@ Christophe Breschi

Il n’y avait aucune femme pour la dernière édition du Vendée Globe. En revanche, il y en aura 10 sur la mini transat. Une bonne nouvelle quand on sait que les femmes représentent près de 40% des licenciés de voile en France.

Dans le monde de la course au large où les femmes peinent souvent à se faire une place, la Mini prend les idées reçues à contrepied. Pour cette édition 2017, dix femmes seront au départ et entendent bien ne pas laisser leur part aux chiens.

Est-ce la taille des bateaux où les manœuvres restent à taille humaine, la diversité des profils des candidats au départ, la fonction de rite de passage de la Mini Transat ? Toujours est-il que là où nombre de grandes courses au large peinent à attirer la gent féminine, la Mini Transat affiche dans ce domaine une belle santé.

Une valeur d’exemple
On peut imaginer que la liste des grandes dames de la course au large passées par la Mini Transat suscite des vocations. Qu’on en juge : Isabelle Autissier, Catherine Chabaud, Samantha Davies ont fait leurs premières armes sur la course avant de se lancer dans l’aventure du Vendée Globe. Ellen Mac Arthur, avant de terminer deuxième du Vendée Globe puis de battre le record autour du monde en solitaire est, elle aussi, passée par « l’école du Mini ». Plus récemment, Justine Mettraux, deuxième de l’édition 2013, est considérée comme une valeur montante de la classe Figaro Bénéteau après une incursion dans la Volvo Ocean Race, le tour du monde en équipage. Isabelle Joschke a brillé sur la Mini Transat avant de rejoindre le circuit Figaro puis la Class40 où elle s’est positionnée constamment aux avant-postes.

Une benjamine, des officiers marine marchande, une circumnavigatrice
Pour cette édition, la variété des profils témoigne bien qu’il n’existe pas une voie unique pour accéder à la Mini Transat. C’est sans nul doute, en suivant le parcours de leur compagnon lors de l’édition 2015, que la vocation est venue à Clarisse Crémer et Nolwen Cazé. L’une comme l’autre ont pu apprécier ce qu’il fallait d’opiniâtreté pour être parée le jour du départ. Elles ont aussi pu mesurer à quel point cette course est envoûtante pour ceux qui se lancent dans l’aventure. Nolwenn Cazé est aussi Lieutenant Marine Marchande. Dès que ses congés le lui permettent, elle change de taille de bateau, du vaisseau câblier au Pogo 2, le Mini de série le plus produit.

Marine André, sera quant à elle la benjamine de la course, à tout juste 22 ans. Sans beaucoup d’expérience, elle a fait ses premières armes en 2016 sur les courses d’avant-saison avant de s’élancer sur sa première épreuve hauturière, Les Sables – Les Açores – Les Sables.

Elles seront deux navigatrices espagnoles au départ. Marta Guemes sera en terrain de connaissance puisqu’originaire des Canaries où elle s’est entraînée avant de rejoindre le centre d’entraînement de La Rochelle. La Catalane Anna Corbella affichera sûrement un des plus beaux palmarès de cette Mini Transat avec au compteur une Mini Transat et deux participations à la Barcelona World Race, le tour du monde en double sans escale. Anna est aussi l’animatrice du pôle Mini de Barcelone. L’international est indéniablement la marque de fabrique de la Mini Transat, puisque l’on comptera aussi une navigatrice allemande, Lina Rixens, étudiante en médecine qui consacre l’essentiel de son temps libre à s’entraîner à La Rochelle.

C’est aussi la vocation de la Mini Transat de brasser les profils de ses concurrents. Amateur ou professionnel, homme ou femme, néophyte ou récidiviste, il n’existe pas d’autre course qui permette un tel melting-pot sur la ligne de départ. C’est peut-être ici qu’il faut chercher son succès auprès de ces dames…

Liste des participantes à la Mini Transat 2017

– Marine André, Pogo 2
– Nolwenn Cazé, Pogo 2
– Elodie Pédron, Pogo 2
– Clarisse Crémer, Pogo 3
– Agnès Menut, Pogo 2
– Marta Guemes, Pogo 2
– Anna Corbella, Pogo 3
– Estelle Greck, Pogo 2
– Lina Rixens, Pogo 2
– Charlotte Méry, Prototype