Photo sent from the boat VandB, skippers Maxime Sorel and Antoine Carpentier, on November 20th, 2017 - Photo VandB

Moins de 0,1 mille sépare les leaders Aïna Enfance et Avenir et V and B. Ces deux-là naviguent à vue depuis plusieurs jours, avec Imerys Clean Energy en embuscade 30 milles derrière. Le 22 novembre sera pour eux le jour le plus long. Et comme la nuit, à l’approche de Bahia, tous les chats sont gris, chacun à Salvador ouvre l’œil et retient son souffle. Ils se sont échangés la pole position plusieurs fois depuis le départ du Havre et voilà 72 heures qu’ils naviguent à vue. Fin de course indécise, fin de course éreintante, c’est ce que l’on comprenait du long message envoyé ce matin par l’équipage de V and B. Déjà deuxième en 2015, Maxime Sorel doit avoir une pression toute particulière de gravir la marche qui lui a manqué il y a deux ans.

Au pointage de midi, 0,05 mille séparaient les deux bateaux. 92,6 mètres très exactement, soit moins de 8 longueurs de Class40. Quelle folie ! Les paris sont ouverts entre les deux bateaux. Et même si, la nuit, la pression est plus forte au large où s’est positionné en embuscade Imerys Clean Energy, on voit mal comment Phil Sharp et Pablo Santurde pourraient venir s’inviter dans le match race à 28 milles devant eux.

Cette nuit à Salvador de Bahia, il y aura forcément un vainqueur et deux déçus. Mais quand la course au large se finit en régate au contact, ce sont de grandes pages de notre histoire qui s’écrivent. Les six skippers y auront contribué tout au long de ces 4350 milles de course au couteau. Et tous les concurrents des autres catégories s’accordent à dire sur les pontons de Salvador de Bahia que la Class40 sortira encore grandie de cette 13e Transat Jacques Vabre.