Les 20 class40 de la Normandy Channel Race sont partis hier et ont passé une nuit laborieuse. Le vent orienté Sud Ouest souffle à contre sur la route du rocher du Fastnet que les duos s’évertuent à rejoindre depuis leur passage à la marque de Tuskar hier après midi. Deux fois la route, trois fois la peine dit-on souvent. Les Class40 doivent en effet tirer de fastidieux bords de près pour un gain minime sur la route, pourtant payé au prix fort en terme de dépense physique, et de cogitation stratégique, quand à chaque manoeuvre de voile s’ajoute l’éreintant exercice du matossage, qui consiste à déplacer d’un bord à l’autre tous les poids mobiles à l’intérieur du bateau, lourds sacs de voiles et effets personnels. Mais le marin a de l’humour et sait aussi philosopher, comme en témoigne ce petit mot de la nuit signé Halvard Mabire (Campagne de France) : « Le boulot sur le pont c’est de la rigolade, mais par contre le transbahutage du matos à l’intérieur, c’est pas de la tarte, surtout avec ce plancher qui n’arrête pas de sauter et de bouger. On se cogne facilement contre les murs et les cloisons et il ne s’agit pas de se prendre une baigne, sinon ça risquerait de jaser sur les pontons, regard à l’ambiance du bord (parce que c’est bien connu, le coup de dire que je me suis pris une porte pour expliquer un coquard, personne n’y croit…). »
Après une rapide sortie de Manche et une ultra véloce remontée vers Tuskar, le rythme de la course a considérablement baissé, et les gains sur la route ont fortement diminué. Le solide leader Imerys (Phil Sharp – Pablo Santurde), qui a conforté son avance durant la nuit, (plus de 13 milles) n’a en réalité parcouru que 89 milles en 24 heures, à moins de 4 noeuds de vitesse moyenne. Le duo Britannico Espagnol n’est plus ce matin qu’à une vingtaine de milles du fameux rocher qu’il pourrait contourner en fin de matinée, et entamer ensuite une rapide traversée de la Mer d’Irlande, travers au vent appelé à prendre de l’ouest. Comme c’est souvent le cas, l’exercice du louvoyage rebat les cartes, et derrière Imerys la lutte est sévère pour les places d’honneur. Très joueur, V and B (Sorel-Carpentier) a sacrifié sa deuxième place pour aller chercher très sud un peu plus de pression et un angle au vent lui permettant de foncer tout droit vers Le Fastnet, et espérer ainsi damer le pion à Serenis Consulting (Galfione- Troussel).
Avec le passage peu après 4 heures du matin de Team SPM (Bry-Day), tous les protagonistes ont désormais franchi la marque de Tuskar et font route vers le Fastnet.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here