Mini-Transat. Le Village est ouvert, les Marins se préparent au départ!

Promotion 2019 de la Mini Transat la Boulagère @ C.Breschi

Le départ approche après 2 ans de préparation intense. Le grand départ sera donné dimanche 22 septembre, à 14h15. 88 femmes et hommes s’élanceront de La Rochelle pour une première étape qui les mènera à Las Palmas de Gran Canaria. D’ici-là, les marins ne vont pas chômer et le public pourra admirer les bateaux amarrés dans le Bassin des Chalutiers, tout en profitant des nombreuses animations proposées sur le village de la Mini-Transat La Boulangère. La météo estivale ne rendra la fête que plus belle.

Plusieurs navigateurs ont profité des festivités rochelaises pour baptiser les voiliers sur lesquels ils vogueront sur l’Atlantique. Keni Piperol et Marie Gendron ont été les premiers à se livrer à l’exercice, avec le concours d’une marraine et d’un parrain prestigieux. C’est l’ex footballeur Lilian Thuram, Champion du Monde 1998, qui s’est chargé de casser la bouteille (de rhum) sur l’étrave arrondie du Mini 6.50 de Keni Piperol (Caraïbe course au large). « Je suis impressionné en voyant ces marins qui vont traverser l’Atlantique sur des bateaux de 6,50 mètres. C’est incroyable ce qu’ils font, il faut avoir un caractère plus que fort. Je leur souhaite d’être déterminés, de prendre du plaisir, de donner le meilleur d’eux-mêmes », a déclaré Lilian Thuram.

Quant à Marie Gendron (SNCF – Cassiopée), elle a choisi comme marraine une navigatrice d’exception, Catherine Chabaud, ancienne participante de la Mini-Transat (en 1991) et toute première femme à avoir bouclé une course autour du monde à la voile en solitaire (lors du Vendée Globe 1996-1997). Catherine est une fervente défenseuse de la protection des océans, une cause qui est aussi très chère à Marie Gendron.

Les prochains baptêmes concerneront David Kremer (dimanche), Franck Colin (mardi) et Paul Cloarec (vendredi). Samedi 21 septembre, veille du départ, quatre autres marins baptiseront leurs bateaux : Yann Blondel (avec comme marraine Sandrine Quétier), Adrien Bernard, Amélie Grassi (parrain : Loïck Peyron) et Tanguy Bouroullec.

Deux marins ne seront pas au départ
Deux navigateurs inscrits en série ne pourront malheureusement pas s’engager dans cette 22e édition. Antoine Oulhen, 27 ans, devait participer pour la première fois à la Mini-Transat. Mais dimanche dernier, durant le convoyage de son Vector 6.50 (le 960) entre Lorient et La Rochelle, il s’est blessé lors d’un empannage sous spi. Verdict : luxation de l’épaule gauche. « J’ai, tout au long de la semaine, consulté plusieurs médecins du sport et de traumatologie. J’ai eu plusieurs entretiens avec les responsables de la Mini-Transat (médecin de course, directeur de course, comité d’organisation) pour déterminer si, dans ces conditions, le départ était encore envisageable », raconte Antoine. « L’avis est unanimement négatif. Il est donc aujourd’hui certain que je ne pourrai pas prendre le départ de la Mini-Transat La Boulangère 2019 dimanche prochain. Ma déception est immense. Mais rien n’est fini. La Mini-Transat 2021 aura lieu dans deux ans, j’y serai. »

Quant à Cyril Oms, qui navigue sur le 591, il ne s’est pas présenté dans le Bassin des Chalutiers à La Rochelle. « Tous les concurrents devaient arriver mercredi 11 septembre au plus tard. Cyril Oms ne nous a pas signalé de cas de force majeure donc nous le considérons comme non partant », explique Denis Hugues, directeur de course de la Mini-Transat La Boulangère.

Le plateau de la 22e édition, présenté à La Rochelle ce dimanche

Les skippers, venus de 13 pays, ont été présentés au public ce dimanche, sur la grande scène du village de la Mini-Transat La Boulangère. On a notamment pu observer le grand écart générationnel puisque les concurrents sont âgés de 18 ans (Violette Dorange) à 64 ans (Georges Kick) ! Les ambitions et les catégories socio-professionnelles des concurrents sont également très diverses. Si le record de participation n’est pas battu (89 skippers était en lice en 2007), la Mini-Transat est sur une bonne dynamique avec davantage de concurrents qu’en 2017, édition qui avait déjà réuni un très joli casting (81 navigateurs).

David Kremer fête les 20 ans de Bon Pied Bon Œil, le plus vieux bateau de la flotte

Ce dimanche, sur les pontons rochelais, David Kremer, chef opérateur dans le milieu du cinéma, a soufflé les bougies de son vénérable proto (le 260), mis à l’eau il y a 20 ans. « Benoît Parnaudeau et Richard Mérigeaux ont construit ce bateau. L’un s’étant blessé à l’œil et l’autre au pied pendant la construction, ils ont alors décidé de l’appeler ‘Bon Pied Bon Œil’ », raconte David. Ce proto emblématique, bien connu à La Rochelle, a déjà participé quatre fois à la Mini-Transat avec Benoît Parnaudeau (en 2001), Richard Mérigeaux (2003), Cyril Ducrot (2005) et Olivier Cusin (2007). « Dans le monde de la course au large, les bateaux sont dépassés assez vite. Celui-là, non. C’est le plus vieux de la flotte mais je ne ramasse pas les bouées avec, pourtant je ne suis pas un grand régatier. Aujourd’hui, dans le tout jetable, c’est bien d’avoir des histoires qui durent », se réjouit David Kremer.