Mini-Transat. Belle victoire sur le fil d’Axel Tréhin

Victoire Axel Tréhin @C. Breshi

Le scénario final de cette première étape aura été incroyable avec 3 protos au coude à coude jusqu’à l’arrivée avec des conditions météos favorisant le suspens jusqu’à tard dans la nuit. C’est finalement, Axel Tréhin à bord de Project Rescue Ocean qui l’emporte en franchissant la ligne d’arrivée le premier ce lundi à 4h36 min 28 secondes (heure française) à Las Palmas de Gran Canaria après 8 jours 17 heures, 58 minutes de course à une vitesse moyenne de 6,37 nœuds.
Il était suivi 6 minutes plus tard par François Jambou à bord de Team BFR Marée Haute Jaune que l’on pensait voir gagner après avoir compté près de 30 milles d’avance 24 heures avant. Tanguy Bouroullec à bord de Cerfrance prend la troisème marche du podium en coupant la ligne d’arrivée à 5h02 (heure française).


Premières réactions d’Axel Tréhin : « Cette première étape a été très complète. Il y a eu du vent, moins de vent, du près, du portant, un poil de reaching… Il y a eu du placement de la stratégie et des moments où il fallait faire de la vitesse. Les conditions étaient compliquées et il y avait des coups à jouer. C’était hyper intéressant. On s’attendait à avoir du tout droit assez rapide après le cap Finisterre. Au final le jeu s’est ré-ouvert. Il fallait être polyvalent. Je commençais à me morfondre hier en voyant la nuit tomber. Je me disais que François (Jambou) et Tanguy (Bouroullec) étaient arrivés avant que le vent mollisse. Mais j’ai entendu causer à la VHF et compris qu’ils étaient collés l’un à côté de l’autre. Ça m’a fait un bien fou ! Je me suis calé à leur droite et le nouveau vent est justement venu de la droite. Je suis revenu avec de la pression, quasiment à égalité. Et au dernier moment il y a eu une grosse droite, un cadeau du ciel. Terminé bonsoir ! ​​​Les écarts sont très faibles avec François et Tanguy. On est à égalité, mais c’est moi qui ai gagné ! Ça fait du bien pour la suite. C’est mieux que la dernière fois, où j’avais fini 2e de la première étape. Maintenant place à la suite ! Je veux faire une belle deuxième étape pour finir le job. Personne ne se fera de cadeau, ce sera aussi une belle bagarre, je ne suis pas inquiet ! »