Middle Sea Race. Le Beneteau First 45 Elusive 2 s’impose à nouveau

Le classement final de la 41e Rolex Middle Sea Race est désormais complet. En IRC1, le VO70, I Love Poland, dirigée par Grzegorz Baranowski termine 3e après avoir remporté la course en temps réel. Lz Hongrois R / P60 Wild Joe de Marton Jozsa prend la deuxième place derrière le Dutch Marten 72, Aragon de l’équipage d’Andries Verder et d’Arco van Nieuwland et dirigé par Wouter Roos. “Il s’agit de notre première Rolex Middle Sea Race et nous avons été positivement surpris “, a déclaré Arco van Nieuwland, poursuivant: “Le paysage était magnifique. L’équipe Aragon est un mélange de famille, d’amis et de marins de classe mondiale, comme Thierry Fouchier, qui est un grand tacticien. »À son tour, Andries Verder a ajouté: « Nous avons eu un départ fantastique dans un environnement incroyable. Tout au long du parcours, vous deviez utiliser votre tête plus que toute autre chose.”

 

IRC 2
Le ClubSwan 50 Balthasar engagé par le marin belge Louis Balcaen prend la première place. “Louis et toute l’équipe sont très heureux”, a commenté Rogier van Overveld de Balthasar. « Gagner la classe, contre les meilleurs designs IRC de compétition, est un excellent résultat car Balthasar est un design unique.” Le TP52 russe Freccia Rossa , ancien vainqueur de la Rolex Giraglia et propriété de Vadim Yakimenko, est arrivé deuxième. Teasing Machine le NMYD 54 d’Eric de Turkheim skippé par Laurent Pages termine troisième.

En IRC 3, le bateau français Tonnerre de Glen, skippé par Dominique Tian s’impose pour la troisième année consécutive et termine deuxième du classement général IRC . Olivier Kraus, le navigateur et vainqueur avec Spirit of Ad Hoc en 2008 : « Cette course a été vraiment difficile pour un navigateur. Les prévisions météorologiques n’étaient pas très faciles. C’était vraiment difficile de savoir quand virer de bord, quand empanner, quand continuer tout droit, où est le vent, où il n’y a pas de vent. Et c’était long!” . L’Aquila 45 de Carl Peter Forster, Katsu (GER), termine deuxième.

IRC 4
En participant à sa toute première course, Luigi Stoppani était été ravi de ramener en Italie le prix de la troisième place de sa catégorie avec le Swan 48 Mia. Deuxième en IRC 4  l’équipage en double Marco Paolucci et Andrea Fornaro avec le Comet 45s Libertine aura été impressionnant. En première place et vainqueur au classement général, Elusive 2 , le Beneteau First 45 maltais, engagé par Aaron, Christoph et Maya Podesta s’impose pour la deuxième année consécutive.

IRC 5
En troisième position, le yacht allemand Luffe 4004 Prettynama 2 engagé par le Dr Max Muller. La deuxième place a été assurée par le J / 122 Buran d’Alexey Moskvin , tandis que Jonathan Gambin, skipper du Dufour 44R Ton Ton Laferla, était ravi d’avoir remporté la classe et terminé la course à la troisième place du général. «Ce fut une course difficile, mais nous avons réussi à gagner notre classe», a commenté Jonathan Gambin. “Après un bon départ, nous avons perdu la brise à l’intérieur du détroit de Messine et n’avons rien pu faire d’autre que regarder les bateaux nous rattraper. Nous avons eu une belle bataille avec Elusive 2 sur l’eau, mais dans l’accalmie après Favignana, ils se sont mis à l’air libre et nos chances de gagner au général se sont vraiment arrêtées là. Nous sommes ravis de gagner notre classe et honorés de terminer troisième au classement général.

En IRC6, le JPK1010 Raging Bee de Jean Luc Hamon a terminé troisième derrière le J / 109 Chestress de Leonardo Petti. Le vainqueur de la classe était Timofey Zhbankov avec le JPK1080 Rossko de Russie: «C’est notre deuxième course avec ce bateau. », a expliqué le navigateur Alexandr Musikhin. «C’est la deuxième fois que nous gagnons notre classe, mais nous revenons chaque année parce que nous voulons gagner au général! C’est une course difficile physiquement mais aussi psychologiquement. Garder la concentration et aussi le bon équilibre entre le repos et le travail est vraiment difficile. La Rolex Middle Sea Race est probablement l’une des courses les plus difficiles au monde à cet égard, nous sommes donc heureux d’avoir si bien fait.