Cette étape s’annonçait comme un sprint, un concours de vitesse, elle s’est finie en chevauchée fantastique avec la tempête Hector en fond sonore et 40 nds à négocier pour les 7 VOR65 à 800 milles de l’arrivée entre le nord de l’Ecosse et Göteborg sur les 1700 milles du parcours.

Tout s’est joué au nord de l’Ecosse cette nuit où Team Brunel aura été magistral remontant la flotte, dépassant Dongfeng puis Mapfre et l’emportant finalement avec 0,4 milles d’avance. Au bout, une belle récompense pour l’équipe néerlandaise, la victoire d’étape et le bonus point mais surtout toutes les chances de gagner cette Volvo en se retrouvant à égalité de points avec Mapfre et Dongfeng au classement général. Du jamais vu dans la Volvo et qui annonce une dernière étape incroyable.

Deuxième, Mapfre a montré qu’elle était encore là après deux étapes où l’équipage était cramés. Son beau coup tactique à l’ouest de l’Ecosse a été une belle prise de risque qui a failli être récompensé par une victoire d’étape. Cela s’est joué à peu de chose.

Troisième le Team AkzoNobel est venu perturbé la hiérarchie de la course, tout comme Turn the Tide on Plastic qui aurait pu prendre la 4è place.

La surprise de cette étape est sans aucun doute la contre-performance de Dongfeng qui termine 4è et qui a manqué de vitesse à partir du nord de l’Ecosse. Charles Caudrelier après son passage de l’arrivée :  » On a eu un problème de vitesse depuis 24h. On a tout regardé mais on n’a pas trouvé d’où cela pouvait venir ». Si la course s’est jouée sur les derniers 800 milles, le match avait pourtant bien commencé dans des petits airs de Cardiff jusqu’au Fastnet. Dongfeng s’en sortait bien avec 3-4 milles d’avance à ce moment-là jusqu’à tomber dans une molle, perde son avance et se retrouver à marquer ses deux concurrents directs. Tout a basculé au nord de l’Ecosse. Était-ce un problème de filet ou de quelque chose de coincé dans la quille ? On le saura dans les prochains jours. On peut s’interroger peut-être sur sa trajectoire qui semblait moins abattue que celle de Mapfre et Team Brunel. Bouwe Bekking, interrogé sur la meilleure vitesse de son bateau et sa capacité à rattraper et Dongfeng et Mapfre racontait qu’ils avaient trouvé à bord les bons réglages pour aller plus vite.

Psychologiquement, on peut craindre que du côté de Dongfeng l’étape laisse des traces mais Charles Caudrelier restait confiant : « Il y a toujours bon espoir de gagner la course, on va y arriver, il faut juste terminer devant les deux autres bateaux! »

A l’issue de cette étape, il est évident que la dynamique est du côté de Team Brunel. Mapfre a toujours autant de réussite pour s’en sortir quant à Dongfeng, il y a des problèmes de vitesse dont il va falloir trouver très vite la solution. Ces trois équipes vont devoir tout donner le 21 juin prochain, dernière étape de 700 milles – Göteborg – La Haye. Ce final s’annonce incroyable.