La Coupe, un projet scientifique ou un sport de compétition ?

Premières sorties AC72 ETNZ
DR

Rod Davis : « D’un côté dans le coin bleu, il y a ceux qui considèrent la Coupe de l’America comme un défi intellectuel – un peu comme un projet scientifique. Dans le coin bleu ils restent très cliniques dans leur façon d’aborder ce sujet. On fait ceci et cela donne le résultat attendu. Mais comment savent-ils cela ? Parce que la science et les meilleurs logiciels le leur disent. 

De l’autre côté dans le coin rouge, il y a ceux qui ne croient jamais que les choses sont aussi simples. Ils estiment que la clé de la réussite dans la Cup est liée aux compétences sur l’eau. Les Bleus affirment que le bateau le plus rapide gagnera la Coupe. Si l’histoire ne nous le confirme pas tout à fait, il est évident qu’un bateau rapide est essentiel. Dans le coin bleu du ring, ils estiment que la transition vers les catamarans renforce leur position. En effet, chaque fois que la Coupe change de bateau, le balancier penche vers les architectes et s’éloigne des navigants.

Il ne s’agit cependant pas d’une bagarre entre ces deux groupes, car on retrouve des architectes et des ingénieurs parfois dans le coin rouge et beaucoup de marins dans le coin bleu. Il s’agit de la vision de la Coupe et la meilleure façon de relever le défi.

Dans le coin rouge, ils sont loin d’être cliniques. Ils ne se fient pas aux outils. La seule façon d’apprendre est en faisant des essais et en commettant des erreurs. Il faut passer des heures sur l’eau, s’entraîner en vue du départ et des situations tactiques et puis régater. Il faut tout faire pour améliorer les compétences de l’équipage. La réalité est souvent différente de ce que l’on a pu imaginer. Selon l’attitude de ceux dans le coin rouge, la seule façon de réussir est alors de s’entraîner encore et encore.

On n’a simplement pas assez d’argent ou de temps pour satisfaire aux attentes des uns et des autres, et on ne peut pas être dans les deux coins à la fois. Chaque équipe doit ainsi se positionner où elle veut. On a tendance parfois à se faire séduire par la philosophie du coin bleu. Leur monde est noir et blanc, tandis que dans le coin rouge, cela vire souvent au gris avec toutes les incertitudes. En tant qu’entraîneur, il faut toujours s’inquiéter de voir tant de gens dans le coin bleu et aussi peu dans le coin rouge. Parfois, je souhaiterais voir la victoire du coin bleu. La vie serait tellement plus simple, s’il suffisait de boucler le parcours…..sans avoir à se montrer plus malin que l’adversaire. Le temps nous le dira. »