Monsieur Bonjour Bonjour toujours en tête !

François Gabart continue d’accélérer et l’écart de se creuser avec Francis Joyon. 143 milles à 12h ce vendredi. Les écarts de vitesse ne sont pas pour autant flagrants. La moyenne d’Idec Sport est de 24,2 nds et celle de Macif de 24,9 nds. En Ultime, 143 mn ont vite fait d’être rattrapés au moindre écart. La maîtrise de Francois Gabart reste impressionnante. Bonjour bonjour pour le rattraper ! 🙂

En mode attaque car pressé par le tempo imposé par Francis Joyon, François Gabart a passé la nuit à exploiter les grains, avec les conseils du Jean-Yves Bernot. « La présence de Francis met du piment, c’est cool, dit Guillaume Combescure, membre du team technique du trimaran MACIF, qui travaille au sein du bureau d’étude Merconcept et qui assiste la cellule routage. Jean-Yves (Bernot) a passé la nuit à confronter les photos satellite aux informations données par François ».

Depuis quelques heures, le trimaran MACIF se dégourdit les articulations et allonge gentiment la foulée. Dans ce flux d’une quinzaine de nœuds, François Gabart fait avancer son bateau à 22,9 nœuds de moyenne au cours des 24 dernières heures et, ce vendredi matin, il déboulait à 27 nœuds réguliers dans un tout petit peu moins de 17 nœuds de nord-est. Il lui reste moins de 1400 milles à parcourir.

Le programme du jour
Aux incertitudes de la première moitié de course a succédé une certitude. Le flux de nord-est est en place, variable en direction et en force, mais le régime est constant, fiable et globalement stable. « Il n’y aura plus de moments charnières d’ici dimanche soir, dit Guillaume Combescure, il faut exploiter les alizés au mieux ». Il y aura cependant un jybe à poser. Jybe dont la précision dans la manœuvre et le timing sont essentiels.

L’éclairage
Guillaume Combescure a pris ses quartiers chez Jean-Yves Bernot, en Charente-Maritime, le temps de la course. S’il a élu provisoirement domicile chez l’homme qui rend joyeuses les dépressions, le Champollion de la frontologie, Jean-Yves Bernot, c’est avec le rôle d’interface entre l’écurie de course MerConcept et la cellule de routage. C’est lui qui gère notamment les soucis techniques qui peuvent intervenir dans cet exercice à distance… « et Jean-Yves est en veille permanente pour guider du mieux possible. » S’il dort ? « Oh, disons qu’il fait une belle Route du Rhum, lui aussi… »

Classement de 8h
Trimaran MACIF à 1355,6 de l’arrivée
IDEC Sport à 137,7 mn
Remade – Use It Again à 1776,2 mn
Sodebo Ultim’ à 1839,6 mn
Maxi Banque Populaire – Abandon
Maxi Edmond de Rothschild – Abandon