Hardy Ruyant devant avec 10 milles d’avance

Ce premier croisement était attendu depuis une semaine. On allait enfin savoir qui a pris la meilleure option entre les seuls partisans de la route nord et ceux du centre. Et c’est sans doute le surcroît de pression au nord, il y a 48h et les multiples empannages au centre qui ont permis à Adrien Hardy et Thomas Ruyant de confirmer leur leadership en croisant 10 milles devant l’étrave de Sébastien Simon et Morgan Lagravière. Pour autant rien n’est joué à 362 milles de l’arrivée et tout peut encore se passer, comme cela a été le cas par le passé avec un grain qui fait la différence ou des alizés qui contrediraient des prévisions.

« La dernière fois que nous avions croisé Bretagne CMB Performance, à La Palma, nous étions 10 milles derrière. On est content d’être 10 milles devant cette fois-ci, disait Adrien Hardy ce matin. Ça nous met dans une très bonne position. La bascule n’est pas très franche, et il va surtout falloir gérer les dernières nuits, avec de gros grains qui arrivent en toute fin de nuit. Le contournement de l’île n’est pas très compliqué, c’est une petite île, surtout quand on a de l’avance sur les concurrents. Mais, il y a deux ans, les alizés s’étaient complètement effondrés alors que rien ne l’annonçait. Il faudra être très vigilant ».

Troisième et plus sud, Gildas Mahé et Nicolas Troussel (Breizh Cola) pointent à 27,9 miles des leaders et ne lâchent rien : « Il reste exactement 420 milles pour arriver à Saint-Barthélemy, il va y avoir des oscillations de vent, des bascules et du courant, il faut être patient, ce n’est terminé. Il faut continuer à s’appliquer, à faire le boulot pour arriver le mieux placé possible à l’arrivée. Ce n’est pas fini tout ça. Agir Recouvrement a croisé devant Bretagne CMB Performance, ils ont l’air de réussir à descendre du Nord. On a fait une nuit directe en tribord amure donc la suite au prochain numéro. Les conditions météos sont agréables mais nous luttons en permanence avec les algues, donc on se met en pilote automatique pour pouvoir les enlever, quand l’autre dort. Nous avons de la chance parce qu’elles ne s’accrochent pas toujours sur le bateau, mais elles sont partout ».

ILS ONT DIT

BREIZH COLA – Gildas Mahé
« Nicolas dort, je suis sous pilote actuellement. Nous n’avons pas les mêmes compromis qu’avec Guyot Environnement (dans leur nord, ndlr), nous naviguons différemment. Agir Recouvrement a croisé devant Bretagne CMB Performance, ils ont l’air de réussir à descendre du Nord. On a fait une nuit directe en tribord amure donc la suite au prochain numéro. Les conditions météos sont agréables, mais nous luttons en permanence avec les algues. On se met en pilote automatique pour pouvoir les enlever, quand l’autre dort. Nous avons de la chance parce qu’elles ne s’accrochent pas toujours sur le bateau, mais elles sont partout. Il reste exactement 420 milles pour arriver à Saint-Barthélemy, il va y avoir des oscillations de vent, des bascules et du courant, il faut être patient, ce n’est pas terminé. Il faut continuer à s’appliquer, à faire le boulot pour arriver le mieux placé possible à l’arrivée. Ce n’est pas fini tout ça ! ».

NF HABITAT – Corentin Douguet
« Agir Recouvrement est passé en tête devant Bretagne CMB Performance au croisement de cette nuit, ce n’était pas une surprise. Les deux bateaux du sud vont croiser devant nous et nous, nous serons en bagarre avec Groupe Royer – Secours Populaire. Pour l’instant, ils ont un petit avantage sur nous. Il ne reste plus beaucoup de choix stratégiques jusqu’à la fin. Il y a aura très peu d’empannages, nous allons naviguer bâbord amures sous spi, direction Saint-Barth. Il va falloir trouver les bonnes manettes pour aller plus vite que ceux de devant et décrocher la cinquième place. Sur ce bord-là, la mer est plutôt sympa, il fait nuit noire absolue, la lune ne s’est pas encore levée. Nous nous faisions la réflexion, que durant cette traversée nous n’avions pas vu beaucoup de vie, hormis les poissons volants, c’était vraiment désertique. J’ai pu parler avec Alexis (Loison) à la VHF, ça faisait bien longtemps qu’on n’avait pas parlé à quelqu’un d’autre, on retrouve un peu de contact avec les copains, un peu de vie autour de nous, cela fait du bien. Les conditions de navigation sont plutôt clémentes, mais une grosse bagarre est en perspective. Il nous reste 450 milles à parcourir, c’est une véritable Solitaire du Figaro sauf que c’est tout droit. Il va falloir être précis pour aller chercher les petits jeunes devant qui vont vite. Il peut se passer beaucoup de choses au contournement de l’île et les trois derniers milles en approche de Gustavia ».

AGIR RECOUVREMENT – Adrien Hardy
« La dernière fois que nous avions croisé Bretagne CMB Performance, c’était à La Palma ils avaient une dizaine de milles d’avance sur nous. On est content d’être devant, cette fois ci avec une dizaine de milles d’avance. C’est très bien de croiser avec dix milles d’avance, ça met dans une très bonne position. La bascule n’est pas très franche. Il falloir bien gérer les prochaines nuits, surtout les grains. Le contournement de l’ile n’est pas très compliqué, surtout lorsqu’on a de l’avance sur nos poursuivants. Contrairement à il y a deux ans, où jusqu’au bout il avait fallu être vigilant. Il y a deux ans, on avait légèrement de l’avance et les alizés s’étaient un peu cassé la figure la nuit avant l’arrivée, ce n’était pas du tout prévu à la météo. Cela montre bien que tout peut se passer. Il faudra être vigilant avec les grains et les zones de pétole ».

CLASSEMENT du 9 mai à 5H

1- AGIR Recouvrement (Adrien Hardy / Thomas Ruyant) à 398,91 milles de l’arrivée
2- Bretagne – CMB Performance (Sébastien Simon / Morgan Lagravière) à 10,98 milles du premier
3- Breizh Cola (Gildas Mahé / Nicolas Troussel) à 27,82 milles
4- Guyot Environnement Breizh Cola (Pierre Leboucher / Christopher Pratt) à 35,09 milles
5- Groupe Royer – Secours Populaire (Anthony Marchand / Alexis Loison) à 53,90 milles