Calais Round  Britain PRB Vincent Riou
DR

C’est vers 19 heures françaises que PRB est attendu à la porte écossaise. Force est de reconnaître que Vincent Riou et son équipage s’en sortent haut la main de ce speed-test qui a débuté au pied de l’île Skellig mardi dernier. PRB et VM Matériaux jouaient alors à touche-touche, et Temenos n’était qu’à moins de cinq milles. Au classement de 16 heures, PRB possède respectivement 14 et 22 milles d’avance sur ses poursuivants. «  Les autres équipages n´ont pas eu tout à fait le même vent que nous, et c´est pourquoi nous avons un peu creusé l´écart : plus à l´Est, il y avait plus de vent et plus à gauche. On a bien fait de se recaler pour contrôler Jérémie Beyou  ». Une analyse partagée par Gildas Morvan (VM Matériaux). «  C´est un bon bilan au près pour nous en tous cas : les vitesses sont très proches face aux nouveaux prototypes. Delta Dore a bien joué avec son bord à l´extérieur et nous, on s´est un peu raté en allant sur les Hébrides. Après, nous allons pouvoir faire un speed-test au portant, mais il y aura un resserrement par l´arrière avant Douvres. Tout le monde va compresser et la fin sera très ouverte… ».  

Dominique Wavre (Temenos II) est lui aussi ravi de ce long bord de près où il a appris «  pleins de trucs  » pour faire marcher au mieux son bateau. «  C’était quand même un peu longuet, alors la descente vers Calais va nous faire plaisir. Ça s´annonce compliqué du côté de la Tamise : il y aura un retour des concurrents par derrière à cause d´une bulle qui s´installe sur la route  ». La régate, comme toujours, est loin d’être finie et elle est loin de s’arrêter aux Shetland ! Ce qui fait bien sûr les affaires de Delta Dore, définitivement revenu dans le match après son début de course catastrophique (jusqu’à 177 milles de retard). «  PRB a bien joué, mais quand il a vu qu’on ne virait pas, c’est certain qu’il a dû se poser des questions  – explique Pascal Bidegorry.  Rester à gauche alors que tu attends de la droite, c’est difficile à accepter intellectuellement quand tu fais de la voile. Mais je crois que nous avons bien fait et il fallait être patient. Ce n’est pas évident de gérer ce type de rotation très lente. Il y a moyen de grappiller quelques milles sur le deuxième et le troisième avant le passage de l’île  ».

Un nouveau coup d’élastique 
Dès ce soir, les cinq premiers vont débouler sous spinnaker, poussés par un joli flux de 15 à 20 nœuds de Nord-Est. Les autres seront toujours au près serré, à tirer des bords pour rejoindre le virage en épingle. Demain matin, les écarts seront à nouveau plus conséquents entre les concurrents, avec notamment un gros « trou » entre la cinquième et la sixième place. Une sixième place toujours impeccablement occupée par Alexandre Toulorge (Maisoneuve). «  On essaye de se faufiler au mieux dans ce vent contraire qui est assez oscillant et instable en force. On est très heureux de naviguer en compagnie des filles de Roxy et des gars de Akena : ça motive par ce froid, même si c´est tout à fait supportable. Il suffit de mettre trois couches de polaires. En plus, il y a nettement moins de brume. Nous avons effectué ce matin notre premier virement de bord depuis deux jours ! Et on espère ne pas avoir à en faire d´autres d´ici les Shetland  ». Derrière ce groupe de trois, on retrouve Yann Eliès (Generali) qui navigue lui en compagnie de Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat). «  Notre erreur de vendredi dans une molle aux Hébrides est comme un mauvais plat : ça se digère plus ou moins vite ! Le virage des Shetland va être un passage à niveau car après, c´est tout droit… On y croit toujours mais le menu météo n´est pas très favorable pour un retour sur les tous premiers ». La descente vers Calais, qui représente seulement un tiers du parcours, s’annonce évidement plus rapide que la montée. Un début de descente au portant, puis les concurrents vont à nouveau butter  sur les restes d’une petite dépression. Soit des calmes à négocier dans environ quarante heures pour les premiers, avec à la clé un coup d’élastique qui sera cette fois dans le mauvais sens pour les leaders.