Kersauson : « Content d´y aller » » »

Geronimo - De Kersauson à bord
Geronimo - De Kersauson à bord

« On a décalé l´appareillage car la mer est agitée aujourd´hui. Comme nous sommes chargés comme des mulets avec la nourriture et le gasoil, on a préféré attendre un peu afin d´avoir une mer plus rangée » ».

300 milles par jour

Mercredi matin, le géant à trois coques quittera Brest et ne reviendra pas de si tôt dans son port d´attache : «  »On part pour un convoyage un peu long, mais ça va être marrant de passer Suez avec les deux bateaux » ». Lors des 6.200 milles, qui séparent Brest du Qatar, «  »Geronimo » » naviguera bord à bord avec le trimaran à moteur «  »Ocean Alchimist » » : «  »Ce sera notre bateau-assistance. Il pourra, si besoin, nous ravitailler en gasoil, voire nous remorquer dans les zones sans vent. Si on veut être à Doha vers le 19-20 janvier, il nous faut parcourir environ 300 milles par jour. En remorque, «  »Ocean Alchimist » » peut nous tirer à 16 nœuds de moyenne » ».
Excité à l´idée d´emprunter le canal de Suez, Kersauson se dit aussi ravi de se retrouver le 5 février prochain sur une ligne de départ en compagnie de trois autres multicoques géants : «  »Après deux années consécutives consacrées au Trophée Jules Verne, où on a avalé quelques couleuvres météorologiques, je ne boude pas mon plaisir de naviguer en course. Je suis content de me présenter sur une épreuve où les concurrents font le poids » ».

«  »Cheyenne » » sur la ligne

Sur les sept maxi-multicoques existants, quatre seront présents à l´Oryx Quest, première course autour du monde au départ du Moyen-Orient. «  »Contrairement à The Race, où plusieurs bateaux étaient neufs, cette fois-ci, ce sont des plateformes fiabilisées. Trois des quatre bateaux engagés sont les plus titrés au monde : «  »Qatar 2006″ » (ex «  »Club Med » ») a gagné The Race, «  »Cheyenne » » possède le meilleur temps autour du monde et sur l´Atlantique et enfin «  »Geronimo » » est le détenteur du Trophée Jules Verne » », ajoute le skipper brestois.
A propos de «  »Cheyenne » », l´annonce de son engagement devrait être officialisée dans les prochains jours. Et sa présence n´est pas pour déplaire à l´équipage de «  »Geronimo » » qui a encore en travers de la gorge la façon dont Fosset avait snobé le Trophée Jules Verne l´hiver dernier: «  »Oui, ça me fait très plaisir d´avoir ce bateau-là sur la ligne de départ » », avoue Kersauson qui a très envie de remettre les pendules à l´heure.
Avant de penser à la course, les deux trimarans vont donc devoir parcourir quelque 6.200 milles. Et ce convoyage ne s´annonce pas de tout repos, notamment en Mer Rouge où rôdent encore quelques pirates des mers : «  »On sera en contact deux fois par jour avec la Marine Nationale française qui croise dans les parages. Ils assureront une forme de surveillance » ».

Sans Marie Tabarly

Le skipper de «  »Geronimo » » compte aussi sur cette navigation d´une vingtaine de jours pour tester une dernière fois l´équipage : «  »Nous serons 11 à bord et, à Doha, deux équipiers resteront à terre. Marie Tabarly ne sera pas du voyage car elle s´est blessée à la cheville. Elle ne sera pas rétablie avant sept semaines. C´est injuste pour Marie car elle était parfaitement dans le coup, mais je ne peux pas prendre le risque d´avoir un équipier diminué » », conclut Kersauson.

Philippe Eliès
« 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.