Francis Joyon IDEC
DR

Route directe ou presque à un peu moins de 300 milles du but, le maxi trimaran IDEC a donc retrouvé depuis quelques heures des vitesses de l’ordre de 20 nœuds. Après avoir beaucoup manœuvré hier – comme prévu – pour négocier les zones de calme au sud d’un anticyclone, Francis Joyon a réussi à préserver la moitié de l’avance qu’il avait su engranger jusque-là, à savoir environ 200 milles sur 400. Cela devrait suffire pour faire mieux qu’atteindre l’objectif fixé au départ de Cadix voilà exactement 8 jours, à savoir « gagner une dizaine d’heures ».
 
Au final le gain sera probablement proche du double de celui envisagé, puisque IDEC devrait couper la ligne d’arrivée dans la matinée de demain, vendredi 15 février. En tous cas bien avant l’horaire butoir pour améliorer son propre record de 2008 sur ce parcours (9 jours et 20 h), sachant que pour ce faire IDEC doit arriver avant samedi à 9h21 heure française.
 
Sous la barre des 9 jours… sans routage !
« Si tout va bien, j’arriverai en effet dans la matinée de demain vendredi » confirme Francis Joyon au téléphone ce jeudi, « même s’il faudra pour cela négocier les derniers calmes. Ceci dit, j’ai un peu plus de vent que prévu sur les fichiers » se félicite le pilote du maxi trimaran IDEC.
 
Rappelons que cette authentique performance va être réalisée dans des conditions inédites, puisque Francis Joyon se route lui-même, sans aide extérieure. Et cette Route de la Découverte est plus complexe que le pourtant plus prestigieux record de l’Atlantique Nord. En effet, dans ce sens, le marin solitaire est obligé de composer avec une succession de systèmes météo qui s’enchaînent, et donc des zones de transition jamais simples à gérer et chronophages. C’est ce qui explique en grande partie pourquoi les marins mettent toujours plus de temps dans ce sens est-ouest qu’entre New York et le cap Lizard, où – de l’ouest vers l’est donc – le jeu consiste à surfer à grande vitesse sur les trains de dépressions transatlantiques. Cet autre record est d’ailleurs au programme de Francis Joyon cette année. Et IDEC est maintenant du bon côté de l’Atlantique pour se mettre en stand-by à New York dès le printemps qui arrive. Un autre défi… mais n’anticipons pas. Pour l’heure, Joyon doit terminer son périple transatlantique et il sera toujours temps demain matin de sortir les calculettes !