Les favoris au rendez-vous au Grand Prix

J/80 au GPEN
DR

Comme prévu, c’est aux alentours de 10h30 que les J80 sont entrés en piste ce vendredi sur un rond légèrement décalé dans l’ouest par rapport à hier, le comité de course ayant, en effet, décidé de mouiller le parcours entre la pointe de Pen Ar Vir et l’Auberlat afin de bénéficier d’un maximum de pression. Si le premier départ s’est déroulé correctement, le deuxième, en revanche, a donné davantage de fil à retordre aux organisateurs, le courant montant les concurrents rapidement sur la ligne et le vent ayait molli. Ce n’est qu’après trois rappels généraux et plusieurs disqualifications sous règle noire, que les 56 bateaux ont enfin pu en découdre. Et comme pour corser encore un peu le tout, le vent est devenu très instable, avec des bascules jusqu’à 30°. Il n’empêche que certains ont plutôt bien tiré leur épingle du jeu, à commencer par Luc Nadal (Gan’ja), vainqueur des deux premières courses du jour. Mais c’est l’équipage de Chariot Plus – Vannes Utilitaires mené par Matthieu Salomon qui s’est montré le plus régulier (5e, 3e et 1er), il se voit propulsé en tête du classement général provisoire.  

Chez les Diam 24 One Design, la journée n’a pas été moins dense puisque les sept trimarans ont commencé la journée par un côtier de onze milles du côté de l’île Longue et de l’anse du Fret. Ce jour a été marqué par de très nombreux rebondissements, la faute aux trous de vents et aux courants, mais aussi à une erreur de parcours commise par l’équipage de Diam 24-1. Alors qu’ils étaient en tête, Bruno Jourdren et ses hommes ont enroulé la dernière marque, la cardinale de Pen Ar Vir, en la laissant à bâbord et non à tribord, comme cela était spécifié dans la note remise par la direction de course lors du briefing matinal. Résultat, le temps qu’ils reviennent pour réparer leur faute, Maître Jacques de Loïc Féquet et Cheminées Poujoulat de Bernard Stamm en ont profité pour leur passer devant et se présenter, dans cet ordre, sur la ligne d’arrivée. Après un bref retour à terre, vers 15h40, ils se sont de nouveau élancés sur un côtier, de 21 milles cette fois.

A Crozon-Morgat
A Morgat, les Open 5.70, les Seascape 18, les Corsaire et les 5.50M JI ont largué les amarres dès 9h30 en raison des horaires de marées avant d’entamer leur journée de régate, comme les autres, peu après 10h30. Chez les 5.70, la deuxième plus grosse flotte de ce GPEN 2014 après les J80, l’ultra favori de l’épreuve, l’Espagnol Mikel Vasquez Oyarzun sur Pink Panther, n’a pas manqué son entrée en matière, même si Tom Laperche (Aspejic), récent vainqueur du Grand Prix de Saint-Cast, s’est montré très accrocheur. Ce soir, les deux garçons occupent, dans l’ordre, les deux premières places au général après quatre courses.

A Camaret
A Camaret, Jean Coadou, le président du comité de course n’a pas non plus ménagé ses troupes aujourd’hui, enchainant quatre parcours de type « banane », à deux ou trois tours. Si les deux premiers se sont joués dans 6-8 nœuds de vent, les deux suivants ont été disputés dans des conditions quasi parfaites, le flux de nord-ouest s’étant stabilisé entre 12 et 13 nœuds. Que ce soit chez les Longtze, les Mach 6.50, les J70 et les J22, la bagarre a été belle. Pour cette dernière série, dont le GPEN n’est autre que le championnat d’Europe 2014, Majic de Bernard André n’est pas passé loin du sans faute, s’octroyant trois victoires de manche sur quatre ; reste que c’est un autre tricolore, Jean Quéveau, qui occupe la tête du classement. Déjà leader hier soir, le Nantais parvient à conserver sa place grâce à des manches de 4e, 2e, 5e et 1er.