Lalou Roucayrol philosophe

Lalou Roucayrol a été joint au téléphone. Hier, en attendant Pierre Antoine, il a largué son gréement et sécurisé son bateau. Il a pu discuter avec les pilotes du Falcon qui sont venus le survoler. Il a embarqué un livre du philosophe Alain sur le bonheur et tente de mettre en pratique ses propos pour relativiser sa situation. C’est son 4è chavirage. Il pense que cela peut-être dû à de l’eau dans l’un de ses flotteurs. Sacré marin.

«  J’attends Olmix demain » « Je suis en train de dériver. Tout à l’heure, je vais faire une sortie à l’air libre, un peu comme une sortie dans l’atmosphère parce que j’ai l’impression d’être dans une capsule lunaire, il y a beaucoup de bruit, les restes du gréement tapent contre la coque. Il y a encore pas mal de vagues. Hier ça a été compliqué de défaire tout le gréement. Mais je voudrais m’assurer qu’il est totalement largué.. Hier, j’avais deux bouts que je n’arrivais pas à atteindre avec un morceau de mât qui traînait derrière. Je voudrais défaire ça avant qu’Olmix (Pierre Antoine, leader dans la catégorie Rhum Multi) ne vienne me récupérer demain matin.

J’ai organisé ma vie à bord. J’avais eu l’expérience avec Mayeul (Riffet) en 2013. J’ai un sas qui me permet de sortir à l’air libre et j’ai deux endroits totalement secs donc je peux dormir dans un endroit bien protégé. Le seul souci c’est qu’il fait très chaud et humide à l’intérieur… je ne peux pas ouvrir les panneaux parce qu’il y a trop de mer. Et en tapant, dessous, le pont fait pas mal de sauts… Il y a pas mal de bruit.

Sur le chavirage  

Je ne sais pas trop ce qui c’est passé en fait. J’avais appelé Karine (Fauconnier, sa routeuse) un quart d’heure avant pour lui dire que j’étais super content. Il y a avait 25/30 nœuds, j’avais réduit avant l’arrivée des grains. J’étais un ris petit gennaker. Je n’étais pas en « distribil, » je me sentais en sécurité… et là… Je sais que j’ai beaucoup d’eau dans le flotteur tribord, le flotteur sous le vent. Je l’avais constaté il y a deux jours. Au moins la moitié du flotteur avait de l’eau. Je pense que c’est à cause de ça. A un moment donné, le bateau a accéléré dans un grain, j’ai tout de suite choqué la grand voile avec le largueur automatique, puis choqué l’écoute de gennaker. Là, le bateau s’est planté dans une vague, il n’a fait que monter… et quand l’eau à l’intérieur est arrivée contre le foil, c’est probablement comme ça que ça a basculé… je ne me l’explique que comme ça.  Honnêtement, il n’y a avait pas de raisons de se mettre sur le toit à ce moment là. Mais bon, c’est comme ça. Quand ça doit arriver, ça doit arriver. Mektoub.

La suite 

J’embarque demain avec Olmix, avec Pierre Antoine, qui me récupère à son bord. Je ferai deux jours de mer dans le sens de la Guadeloupe avec lui et puis il y a un remorqueur qui part de Martinique avec Quentin Vlamynck, pour venir me récupérer un peu avant qu’Olmix n’arrive à Pointe à Pitre. J’embarque sur le remorqueur. On se rendra sur zone pour tenter un retournement du bateau en mer, voire un remorquage si les conditions le permettent. Il va falloir faire preuve de patience. Il faut le temps que les bateaux arrivent, mais avec l’expérience, je pense que l’on accepte mieux les choses.

Philosophe

Pour la petite anecdote, comme sur chaque transat, j’ai embarqué un livre. Cette fois, c’est le philosophe Alain avec son « Propos sur le bonheur ». Je suis en plein dedans !! C’est plein de petits propos sur la façon de voir le bonheur et comment on positive.

Et là, ça va. J’en suis à mon quatrième retournement, je sais ce qui m’attend, je sais comment ça se passe, je suis plutôt dans le productif. Qu’est ce qu’on fait, comment on le fait, comment on le met en œuvre. C’est ça qui m’intéresse. Mais hier, tu sais, je n’ai pas eu le temps de lire beaucoup. J’ai passé ma journée dans l’eau à larguer le gréement et à sécuriser le bateau. Je me suis fait peur plusieurs fois. Le seul moment sympa, c’est quand le Falcon est venu me survoler. C’était super, ils sont restés un long moment avec moi, on a échangé par VHF c’était vraiment sympa et c’était une bonne fin de journée avec cet avion magnifique qui volait autour.”