Laser. JB Bernaz 4ème au mondial

Il n’est pas encore sélectionné officiellement pour les JO mais on imagine mal qu’il ne le soit pas. Avec six manches gagnées sur douze courues, JB Bernaz a marqué les esprits sur le Championnat du Monde de Laser qui s’est achevé ce dimanche à Melbourne, en Australie, avec une 4ème place. 6ème en 2019, le Français affiche une progression constante et vise le pic de performance pour les Jeux Olympiques de Tokyo cet été, dans une discipline qui illustre parfaitement l’exigence du sport de très haut niveau.

Déjà vainqueur en janvier de Sail Melbourne, Championnat d’Océanie qui faisait office de course de préparation pour le Mondial, Jean-Baptiste Bernaz a encore montré cette semaine qu’il faudrait compter sur lui, plus que jamais, pour animer les grands rendez-vous de cette saison 2020, avec les Jeux Olympiques de Tokyo en ligne de mire. Il remporte en effet le plus grand nombre de manches sur l’épreuve et affiche une vitesse impressionnante dans les conditions musclées.
Mais pour l’heure, c’est l’Allemand Philipp Buhl qui remporte le titre mondial après avoir pris la tête du classement dès le deuxième jour, talonné toute la semaine par JB, jusqu’à cette ultime et difficile journée. Après une première manche de 32ème ce matin, le coureur du Club Nautique de Sainte-Maxime a réussi à trouver les ressources pour gagner la deuxième. Mais avec une dernière manche de 21ème, cela n’a pas été suffisant pour lui permettre de garder sa place sur le podium, qui lui échappe de deux points. L’Australien Matt Wearn décroche sa troisième médaille d’argent d’affilée, et le Croate Tonci Stipanović (médaillé d’argent à Rio) le bronze.

Avec le beau championnat que tu as fait cette semaine, tout le monde te voyait sur le podium. Que s’est-il passé aujourd’hui ?
« Je paye très cher ma BFD* d’hier sur une manche de 8. Ça s’est joué à vraiment pas grand-chose donc aujourd’hui, sur le premier départ, j’étais un peu en retrait car je ne pouvais pas me permettre de prendre trop de risques. Après, c’est difficile de revenir devant avec une concurrence hyper affutée qui ne laisse rien passer. On a aussi changé de système de vent. C’est la première fois qu’on a ces conditions depuis un mois, un vent assez aléatoire. J’étais perdu et j’ai très mal navigué. Mais j’ai réussi à me remobiliser et claquer la deuxième. Puis la dernière était une manche décisive, donc à chaque fois qu’on croisait un mec avec qui on était chaud au classement, on se virait dessus. Ça a joué comme ça jusqu’à la dernière bouée. A part Buhl et Wearn qui ont vraiment été très bons, aujourd’hui tout le monde a chargé au niveau des points. Donc c’était le jackpot pour ceux qui n’avaient pas utilisé leur joker. D’ailleurs, dans les neuf premiers, tout le monde a utilisé sa discard aujourd’hui. Pour moi ça aurait dû être la 32. Ma manche de 21 n’est pas une bonne manche mais c’est tolérable. En faisant sauter la 32, je faisais rentrer ma manche de 8. Les autres ont mieux navigué mais j’aurais fait 3ème au général. C’est le jeu ! »

Tu vises le titre depuis plusieurs années. On imagine que tu es déçu. Comment vis-tu ce résultat et as-tu des regrets ?
« Philipp Buhl a vraiment été très très fort. Il n’y a rien à redire. Aujourd’hui il a été magistral. Matt Wearn a été bon aussi. Je n’ai pas trop de regret, ils ont juste été monstrueux.
C’était jouable et c’est bien pour ça que je suis déçu. Mais c’est plutôt une bonne nouvelle d’être déçu d’être 4ème ! Ça progresse chaque année. On a bien bossé avec Elise Marsollier sur le mental, avec Olivier Pauly, mon préparateur physique, et avec Serge Mouquet, le kiné de l’Équipe de France. Je me sens vraiment dans le match, mentalement et physiquement. Ce matin je me sentais mieux qu’hier encore. Quand il y a de l’air, je suis carrément devant. Il faut gommer quelques erreurs comme le 720** et le black flag* mais à chaque fois j’ai bien rebondi. L’année dernière, j’ai déjà perdu le podium sur la dernière journée, là j’avais craqué mentalement. Aujourd’hui je me suis planté sur de la voile pure. Je suis déçu parce que c’était un objectif fort que je m’étais fixé. Je voulais le titre de Champion du Monde donc j’avais mis beaucoup de poids sur ce championnat. Mais ce n’est pas ça l’objectif cette année, c’est les Jeux Olympiques. On va continuer à travailler dans le bon sens en attendant la sélection. La courbe de progression est toujours bonne et on va faire ce qu’il faut pour que le pic de performance soit cet été. »

Dernière étape majeure avant les Jeux Olympiques, ce Championnat du Monde a mis en évidence le très haut niveau d’une discipline où la concurrence est redoutable, et qui ne laisse place à aucune erreur. Toujours au rendez-vous, dans le top 10 mondial depuis quatre ans, JB s’est montré particulièrement rapide et compétitif. Un pas de plus vers la sélection pour les Jeux Olympiques auxquels le Maximois va se préparer en Méditerranée, à Palma puis à Hyères à l’occasion de la Semaine Olympique Française, du 18 au 25 avril.

*BDF : disqualification pour départ prématuré (drapeau noir)
** 720 : pénalité de deux tours imposée par le jury au départ de la course 4

CLASSEMENTS LASER WORLDS 2020
1 Philipp BUHL (GER) 26 pts
2 Matt WEARN (AUS) 38 pts
3 Tonci STIPANOVIC (CRO) 64 pts
4 Jean Baptiste BERNAZ (FRA) 66 pts
5 Elliot HANSON (GBR) 66 pts
6 Hermann TOMASGAARD (NOR) 71 pts
7 Luke ELLIOTT (AUS) 72 pts
8 Sam MEECH N(ZL) 86 pts
9 Jesper STALHEIM (SWE) 93 pts
10 Filip JURIŠIC (CRO) 94 pts
Infos : 2020-standard-men.laser-worlds.com