. Cela serait dommage qu’on n’y soit pas. On participera ensuite aux 2 Grands Prix de la Classe. On descendra ensuite dans le sud pour faire des RP avec nos partenaires où on envisage de participer également à la Middle Sea Race avec d’autres Multi50.