Mathieu Richard « Le match-racing sur foils changerait la donne »
DR

Cette avant-dernière étape du circuit mondial de Match Racing, que le Nantais de 39 ans avait brillamment remporté en 2007, réunissait à nouveau les meilleurs régatiers au monde (D. Barker, I. Percy, C. Draper, F. Bruni…). L’épreuve bermudienne faisait aussi office de véritable prélude aux Louis Vuitton America’s Cup World Series qui se disputeront à partir de samedi prochain sur le même plan d’eau.

Après deux premières bonnes journées, l’équipage helvète s’est incliné en quarts de finale face au numéro 2 mondial suédois Björn Hansen pour cause de mauvais départs. Leur tacticien Mathieu Richard commente :

« Pour être venu naviguer régulièrement ici aux Bermudes depuis plusieurs années comme d’autres régatiers français, je considère que l’archipel offre des conditions idéales pour toutes épreuves de haut niveau. Que ce soit en baie d’Hamilton où nous naviguons tout comme le Great Sound sur lequel se dérouleront les AC World Series dès la semaine prochaine ».  

Concernant l’évolution des supports : « Le match racing en foils serait très différent car il engendrerait une perte à la manœuvre beaucoup plus importante qu’avec des bateaux à inertie. Sur les quillards comme les IOD à bord desquels nous régatons ici, nous jouons beaucoup avec ce différentiel et qui agit sur diverses situations tactiques. Certes, les manœuvres seraient plus rapides et plus spectaculaires. Le rôle du barreur et de l’équipage resterait cependant tout aussi important sur les deux types de supports. Chaque détail continuerait de créer la différence, que l’on avance à 7/8 nœuds sur des quillard ou à 35 nœuds élancés sur des foils. La tactique serait probablement moins fine car les manches deviendraient alors de véritables courses de vitesse. Le jeu serait très différent c’est certain ».

 « L’année prochaine, le World Match Racing Tour se disputera en multicoques (M32). Nous allons étudier ce nouveau support d’un œil attentif car même si ce ne sont pas des catamarans qui foilent, la tactique requise se rapprochera probablement de celle des bateaux de la Coupe ».

 A propos de ses projets pour la saison prochaine, Mathieu Richard continue : « Après avoir terminé 3e du circuit 2014-15 en février dernier, j’ai choisi de ne naviguer qu’en tant qu’équipier sur le Tour de France à la Voile et sur le circuit Décision 35 afin de me consacrer à mon activité de coaching ». Nul doute que la longue et précieuse expérience au plus haut niveau mondial ainsi qu’en multicoques de l’ex-champion du monde de grand prix ORMA (2005 – tacticien à bord de Banque Populaire IV avec P. Bidégorry), laisse désormais place à une brillante carrière d’entraîneur…