Les Français en bonne progression

Lecointre et Géron
DR

Ce jeudi, le flux de Sud Sud Est atteindra les 30 nœuds en fin de journée et pourrait flirter avec les 40 vendredi, autant dire que les concurrents seront alors contraints de rester à terre. Conséquences pour l’Equipe de France, il ne faut pas traîner pour grappiller des places tant qu’il est temps. Ils sont plusieurs à l’avoir bien compris à commencer par Julien Bontemps. Impérial, le Nantais ne quitte pas le maillot jaune acquis dès lundi. Mais il faut rester prudent, car comme le Hollandais Dorian Van Rijsselberge, qui perd la deuxième place à cause d’une grosse erreur, personne n’est à l’abri d’une boulette.

C’est justement les boulettes, des autres, qui permettent à Camille Lecointre et Mathilde Géron de prendre la première place. « On n’a pas eu l’impression d’avoir super bien navigué » expliquent t’elles sans fausse modestie. Bien sûr, les Bretonnes sont rapides et grimpent comme des cabris jusqu’à la bouée au vent mais elles avouent elles aussi des erreurs. « Les autres en font plus » résume Mathilde, contente de voir que « Calcium », leur nouveau bateau réussit son baptême du feu avec brio.

En 49er, Manu Dyen et Stéphane Christidis pouvaient difficilement rêver d’une meilleure journée (3, 1, 1) qui les propulse à la deuxième place du classement général alors qu’ils étaient encore 25ème il y a 48 heures seulement. « Il fallait qu’on sorte une journée comme celle-ci » explique Manu, le barreur, qui anticipe l’annulation probable des manches prévues vendredi. Dès aujourd’hui, Manu et Steph’ seront en finale, autant dire que le niveau va monter d’un cran. « Le niveau sera plus élevé qu’aux Jeux » prévient le barreur qui rappelle que plusieurs nations, dont les Anglais, ont plusieurs équipages en rond or alors qu’elles n’auront qu’un seul sélectionné pour les JO.

Deux autres tricolores réalisent une bonne journée ce mercredi : Claire Leroy (match race) et Jonathan Lobert (Finn). La première passe haut la main les qualifications et prend la route des quarts de finale alors que le deuxième se rapproche gentiment du podium. « J’arrive à effacer la première journée mais elle est toujours là » explique Jonathan qui n’est pas près d’oublier cette 32ème place de lundi même si les deux manches disputées aujourd’hui (6 et 7) le place en embuscade. Il est désormais à portée de fusil des patrons du Finn que sont Ben Ainslie ou son compatriote Giles Scott toujours en tête.

Pour le moment, ils sont donc cinq Français à pouvoir revendiquer légitimement un podium sur le plan d’eau des Jeux mais tout n’est pas tout rose dans le monde des bleus. Ainsi, Xavier Rohart et Pierre-Alexis Ponsot ruminent d’avoir tordu leur précieux mât de Star sur un empannage lors de la première manche du jour. « On aurait pu démâter mais ça nous a pénalisé toute la journée » explique Xavier qui rappelle qu’un mat tordu n’est pas le meilleur moyen de se rapprocher du vent. « On est très loin du niveau attendu » juge t’il, conscient que le podium sera « quasi impossible ».

Les leaders et les Français sur le podium provisoire
470
NZL Paul Snow-Hansen, Jason Saunders
470 Femmes FRA Camille LECOINTRE, Mathilde GERON
Finn GBR Giles Scott
Star GBR Iain Percy, Andrew Simpson
Laser  AUS Tom Burton
Laser Radial CHN Lijia Xu
RS:X  FRA Julien BONTEMPS
RS:X Femmes POL Zofia NOCETI-KLEPACKA
49er Nathan Outteridge, Iain Jensen  
(2 FRA Emmanuel Dyen, Stephane Christidis)
Match Racing Lucy, Macgregor GBR
(2 Claire Leroy FRA)
Sonar GBR John Robertson
Skud GBR Alexandra RICKHAM, Niki BIRRELL
2.4m NED Thierry SCHMITTER
(3 FRA Damien SEGUIN)