Jean-Yves Bernot, le routeur de François :  » Je suis très heureux, ce qu’a fait François est fabuleux. Ce qui a été décisif, c’est l’Ocean austral, dans la glace, dans le mauvais temps, c’est là où François a fait la différence. Humainement, il a une énergie incroyable, il ne lâche rien. Il a fait ce record comme si on allait lui piquer la place. En moyenne, il est allé plus vite qu’Idec en équipage. Il a appris à aller de plus en plus vite sur ce bateau avec une courbe ascendante. Sur la fenêtre de départ, il n’y avait rien d’exceptionnel. On a pris ce qui nous donnait. On a eu assez peu de déchets dans nos routage. Mon boulot c’est de résoudre les problèmes complexes. Je suis content que Thomas ait battu le record. J’avais routé Idec, Thomas l’avait battu. Je récupère mon bien. C’est mon cadeau de Noël. On nous dit a chaque fois que le record ne sera jamais battu. C’était une bonne météo, standard, les enchaînement étaient corrects. François est très fort en météo et les échanges avec lui étaient très bons. Avec François, on a fait du bon boulot, on est fiers d’avoir battu ce record avec la manière, avec ce temps canon, un bateau qui peut repartir et un bonhomme qui va bien. La tension était incroyable. C’était très intense. «