Partis le 18 mars 2017 à 18h30 avec quelques heures de retard dû à un fort mistral, les concurrents de la 8ème édition de la course au Large de Saint-Tropez ont affronté toutes les conditions météorologiques passant du mistral à la forte houle en petit temps, à la pétole, au grain pour finir avec des surfs au portant par vent d’Est pour les équipages. Comme le souligne Georges Korhel, le directeur de course, « les participants se souviendront surtout de leur dernière ligne entre la Corse et Saint-Tropez » qui a offert des conditions musclées et ainsi une belle compétition entre les marins.

Selon l’avis général, la course fut plutôt stratégique et la moindre erreur de pronostic ou de choix tactique pouvait être fatale ! Au final, du côté des douze engagés solitaires sur un parcours de 400 milles, Franck Paillet sur HOKUA prend la tête du groupe en temps compensé devant Eric Merlier sur TELEMAQUE et Frédéric Ponsenard sur COCO.
Du côté des neuf équipes en double sur un parcours de plus de 500 milles, le voilier GEROUL avec Georges Martinez et Roland Montagny finit premier en compensé devant GIVE ME FIVE avec Adrien Follin et Gilles Debard et ANSHA avec Carli Roy Matteo et Joakim Larsson. En équipage, sur un parcours de plus de 700 milles, l’équipage franco-belge sur XANTUS de Bastien de Brouwer l’emporte devant l’équipe franco-écossaise de Paul Camps de Sciez sur FEELING GOOD. Le voilier PATITIFA du marseillais Pierre Ortolan finit troisième en temps compensé.

Entrainement pour certains à la Transquadra, intérêt pour d’autres au Trophée IRC offshore de l’UNCL mais pour tous le plaisir de la navigation hauturière et de se retrouver ! L’organisation de la Société Nautique de Saint-Tropez, son accueil à terre et en mer (surtout lors des arrivées même nocturnes) a fait l’unanimité. Cette course s’achève sur une belle note et tous se sont donnés rendez-vous l’année prochaine !
Victoire en solitaire pour Frank Paillet, Eric Merlier et Frédéric Ponsenard
Du côté des solitaires, avec un début de course difficile entre le continent et la Corse, secoués par la houle, la flotte s’est ensuite regroupée au sud de la Corse pour effectuer une remontée en plusieurs temps parfois plus calme et parfois plus tonique vers le nord de l’île puis plus stable du Cap Corse à Saint-Tropez. Une compétition où les nerfs ont été mis à rude épreuve ! Ayant pris au départ une mauvaise option en direction du sud de la Corse, le jeune figariste Pierre Quiroga sur SKIPPER ESPOIR CEM a effectué ensuite une belle remontée pour franchir en premier la ligne devant la Société Nautique de Saint-Tropez le 22 mars à 20h05 bouclant ainsi le parcours de 400 milles nautiques (Saint-Tropez tour de corse par le sud et retour) en 4 jours 1 heure et 25 minutes.
Au final, la stratégie de Franck Paillet sur HOKUA (YC Londais) paie et il prend la tête du classement solo en temps compensé devant Eric Merlier sur TELEMAQUE (YC Embiez) et Frédéric Ponsenard sur COCO (BN Theoule).

Les duos sur Geroul, Give me five et Ansha s’imposent
Ayant effectué un parcours légèrement réduit par rapport à celui prévu de 600 milles nautiques (Saint-Tropez-sud Corse- île de Giglio- île d’Elbe-Saint-Tropez), les équipes en doubles sont arrivés peu après les solos avec un vent plus soutenu le 23 mars 2017. GIVE ME FIVE 40 avec Adrien Follin et Gilles Debard (CN Ste Maxime-CN St-Raphaël) terminent premiers en temps réel avec un temps de 4 jours 13h 9m 9s. En temps compensé, c’est le voilier GEROUL avec Georges Martinez et Roland Montagny (SNPM-YC Embiez) qui gagne devant GIVE ME FIVE et ANSHA avec Joackim Larsson et Matteo Carli Roy (CN Nice).
En équipage Xantus domine devant Feeling Good et Patitifa
Dans le groupe des équipages, face au climat variable avec beaucoup de petit temps en première partie, le parcours a été réduit d’environ deux cent mille nautiques.
Avec des conditions de vent plus musclées, la dernière ligne droite entre la Corse et la Sardaigne a été bataillée entre tous les concurrents qui ont sont arrivés à Saint-Tropez en effectuant de beaux surfs par vent d’Est, vent arrière !

Après une lutte acharnée tout au long de la course pour la première place entre les deux X412, c’est l’équipage XANTUS (SN St-Tropez) de Bastien de Brouwer composée de Denis Flaba, Emmanuel Gijsen, Thibaut de Kerchove, Philippe Bach, Donald de Smet qui l’emporte en temps réel (5jours 17h 47m 48s) et compensé devant l’équipe marseillaise de Pierre Ortolan sur PATITIFA (CNTL) avec Bernard Couston, Bruno Zufic, Jean-Louis Gueret, Geneviève Ferrier qui finissent troisième en temps compensé. Même si le voilier X402 OBSESSION (CV Evian) de Christophe Magnin avec Pascal Batal, Philippe Vulliez, Pierre Lambert a effectué une belle fin de course finissant troisième en temps réel, avec la casse du hale bas de bôme, l’équipage prend la 4ème place en temps compensé.
Arrivée musclée également pour l’équipe FEELING GOOD (CN Sciez) de Paul Camps qui a effectué une belle remontée et qui prend la seconde place en temps compensé ! Une équipe composée de navigants de Sciez et du lac Léman ; Lionel et Romane Vulliez et des étudiants écossais ; Joshua Weber, Ross Stanley-Whyte, Christopher Ilgour, Victoria Tomlinson.

A noter la participation de PEIPS (YC Landais- SN Bandol), le plus fidèle de l’épreuve qui boucle sa huitième participation sur huit éditions !

Ils ont dit :
Frank Paillet, Hokua 1er en solitaire (YC Londais)
La course a été difficile avec très peu de vent sauf en dernière partie. Ce fut très compliqué pour les solitaires ! Mais j’ai le plaisir du résultat ! Le parcours est beau. Cela me pousse à terminer le championnat IRC Solo en méditerranée avec les autres épreuves.
Mais malgré la difficulté et mon retard en première partie, mon choix de partir au large à l’Est de Bonifacio m’a permis de remporter la course ! La Corse me porte bonheur car j’ai été trois fois vainqueur du Tour de Corse en équipage et là c’est ma première en solo !

Roland Montagny, Géroul 1er en Duo (SNPM- Seyne/Mer)

« Je me suis régalé, la course était très variée avec du vent, de la pétole..Bref, une vraie course au large !! Je n’ai qu’un seul regret : ne pas avoir terminé en temps réel. A chaque fois nous avions creusé l’écart puis à chaque pétole, la course était relancée et la dernière, nous n’avons pas réussi à rattraper nos concurrents. L’organisation est parfaite et le parcours très bien. Le comité de course a bien fait de réduire le parcours pour les derniers compétiteurs en lice car après, il y avait baston. Pour nous, c’est aussi un bon galop d’essai pour la Transquadra cet été ! «

Bastien de Brouwer, Xantus, 1er en équipage (SN de Saint-Tropez)
« Cette course est une grande aventure pour les marins attirés par la course au large.
Avec mon équipe franco-belge, nous avons effectué une course au coude à coude du début à la fin avec le Sister Ship (X-412) Patitifa avec des écarts de vitesse souvent minimes …même quand notre adversaire était devant, on ne se laissait pas abattre et on profitait de la moindre risée thermique. Nous avons tenté une option différente au large du nord Sardaigne et des bouches de Bonifacio pour chercher du vent et c’était la bonne. Nous avons rattrapé notre retard et même repris 6-7 miles d’avance que nous nous sommes efforcés de garder jusqu’au bout ! On creusera même un peu l’écart en abattant vers la ligne d’arrivée pour finir avec 1h15 devant notre redoutable concurrent. Bonne ambiance. L’accueil en mer et au ponton est chaleureux et il y a beaucoup de fair play. Notre victoire est une belle récompense pour toute l’équipe Xantus Sailing Team! »

Pierre Quiroga, Skipper Espoir CEM 1er solitaire temps réel, 4ème compensé (Marseille)
« Malgré des conditions météo plus compliquées que l’an dernier j’ai pris beaucoup de plaisir à prendre part au départ de cette course. L’accueil, la jauge, les échanges avec le comité de course se sont fait dans une excellente ambiance, l’état d’esprit autour de cette compétition est propice à l’échange, la rencontre et le partage d’expérience entre navigateurs à tous les niveaux ! Comme l’an dernier cette course marque la fin de mon programme d’entrainement en Méditerranée, place maintenant à l’atlantique et son circuit Figaro, le petit méditerranéen va essayer de se battre contre les Elies, Beyou, Dalin et autres pointures bretonnes »