L’Imoca Arkéa Paprec sera assemblé en interne

Après 3 mois de construction, la coque de l’IMOCA ARKÉA PAPREC a rejoint les locaux du team à Port-La-Forêt. Sébastien Simon, skipper, et Vincent Riou, directeur technique, réceptionneront dans les semaines à venir l’ensemble des pièces du monocoque (construites pour la plupart chez CDK Technologies et C3 Technologies) et procéderont, avec leur team, à l’assemblage en interne. Un objectif : gagner en souplesse sur le planning, se laisser la possibilité de travailler et d’ajuster les choix jusqu’au dernier moment et permettre au skipper de s’impliquer totalement dans la construction de son futur bateau.

Une quinzaine de personnes, aux compétences variées, a rejoint le team pour cette phase d’assemblage du plan Kouyoumdjian. « C’est une technique novatrice que l’on voit peu ou pas en IMOCA », explique Sébastien Simon, le skipper d’ARKÉA PAPREC. « Cela se rencontre plutôt sur la Volvo Ocean Race où les teams montent des équipes de boat builders pour l’occasion. C’est hyper enthousiasmant pour moi car je vais suivre la construction de très près, ce que je n’aurais pas vraiment pu faire dans un chantier.
Je vis ce projet comme si c’était le plus gros cadeau de ma vie, d’ailleurs la signature du contrat avait eu lieu pendant la période de Noël ! Voir la coque chez nous, ressentir le projet prendre vie, ça me donne encore plus hâte de naviguer sur ce bateau ! »

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur dans le domaine des composites, Sébastien Simon ne sera pas simple spectateur mais apprendra aux côtés du team : « c’est aussi ce qui me passionne dans ce projet Vendée Globe. On n’achète pas seulement un bateau, on le conçoit, on le construit et ensuite on navigue dessus. C’est toute la vie du bateau qui passe entre nos mains. »

La coque réceptionnée, l’équipe devra tracer toutes les implantations de structure, les cloisons transversales et longitudinales. « C’est un travail qui ne sera pas très visible les premières semaines » selon Vincent Riou, directeur technique. « Ensuite, nous commencerons à intégrer des pièces dans cette coque à partir de la mi-janvier. Nous avons établi un ordre d’assemblage des pièces, nous débuterons par la partie avant. Le puzzle va ainsi prendre forme pendant 6 mois. »

Si cette construction passionne Sébastien Simon, le jeune skipper d’ARKÉA PAPREC, pas question pour autant de délaisser la navigation. Tout un programme a été imaginé sur-mesure pour que, durant les six mois de la naissance d’ARKÉA PAPREC, Sébastien puisse déjà prendre en main un 60 pieds. C’est donc à bord de l’IMOCA PRB mis au couleur de ses partenaires que le Vendéen va enchaîner les milles et naviguer en équipage avec Vincent, expert de ces monocoques, ou même en « faux solo ». Une première transat d’entraînement vers les Antilles est prévue dès janvier.

L’œil de Vincent Riou, directeur technique du Team :
« C’est la première fois qu’un IMOCA va être complètement assemblé en interne. Jusqu’à présent, cela n’avait été réalisé que partiellement. Ainsi, avec mon équipe il y a quelques années pour PRB, nous avions construit le moule de pont, le pont et assemblé une partie du bateau. J’interviens surtout sur le management, du conseil technique et l’organisation avec mes équipes. Nous avons recruté des constructeurs, maintenant il faut mettre tout cela en musique et bien définir le niveau de qualité. Je serai surtout attentif à la bonne réalisation des travaux. Le faire en interne, c’est aussi avoir moins la pression du timing pour pouvoir favoriser la qualité.
Sébastien découvre cette phase de construction, il arrive directement dans quelque chose de très pointu. Ce qui se passe actuellement l’intéresse. Il connaît moins la construction mais il s’implique beaucoup dans la partie design. Il est très content que le bateau s’assemble ici car cela va lui permettre d’apprendre et d’acquérir de nombreuses compétences.
Juan sera également assez présent. On sait que c’est important d’être proche du chantier pour bien affiner les détails de construction afin de faire un joli bateau. »

L’œil de Juan Kouyoumdjian, architecte :
« C’est un processus que Vincent et son équipe connaissent parfaitement, même beaucoup mieux que moi ! Lors de cette phase, je me positionne en tant que consultant. Je donne mon opinion lorsque Vincent et Sébastien ont besoin de moi, sinon je prends du recul car je sais que le bateau est entre les mains de personnes très compétentes et qui savent ce qu’elles font. Si je vois quelque chose qui ne me plaît pas, je le dis mais je n’ai pas eu à le faire jusqu’à maintenant !
Je ne connais pas encore les nouveaux bateaux que les concurrents construisent mais l’IMOCA ARKEA PAPREC, par rapport aux bateaux plus anciens, est construit autour d’une nouvelle génération de foils. La nouvelle jauge permet de les utiliser différemment et cela a une répercussion sur la conception globale. Nous avons donc conçu l’ensemble du bateau autour de ce nouveau fonctionnement des foils. »