Leg 10, from Cardiff to Gothenburg, day 04 on board Dongfeng. Lot of water on deck. 13 June, 2018.

Mapfre est en tête et tire toujours profit de son coup tactique à l’ouest de l’Ecosse avec 2,8 milles d’avance ce soir à 22h30 sur ses poursuivants, Dongfeng et Team Brunel qui ont regagné leur milles de retard mais surtout Brunel qui revient fort. L’arrivée prévue demain soir ce jeudi promet de se jouer à rien et sera capital au classement général. Le grand perdant sera le troisième de l’étape, Brunel ayant le plus à perdre à cette place. Les paris sont ouverts.

Après trois jours de mer, MAPFRE pointe en tête mercredi de la dixième et avant-dernière étape de la Volvo Ocean Race devant Dongfeng Race Team, alors que la flotte évolue au nord de l’Ecosse…

Après trois jours de mer, MAPFRE pointe en tête mercredi de la dixième et avant-dernière étape de la Volvo Ocean Race devant Dongfeng Race Team, alors que la flotte évolue au nord de l’Ecosse. Place désormais à un sprint final de plus de 500 milles vers Göteborg, où les sept Volvo Ocean 65 sont attendus à partir de jeudi soir.

Avantage MAPFRE ! Alors que la flotte en a terminé mercredi avec la remontée des côtes irlandaises, l’équipage mené par Xabi Fernández est sorti en tête de la petite bataille stratégique qui, depuis lundi soir et le passage de la pointe sud-ouest de l’Irlande, a monopolisé l’attention des navigateurs des sept Volvo Ocean 65 partis dimanche de Cardiff. Tout l’enjeu consistait à négocier au mieux le passage d’une petite dorsale anticyclonique derrière laquelle se présentait un puissant flux de sud-sud-ouest.

En choisissant de rester le plus nord possible, là où la plupart de ses rivaux tentaient un petit décalage par l’ouest, Joan Vila, le navigateur espagnol, a réussi son coup, permettant à MAPFRE de s’emparer des commandes de la flotte dans la journée de mardi et de s’offrir mercredi un petit matelas de 5 milles d’avance sur Dongfeng Race Team, tandis que Turn the Tide on Plastic et Team Brunel suivaient à moins de 10 milles.

« Aller traverser la dorsale à l’ouest était critique, a commenté mercredi matin Rob Greenhalgh, barreur à bord de MAPFRE. Nous avons préféré aller pendant 24 heures le plus au nord possible dans le but de traverser cette dorsale de manière plus confortable. Nous en sommes à peu près tous sortis en même temps, mais nous avons réussi à créer un petit écart avec les autres. Jusqu’ici tout va bien, tous les principaux acteurs sont là où nous voulions qu’ils soient ». C’est-à-dire derrière le bateau espagnol, en particulier ses deux rivaux dans la course à la victoire finale sur cette Volvo Ocean Race, Dongfeng Race Team et Team Brunel.

Et si la flotte s’apprête mercredi en fin de journée à négocier une petite transition au niveau des Orkney Islands, au nord de l’Ecosse, les 550 milles restant à couvrir jusqu’à Göteborg s’apparentent à un sprint vent dans le dos, de 25 à 45 nœuds en rafales, avec beaucoup de pluie et peu de visibilité, un temps assez typique de la Mer du Nord. « Tous les choix stratégiques ont été faits, c’est désormais une course de vitesse dans du portant assez fort, il va falloir être rapide et bien manœuvrer pour essayer de rattraper MAPFRE », a confirmé Kevin Escoffier à bord de Dongfeng Race Team qui, avant cette étape, occupait la tête du général avec un point d’avance sur MAPFRE et trois sur Team Brunel.

Autant dire que vu le peu de temps qu’il reste jusqu’à l’arrivée à Göteborg, prévue jeudi soir, on va peu dormir sur les sept Volvo Ocean 65 lancés pleine balle vers la Suède. Ce qui est déjà le cas depuis le départ de Cardiff, comme l’a confié l’Australienne Nina Curtis, équipière à bord de Team Brunel : « Nous n’avons pas beaucoup dormi depuis le début de l’étape, je n’ai pas dormi plus d’une heure d’affilée. Les gars m’avaient dit que ce serait intense, mais c’est vraiment un autre niveau en termes de rythme ». Le jeu en vaut en tout cas la chandelle… Réponse demain soir !