Le retour de Mike Golding

Mike Golding à la barre - Ecover
Mike Golding à la barre - Ecover

602 milles de retard ce matin pour Sébastien Josse (VMI) qui, comme prévu, s’est laissé attraper par l’anticyclone pour réparer son problème de parallélisme de safrans. Tout était prêt à bord hier midi pour attaquer la réparation. 4,2 nœuds de vitesse moyenne sur 4 heures, le benjamin de ce Vendée Globe savait qu’il devait tourner le dos à la course et trouver une zone avec moins de pression pour réparer ce petit jeu latéral dans son safran dans les meilleures conditions. Et Sébastien va bien évidemment perdre de plus en plus de milles dans les heures qui viennent, le trio de tête navigant toujours dans un vent de sud-ouest généré par la dépression qui progresse avec eux vers le Cap Horn. Un système météo s’est d’ores et déjà intercalé entre Sébastien et la tête de la course qui est maintenant composée clairement de trois bateaux.Dans ce groupe, c’est une fois de plus Mike Golding (Ecover) qui signe la meilleure performance sur 24 heures avec 378 milles parcourus, à 15,8 nœuds de vitesse moyenne. L’anglais a repris depuis hier soir 20 heures 7 petits milles sur Vincent Riou (PRB). Un Vincent Riou et un Mike Golding qui sont l’un et l’autre à l’attaque et qui affichent les meilleures vitesses instantanées avec 18,3 nœuds et 18,9 nœuds ! Mais Jean Le Cam (Bonduelle), imperturbable, reste solidement en tête et maintient son tapis d’avance de 150 milles sur ce duo de poursuivants.Journée de réparation programmée pour Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) également. Le niçois met toujours un peu de nord dans sa route pour passer au-dessus de la zone repérée d’icebergs. Confronté également à une zone de hautes pressions, il comptait réparer « définitivement » son problème de barre. A suivre… Enfin, pas d’iceberg signalé par Dominique Wavre sur Temenos qui se trouve actuellement en plein milieu de la zone de glaces. Tant mieux…« C’est vrai que les conditions sont éprouvantes. Tu passes de 50 nœuds la nuit à la pétole le lendemain. Et maintenant, c’est du près avec une mer très formée de nord et puis sud, c’est une vraie marmite et ça tape fort… ». Le message de Raphaël Dinelli (Akena Vérandas) résume bien la situation et les conditions rencontrées par le duo en queue de flotte. Lui et Karen Leibovici (Benefic) pointent respectivement à 450 milles et 680 milles du Cap Leeuwin, deuxième marque de parcours symbolique à laisser à gauche dans ce tour du monde.Source : Vendée Globe 2004

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.